Agriculture

La monoculture du maïs transgénique est en train d’épuiser les terres agricoles. Elle est absolument impossible sans l’apport de pesticides et d’engrais chimiques à base de pétrole. Les excédents de phosphates utilisés en agriculture sont d’ailleurs en train de détruire les nappes phréatiques et les plans d’eau utilisés par les vacanciers, comme en témoigne le problème des algues bleues dans le sud de la province.

La ressource ligneuse, c’est-à-dire les arbres de la forêt commercialement exploitable, sont de plus en plus petits et éloignés des lieux de transformation et d’exportation. La valeur marchande de nos forêts demeure relativement basse, compte tenu de la compétition internationale due à l’exploitation des forêts tropicales encore vierges. De plus, les firmes qui pillent la forêt boréale québécoise procèdent à un type de reboisement ne misant que sur certaines essences « productives ». Elles en compromettent la biodiversité et laissent un triste héritage aux générations futures.

Elle est peu exigeante en éléments minéraux et s'accommode de tous les types de sol. Elle tolère l'ombre et prospère sous nos latitudes. Le volume de matière végétale qu'elle génère par hectare rivalise avec l'ensemble des cultures hyperactives qui dominent le cycle agricole. Le paysage agricole doit donc chanvrer de visage. Ce qui implique qu'il faut chanvrer le visage du paysage agricole.

Située dans la région de Mauricie (Québec), Mékinac Nature est une entreprise spécialisée dans la transformation de grains oléagineux tirés de la production locale de canola, de lin et de chanvre.

Entreprise suisse située entre le lac Léman et les montagnes, à 700 m d’altitude, dans un climat très favorable à la culture de plantes médicinales et aromatiques.

Pages

S'abonner à Agriculture