Désinformation et propagande

Le Programme Cisaille est un plan mis sur pied par la Sûreté du Québec (SQ) en 1999 afin de « lutter contre l’expansion de la production et du trafic de marijuana ». Il vise principalement « la déstabilisation des organisations criminelles qui dirigent les activités de production et de distribution de marijuana ».

La décriminalisation signifie que le législateur retire le comportement de la « compétence » du système de justice criminelle. La dépénalisation signifie la modification de la peine imposée, comme c’est le cas avec le projet de loi C-17.

Le mois dernier, nous avons vu que la démonisation du cannabis par la désinformation policière et médiatique discrédite totalement les autorités quand vient le temps de mettre les jeunes en garde contre les drogues mortelles. Nous avons aussi vu qu’une étude de marketing commandée par Santé Canada à une filiale de la multinationale WPP, une des plus grandes agences de publicité au monde, avait été faussement qualifiée par les médias d’étude « de » Santé Canada, laissant croire qu’il s’agissait d’une étude scientifique. De plus, ces mêmes médias ont rapportés certaines conclusions choisies soutenant le discours alarmiste prohibitionniste, alors que d’autres conclusions contredisant les premières ont été ignorées.

Début janvier 2005, La Presse poursuit son œuvre de désinformation prohibitionniste en publiant en Une, à quelques jours d’intervalle, deux papiers démonisant le cannabis. Même s’il est admis que « fumer du cannabis, même à long terme, n’est pas dangeureux pour la santé. » [1] Qu’« on n’a jamais signalé de décès attribuable à une surdose de marijuana » [2] et qu’« une étude démontre qu’il faut administrer la quantité de THC fournie par 681 kg de cannabis en 15 minutes pour atteindre la dose mortelle. » [3] Cela n’a pas empêché La Presse (7 janvier) de titrer : « Cocktail mortel — Un adolescent meurt après avoir mélangé du cannabis à un puissant analgésique ».

Tout le monde n’est pas d’accord avec la légalisation du cannabis, mais la plupart s’entendent pour dire qu’il est plus que temps d’avoir un large débat public sur le sujet. En matière de cannabis, l’opinion publique « est souvent fondée sur des mythes, ou du moins sur un manque d’information », constatait le Comité spécial du Sénat sur les drogues illicites.

Pages