Les Conservateurs et la drogue : toujours les mêmes vieilles politiques inefficaces

Eh oui, quand une politique ne fonctionne pas, il faut la poursuivre et même y allouer plus de ressources! Voilà ce que pensent les Conservateurs au pouvoir. Pendant que l'industrie pétroliére albertaine rend l'atmosphère terrestre irrespirable, et que notre pays passe pour ridicule en ne respectant pas ses engagements internationaux de Kyoto, le gouvernement ferme les yeux et concentre l'argent du public à la lutte à la fumée de cannabis! Espérons que les partis d'opposition à Ottawa auront le courage de faire tomber ce gouvernement irresponsable et criminel. Emprisonner les jeunes et les pauvres pour les « protéger », voilà une orientation que nous refusons.

Lutte contre la drogue: Des peines plus lourdes

Radio Canada.ca, 4 octobre 2007

Les détails du nouveau programme de lutte contre la drogue du gouvernement conservateur seront dévoilés jeudi, à Winnipeg par le premier ministre Harper. Le plan devrait tabler à la fois sur la prévention et la répression.

Le premier ministre canadien Stephen Harper dévoilera les détails d'une nouvelle stratégie de lutte contre la drogue, jeudi, à Winnipeg.

Le plan s'est déjà vu attribuer une somme de 63,8 millions de dollars sur deux ans dans le dernier budget fédéral, mais les détails de sa mise en oeuvre n'ont pas été dévoilés.

La ventilation de cette somme permet déjà d'établir que la stratégie du gouvernement s'appuiera à la fois sur la prévention et la répression.

Le budget 2007-2008 prévoyait ainsi consacrer 21,6 millions de dollars pour lutter contre la production et la distribution de drogues illicites et 32,2 millions pour mettre en place des services de traitement de la toxicomanie.

Le gouvernement Harper prévoyait également investir 10 millions de dollars dans une campagne de prévention destinée aux jeunes et à leurs parents.

Le plan inclut également des peines plus lourdes pour les trafiquants de drogue.

La semaine dernière, le ministre canadien de la Santé, Tony Clement, a fait savoir qu'il comptait profiter de cette annonce pour mettre un terme aux « messages contradictoires » des dernières années et signaler que « la fête est finie ».

Sous Jean Chrétien puis Paul Martin, le gouvernement canadien avait envisagé de modifier le Code criminel afin de décriminaliser la possession de petites quantités de cannabis. Le projet n'a finalement jamais été adopté.

En 2006, le nombre de personnes arrêtées pour possession simple de cannabis a augmenté de 20% à 50% par rapport à 2005 dans plusieurs villes du pays, dont Toronto, Vancouver, Ottawa et Halifax. Il a toutefois baissé à Montréal et à Calgary.