Dites à la DEA que le cannabis n’a pas sa place dans l’annexe I

L’agence accepte les commentaires jusqu’au 22 juillet 2024 via le portail fédéral eRulemaking.

Dites à la DEA que le cannabis n’a pas sa place dans l’annexe I

La Drug Enforcement Administration des États-Unis accepte actuellement les commentaires du public sur l’opportunité de reclasser le cannabis. L’agence accepte les commentaires jusqu’au 22 juillet 2024 via le portail fédéral eRulemaking.

PRÉPAREZ VOTRE COMMENTAIRE

Il s’agit d’une occasion unique pour les patients, les médecins et d’autres personnes de fournir des informations de première main aux administrateurs affirmant la sécurité et l’efficacité du cannabis. Le ministère américain de la Santé et des Services a basé sa recommandation sur des preuves cliniques réelles. Vos observations aideront à réaffirmer leurs conclusions selon lesquelles le cannabis « a un usage médical actuellement accepté » et que son potentiel d’abus ne justifie pas son placement en tant que substance contrôlée de l’annexe I ou de l’annexe II.

Nos adversaires politiques encouragent leurs membres à peser avec des commentaires négatifs exhortant les administrateurs à maintenir le cannabis à l’annexe I. Nous devons repousser leurs tactiques alarmistes et leurs affirmations sensationnelles.

Nous devons le faire d’une seule voix et en fournissant un message clair et concis : que le cannabis a une utilité médicale légitime et qu’il ne possède pas le même potentiel d’abus que les substances de l’annexe I ou de l’annexe II. Bien que NORML croit fermement que le cannabis devrait être retiré complètement de la CSA – harmonisant ainsi la politique fédérale sur le cannabis avec celles de la plupart des États américains – nous ne nous opposons néanmoins pas à la base factuelle sous-jacente à la recommandation du HHS de déplacer le cannabis botanique à l’annexe III ou à un niveau inférieur.

Il s’agit d’une occasion historique d’influencer le changement le plus important de la loi fédérale depuis plus de cinq décennies. Veuillez personnaliser le modèle de lettre de NORML fourni ci-dessous et partager votre opinion avec la DEA.

SOUMETTEZ VOTRE COMMENTAIRE

INSTRUCTIONS
Ouvrez la page de soumission de commentaires publics sur les annexes des substances contrôlées : reclassification de la marijuana.

Copiez l’exemple de commentaire public ci-dessous et collez-le dans la section Commentaire.

Personnalisez l’exemple de commentaire pour raconter votre histoire. Par exemple, si vous êtes un patient qui a pu réduire sa consommation d’opioïdes avec du cannabis médical, veuillez partager votre expérience. Si vous résidez dans un État où le cannabis médical est légal et que vous avez été témoin des impacts positifs de ce changement de politique sur la santé et l’économie, veuillez préciser. Si vous êtes médecin et que vous avez vu vos patients réagir favorablement à la thérapie au cannabis, c’est le moment de partager votre avis d’expert. Si vous exploitez une entreprise de cannabis autorisée par l’État et que vous avez du mal à joindre les deux bouts en raison des exigences 280E, expliquez comment ce changement vous sera bénéfique sur le plan économique.

Entrez votre adresse e-mail (facultatif).
Sélectionnez Individuel ou Anonyme (obligatoire).

Soumettre un commentaire.
Des instructions supplémentaires étape par étape sur la façon de soumettre des commentaires publics sont disponibles auprès de la Coalition pour la réforme de la classification du cannabis.

EXEMPLE DE COMMENTAIRE PUBLIC

Je fournis des commentaires à l’appui de la reclassification du cannabis botanique (dossier no. DEA-1362).

Le ministère de la Santé et des Services sociaux a conclu à juste titre que le cannabis « a un usage médical actuellement accepté » et que son potentiel d’abus ne justifie pas son placement en tant que substance contrôlée de l’annexe I ou de l’annexe II.

Le HHS est parvenu à cette conclusion parce qu’il existe une compréhension généralisée dans la communauté médicale que le cannabis a un usage légitime dans le traitement de conditions spécifiques, y compris la douleur, et qu’il peut être administré en toute sécurité sous surveillance médicale.

Trente-huit États réglementent la production et la vente de cannabis botanique et de produits connexes aux patients éligibles. On estime que six millions de patients participent actuellement à ces programmes, ainsi que quelque 30 000 professionnels de la santé. Beaucoup de ces programmes d’accès à l’État fonctionnent depuis plusieurs décennies. Aucun État n’a jamais abrogé l’accès des patients aux produits de cannabis médical dérivés de plantes. C’est une preuve claire que le cannabis médical peut être réglementé de manière sûre et efficace, et que ses avantages pour la santé publique l’emportent de loin sur les coûts.

À l’échelle nationale, 69 % des cliniciens praticiens pensent que le cannabis a une utilité médicale, et plus d’un quart reconnaissent avoir recommandé le cannabis à leurs patients, selon les données d’une enquête de 2022 compilées par les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis. En outre, plusieurs sociétés et associations médicales, telles que l’American Nurses Association et l’American Public Health Association, ont exhorté le gouvernement fédéral à « agir rapidement pour rendre le cannabis disponible en tant que médicament légal ».

Le cannabis possède un profil d’innocuité supérieur à celui de nombreuses autres substances contrôlées et il ne répond clairement pas aux exigences strictes d’une substance contrôlée de l’annexe I ou de l’annexe II. Plus précisément, le HHS a déterminé que « les risques pour la santé publique posés par la marijuana sont faibles par rapport à d’autres drogues », telles que les benzodiazépines – une drogue de l’annexe IV, ou l’alcool, qui n’est pas répertorié. Le HHS a conclu : « Aucun problème de sécurité n’a été identifié dans notre examen qui indiquerait que l’utilisation médicale de la marijuana pose des risques de sécurité inacceptables pour les indications où il existe des preuves scientifiques crédibles soutenant son utilisation thérapeutique. »

En conclusion, le cannabis ne répond clairement pas aux critères nécessaires d’une substance réglementée de l’annexe I ou de l’annexe II. Bien que je pense que le cannabis devrait être complètement retiré de la CSA – harmonisant ainsi la politique fédérale sur le cannabis avec celles de la plupart des États américains – je ne m’oppose néanmoins pas à la base factuelle sous-jacente à la recommandation du HHS de déplacer le cannabis botanique à l’annexe III ou à un niveau inférieur. Il serait arbitraire et capricieux pour la DEA de rejeter les conclusions de fait du HHS et de maintenir les interdictions existantes de la plante de cannabis.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.