Les Conservateurs, pires ennemis du cannabis

Les Conservateurs à la poubelle !

Comme vous l'avez probablement remarqué, le Parti conservateur était déjà en mode propagande depuis plusieurs mois. Mais puisque l'élection fédérale est maintenant confirmée pour le lundi 2 mai, il convient de rappeler que les Conservateurs de Stephen Harper sont les plus grands ennemis du cannabis que le Canada ait connu.

La situation des clubs compassion, des cultivateurs de cannabis et des petits commerces de produits du chanvre s'annonce incertain, avec les tentatives répétées de faire adopter le projet de loi S-10, qui instaurera des sentences minimales obligatoires et augmentera la population carcérale au pays.

D'ores et déjà, depuis un an, les rafles se sont multipliées et ont entraîné la fermeture des quatre clubs compassion de la province de Québec. Même le head shop de la rue Saint-Jean à Québec a connu de sérieux ennuis en vendant le Spice, un mélange d'herbes auparavant légales mais que Santé Canada vient d'ajouter à sa liste de substances interdites.

Mais tout cela n'est pas une surprise, puisque la prohibition née aux États-Unis a fait son entrée au Canada en 1923, via l'Alberta et la juge raciste Emily Murphy. L'Alberta est aussi le lieu de naissance du Reform Party, un groupuscule d'extrémistes religieux ancêtre du Parti conservateur actuel.

6 mois de prison ferme pour 6 plants de pot !

Par trois fois depuis cinq ans, les Conservateurs ont essayé de faire adopter les projets C-26, C-15 et S-10 (texte complet ici), visant à enlever aux juges la discrétion d'imposer ou non des peines de prison, en fonction de la personnalité de l'accuséE.

En termes concrets, cela veut dire que si vous vous faites prendre avec six plants de pot cultivés pour fins de trafic, mais que le reste de votre vie est exemplaire (vous allez à l'école, avez un emploi, avez des enfants, etc.) le juge serait quand même obligé de vous imposer une peine minimale de six mois.

Cette peine obligatoire passerait graduellement à trois ans, selon la quantité cultivée.

Enfermer les growers : combien ça coûtera?

Sachez que le gouvernement Harper est le premier dans l'histoire du Canada à être condamné pour outrage au Parlement. L'une des deux raisons entourant le vote de défiance du 25 mars est que ce parti a refusé de divulguer le coût de ses nouvelles mesures de lutte contre la « criminalité ».

Le coût estimé serait en fait de 10 milliards $ sur cinq ans. C'est bien beau construire de nouvelles prisons pour enfermer tous les cultivateurs de pot, mais ça coûte cher en titi ! Ne préféreriez-vous pas des bourses étudiantes et de meilleurs soins de santé, à ce prix ?

Appel au vote stratégique

Seule l'instabilité politique due à la situation minoritaire des Conservateurs à la Chambre des Communes a permis d'éviter l'adoption du projet de loi S-10. Mais il est certain que celui-ci reviendra à l'ordre du jour, et sera rapidement adopté en cas de majorité conservatrice.

Pour le bien du cannabis et du Québec, il faut barrer la route à ce parti d'extrémistes. Il faut empêcher à tout prix un gouvernement conservateur majoritaire.

Pour cela, le vote stratégique est important. Cela veut dire de voter pour le candidat ou la candidate ayant le plus de chances de défaire le candidat conservateur.

Dans la grande région de Québec, cela équivaut à voter pour le Bloc québécois (un parti dont certains membres se sont montrés ouverts à la décriminalisation du cannabis).

Dans l'ouest de Montréal et dans l'Outaouais, cela équivaut à voter Bloc, NPD ou Libéral. (Le NPD et les Libéraux, dans les années 2000, se sont également montrés ouverts à une modeste décriminalisation.)

Une autre option est l'échange de vote avec un partenaire vivant dans une autre circonscription.

Nous aurions aimé vous suggérer le Parti marijuana, mais encore une fois cette année, ce parti est trop affaibli pour présenter des candidatEs au Québec. Et d'ailleurs les circonstances ont bien changé : le mouvement cannabique doit maintenant lutter pour préserver les acquis gagnés de haute lutte (comme l'accès au cannabis médical) et éviter le désastre que nous annonce Stephen Harper.