Usage thérapeutique

Voir, vol. 14 No. 07, jeudi 17 février 2000, p.8
O'Connor, Sandra

L'histoire a fait du bruit: jeudi après-midi dernier, les policiers faisaient irruption au Club Compassion, petit établissement de la rue Rachel offrant aux malades graves un havre où acheter et fumer de la mari en toute quiétude - mais dans l'illégalité - afin d'atténuer leur douleur.

Le Devoir, samedi 12 février 2000, p. A1
Myles, Brian

Menottes aux poignets, deux figures de proue du Bloc Pot, le chef Marc Saint-Maurice et Alexandre Néron, ont été mis en accusation hier à Montréal pour possession et trafic de marijuana. Ils aidaient des personnes atteintes du VIH, de cancers ou de spasmes musculaires chroniques à apaiser leur douleur.

Le Soleil, samedi 12 février 2000, p. A21

Montréal (PC) - Deux dirigeants du Bloc Pot qui distribuaient de la marijuana à des fins thérapeutiques ont été accusés de trafic de stupéfiants, hier, à Montréal, au moment même où le ministre fédéral de la Santé, Allan Rock, affirmait qu'il serait préférable que les personnes consommant de ce stupéfiant à des fins médicales se le procurent auprès de sources gouvernementales.

Le Devoir, lundi 4 octobre 1999, p. A1
Myles, Brian

Pour ou contre le «pot»? Une poignée d'activistes ont ravivé le débat sur la légalisation de la marijuana (à des fins thérapeutiques) en ouvrant vendredi un authentique coffee shop (pour les malades chroniques seulement) sur le plateau Mont-Royal. Un geste qui relève autant de la compassion que de la provocation.

Le Devoir, samedi 2 octobre 1999, p. A5
Myles, Brian

Alors que le débat sur la légalisation de la marijuana à des fins thérapeutiques se perd dans les dédales parlementaires à Ottawa, des Montréalais ont décidé de défier ouvertement la loi. Désormais, les malades chroniques pourront se procurer «l'herbe» par l'entremise d'un organisme bien particulier, le Club Compassion.

Pages

S'abonner à Usage thérapeutique