Le chef du Bloc Pot n'exerce pas son droit de vote

Si la tendance se maintient, le Bloc Pot annonce l'élection d'un dix-septième gouvernement prohibitionniste

Si la tendance se maintient, le Bloc Pot annonce l'élection d'un dix-septième gouvernement prohibitionniste. Par contre, si la tendance s'omettait, nous participerions à un véritable changement et la prohibition serait du passé.

Minoritaire ou pas, tous les partis en liste pour le choix électoral de 2007 s'entendent dans un dialogue de sourd dans lequel ils oublient les jeunes, la culture, les régions, l'écologie et l'économie. En effet, toutEs les éluEs de l'Assemblée nationale seront encore des irresponsables et refuseront de réparer l'injustice historique qui sévit contre le cannabis et, plus directement, la population elle-même.

La prohibition appliquée par le gouvernement québécois est un frein majeur au développement régional d'une économie verte orientée vers l'avenir et surtout, tolère la présence du cannabis dans les écoles en laissant ainsi la sécurité des usagers de cannabis au crime organisé.

Le PLQ, le PQ ou l'ADQ seront spécifiquement responsables de la criminalisation de plus de 10 000 personnes, la destruction de la forêt boréale, de l'étalement urbain, du démantèlement industriel du Québec et de la fuite de nos capitaux vers les coffres des pétrolières plutôt que dans nos régions laissées à l'abandon. Ce n'est pas prioritaire pour le gouvernement québécois. « Plutôt laisser le crime s'en occuper », se disent-ils!

« Des petits plants pour un grand projet », plan d'affaires du Bloc Pot, répondait à un large éventail de préoccupations des Québécois et des Québécoises, tels la justice sociale, le développement régional, l'agriculture, la santé, l'environnement, l'éducation, la culture...

Tout au cours de la campagne, le Bloc Pot s'est efforcé à démystifier le cannabis en distribuant celui-ci à ses concitoyenNEs et sympathisantEs. Une action simple et efficace destinée à nourrir la population de protéines et d'acides gras essentiels plutôt que de discours creux et de promesses non tenues. Un électeur de Verdun nous avoua candidement : « Pas mal les p'tits paquets de noix que tu m'a donnés! J'avais jamais goûté à ça avant, c'est bien meilleur que des peanuts ! »

Pourtant, avec seulement neuf candidats, il sera difficile pour la population d'exprimer sa volonté de mettre fin à la prohibition. C'est pourquoi le Bloc Pot organisait un « reeferendum » afin de contrer le déficit démocratique occasionné par son absence des bulletins de vote de plusieurs circonscriptions.

D'ailleurs, le conseil de coordination du Bloc Pot a mandaté son chef, Hugô St-Onge, à ne pas exercer son droit de vote le jour du scrutin, puisque notre candidat, Mario Paquet, s'est fait refuser dans la circonscription de Sainte-Marie-Saint-Jacques.

« Tant qu'à voter pour quelqu'un qui veut m'arrêter par tous les moyens policiers, je préfère m'abstenir et me reposer de cette campagne frileuse en projets novateurs » renchérit-il.

En effet, les oreilles de l'isoloir ne perçoivent pas l'écho quotidien de la population auquel les élus de demain ne répondent jamais. La prohibition continue par l'irresponsabilité des décideurs politiques et le travail du Bloc Pot ne s'arrête pas avec les résultats des votes.

Merci de contribuer au seul groupe antiprohibitionniste du Québec.