Militaires sous l'influence de stupéfiants

Le réseau anglais CBC a révélé une vérité de La Palisse hier soir au bulletin de nouvelles The National : les militaires canadiens consomment des substances illicites dans une même proportion que le reste de la population! La traduction française de la dépêche (voir ci-dessous) précise que les soldats pris en défaut ne seront pas déployés en mission en Afghanistan et devront rester chez eux. Mais ce billet de blogue nous informe qu'une fois rendus à destination, rien n'empêche nos boys d'avoir accès à tous ce qu'ils désirent...


Radio-Canada.ca, le mardi 11 septembre 2007

Des militaires canadiens qui devaient être déployés en Afghanistan sont retenus au Canada parce qu'ils ont été déclarés positif à des examens de dépistage de drogues.

Le service anglais de nouvelles de Radio-Canada (CBC) a obtenu cette information grâce à la loi d'accès à l'information.

Les documents consultés par la CBC confirment que, depuis septembre 2006, les Forces canadiennes font passer systématiquement des tests de dépistage aux substances illicites à ses militaires qui vont en Afghanistan.

Depuis un an, 6800 soldats ont passé un test et 195 d'entre eux ont obtenu des résultats positifs. Ces derniers doivent rester chez eux jusqu'à nouvel ordre.

La plupart des soldats fautifs ont consommé de la marijuana, mais certains tests ont confirmé la consommation de drogues dures telles que la cocaïne, la méthamphétamine et les amphétamines.

Les documents obtenus par la CBC montrent également qu'une douzaine de militaires ont tenté de tromper les contrôles en donnant des échantillons d'urine dilués.

Bien que le nombre de soldats pris en faute représente 4 % des soldats testés, l'armée canadienne prend la situation au sérieux.

« Le fait que des soldats soient retenus au Canada à cause de cela oblige d'autres soldats déployés en Afghanistan à prolonger leur mission », a déclaré le brigadier général Ian Poulter.

« Vous ne pouvez pas prendre le risque de laisser une personne sous l'influence des stupéfiants manier des armes et conduire des équipements lourds et dangereux », a souligné le président du Comité sénatorial sur la sécurité nationale et la défense, le sénateur Colin Kenny.

Les Forces canadiennes ont l'intention d'élargir leur programme de détection de drogues à l'ensemble des forces et pas seulement aux militaires appelés à servir en Afghanistan.