«Il faut que ça roule», dit le Bloc-Pot

La Presse, mercredi 25 novembre 1998, p. B4
Roy, Paul

Le Bloc-Pot, dont l'«article un» préconise la décriminalisation de la possession et de la culture de la marijuana, a lancé hier un appel aux électeurs péquistes de la circonscription de Viau, dont le candidat s'est désisté il y a quelques semaines.

«Nous allons intensifier notre campagne dans Viau», a dit hier en conférence de presse le chef du Bloc-Pot, Marc Saint-Maurice.

«L'absence du candidat péquiste est une situation fâcheuse pour le Parti québécois. Mais elle permet aux électeurs péquistes de nous appuyer sans nuire à leur parti.»

Ce sera également une façon pour eux de «lancer au gouvernement un message concernant la loi sur le cannabis», estime M. Saint-Maurice. En prime, ils n'auront pas eu à annuler leur vote.

Le Bloc-Pot est représenté dans Viau par Guillaume Blouin-Blondin, un jeune étudiant en sciences humaines. M. Saint-Maurice, lui, se présente dans Mercier, la circonscription du ministre d'État à la métropole, Robert Perreault.

24 candidats

En tout, le parti aura des candidats dans 23 circonscriptions le 30 novembre. Certains de leurs slogans ne manquent pas d'esprit: une pancarte rue Sauvé, dans Crémazie, proclame «Il faut que ça roule».

Hier, M. Saint-Maurice a indiqué que le report de l'élection dans Masson, causé par le décès du candidat péquiste Yves Blais, allait même permettre à son parti d'y présenter un 24e candidat.

Le scrutin aura lieu le 14 décembre dans Masson. Les candidats ont jusqu'au 30 novembre pour y faire inscrire leur nom sur le bulletin de vote.

C'est dans le sous-sol d'un bar de la rue Saint-Denis que le Bloc-Pot a tenu son point de presse hier. S'y trouvaient, une dizaine de candidats, des jeunes pour la plupart. Quelques exceptions tout de même, dont le criminologue Jean-Claude Bernheim.

Il y avait aussi là un petit homme de 32 ans étendu sur une civière. Claude Messier souffre de dystonie musculaire, maladie à ne pas confondre avec la dystrophie musculaire, précise-t-il.

«La dystrophie, les muscles deviennent flasques; la dystonie, ils deviennent très durs et sujets aux spasmes.»

Le lien avec le Bloc-Pot? M. Messier dit fumer trois joints de pot par jour pour détendre ses muscles et espacer les spasmes.

«Je prends 175 pilules par semaine, dit-il, mais aucune d'elles n'enlève la douleur et les spasmes. Pour ça, il n'y a que la marijuana.»

Le problème, c'est que son pot, M. Messier, qui vit à l'hôpital Saint-Charles-Borromée, est obligé de le fumer en cachette.

«Je vais fumer dehors, ce qui veut dire que trois fois par jour, des amis doivent venir me chercher et me conduire dehors. En plus (la marijuana), ça coûte la peau des fesses!»

M. Messier dit fumer depuis l'âge de 14 ans. «Et je ne suis pas seul à en avoir besoin: il y a des sidéens, des cancéreux... Faut-tu qu'on marche dans la rue?»

C'est un dénommé Aurèle Bourassa qui avait obtenu l'investiture péquiste dans Viau. S'étant désisté, il avait tenté sans succès d'annuler son désistement, si bien que le PQ ne présente plus que 124 candidats, un de moins que le Parti libéral et... l'ADQ.

La circonscription est représentée par William Cusano, qui avait obtenu une très forte majorité de 9500 voix en 1994.

Outre Viau, Mercier et possiblement Masson, le Bloc-Pot a des candidats dans les circonscriptions suivantes: Chambly, Deux-Montagnes, Argenteuil, Crémazie, L'Assomption, Laurier-Dorion, Laval-des-Rapides, Marguerite-d'Youville, Marie-Victorin, Mille-Îles, Outremont, Prévost, Rosemont, Robert-Baldwin, Saint-Jean, Sainte-Marie-Saint-Jacques, Verdun, Vimont, Rimouski, Rivière-du-Loup et Sherbrooke.