Ridad et McKaig discutent des perceptions des infirmières en oncologie sur le cannabis médical

l'utilisation de cannabis médical pour les patients, qui sont en phase terminale.

Ridad et McKaig discutent des perceptions des infirmières en oncologie sur le cannabis médical

30 mai 2023
Alyssa Ridad, BSN-RN, OCN Amanda McKaig, BSN, RN, OCN

Conférences | Congrès annuel de l'ONS
Alyssa Ridad BSN-RN, OCN ; et Amanda McKaig, BSN, RN, OCN, discutent des perceptions des infirmières en oncologie sur le cannabis médical.

Pause

Unmute
Current Time
1:01
/
Duration
4:34

Picture-in-Picture

Fullscreen
La plupart des infirmières en oncologie qui travaillent à ULCA Health ont indiqué que le cannabis médical aidait leurs patients à gérer l'anxiété et l'insomnie, selon les résultats d'une enquête présentée au 48e congrès annuel de la Oncology Nursing Society (ONS). 1

Dans une interview avec Oncology Nursing News®, l'auteur de l'étude Alyssa Ridad BSN-RN, OCN, a expliqué qu'en Californie, la « loi de Ryan », ou projet de loi du Sénat (CA SB) 311, a exigé que les établissements de santé autorisent l'utilisation de cannabis médical pour les patients, qui sont en phase terminale. Ridad et sa co-chercheuse, Amanda McKaig, BSN, RN, OCN, ont cherché à comprendre la facilité des infirmières à gérer la consommation de cannabis médical dans la population hospitalière en oncologie médico-chirurgicale.

Les résultats d'une littérature suggèrent que la recherche soutient fortement l'utilisation du cannabis médical dans la gestion de la douleur chronique, y compris les nausées, les vomissements et l'anorexie. 2-6 De plus, la recherche a démontré que le delta-9-tétrahydrocannabinol/cannabidiol (THC/CBD), en association avec des régimes anti-émétiques standard, peut être efficace pour réduire les nausées et les vomissements induits par la chimiothérapie. De plus, il existe de nouvelles preuves que le THC/CBD pourrait être efficace dans la prise en charge de la neuropathie périphérique induite par la chimiothérapie et des troubles du sommeil.

Conformément à la loi de Ryan, l'établissement a mis à jour sa politique pour permettre la collaboration interdisciplinaire entre les soins infirmiers et la pharmacie. Le processus est le suivant : 1

MD reconnaît qu'un patient répond aux critères de consommation de cannabis en milieu hospitalier.

Le patient fournit un approvisionnement de ses propres produits à base de cannabis.
La pharmacie fournit aux patients un coffre-fort personnel pour stocker leurs produits à base de cannabis.
Le patient peut s'auto-administrer ses produits au besoin.

Les infirmières documentent chaque administration dans le dossier d'administration des médicaments (MAR).

Ridad et McKaig ont créé un sondage, qui a été envoyé à toutes les infirmières qui s'occupent d'un patient qui a supervisé avec succès la consommation de cannabis après la mise en œuvre de la loi de Ryan. Cette enquête a mesuré le confort des infirmières et leur perception de l'efficacité du cannabis sur la gestion des symptômes. Ils ont demandé aux participants d'évaluer leurs réponses aux questions suivantes :

Je me sens à l'aise d'appliquer la loi de Ryan dans ma pratique.

Un répondant a déclaré être tout à fait d'accord avec cet énoncé, 3 plutôt d'accord et 1 ni d'accord ni en désaccord.
J'ai l'impression que la loi de Ryan a aidé mes patients avec leurs symptômes lors de la réévaluation.

Trois répondants ont dit qu'ils étaient tout à fait d'accord avec cet énoncé, 3 plutôt d'accord et 1 ni d'accord ni en désaccord.
Je pense que la loi de Ryan a eu un impact positif sur mon séjour de patient.

Trois répondants ont dit qu'ils étaient tout à fait d'accord avec cet énoncé, 3 plutôt d'accord et 1 ni d'accord ni en désaccord.
De plus, les infirmières ont répondu que le sommeil et l'anxiété étaient les symptômes les plus susceptibles d'inciter leurs patients à consommer leurs produits à base de cannabis.

Les références

McKaig A, Ridad A. Perspectives des infirmières sur l'accès humanitaire au cannabis médical. Affiche présentée au : 48e congrès annuel de la Oncology Nursing Society; 26-30 avril 2023 ; San Antonio, Texas. Consulté le 25 mai 2023. https://ons.confex.com/ons/2023/meetingapp.cgi/Paper/12684
Banerjee S, McCormack S. Cannabis médical pour le traitement de la douleur chronique : examen de l'efficacité clinique et des lignes directrices. Ottawa (Ont.) : Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé; 2019.
Bodine M, Kemp AK. Usage médical du cannabis en oncologie. StatPearls. Mis à jour le 25 octobre 2022. Consulté le 25 mai 2023. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK572067/
Finn DP, Haroutounian S, Hohmann AG, Krane E, Soliman N, Rice ASC. Cannabinoïdes, système endocannabinoïde et douleur : revue des études précliniques. Douleur. 2021;162(supplément 1):S5-S25. doi:10.1097/j.pain.0000000000002268
Kleckner AS, Kleckner IR, Kamen CS, et al. Opportunités pour le cannabis dans les soins de support en oncologie. Ther Adv Med Oncol. 2019;11:1758835919866362. doi:10.1177/1758835919866362
McDonagh MS, Morasco BJ, Wagner J, et al. Produits à base de cannabis pour la douleur chronique : une revue systématique. Ann Intern Med. 2022;175(8):1143-1153. doi:10.7326/M21-4520

Commentaires

Discrimination: seulement pour les patients, en phase terminale.

Le patient fournit un approvisionnement de ses propres produits à base de cannabis.

Est-ce qu'ils s'informent et testent le taux de THC et CBD de ses propres produits et la provenance ?

Car selon des pseudos experts, en sondages d'opinions et non des recherches sur des humains double aveugle
à qui on a « fourni les cannabis », qui affirment que des taux de THC élevés "pourraient" être plus addictifs.

Ou ils s'en foutent étant donné que de toute façon les patients sont en phase terminale ?

Conformément à la loi de Ryan, l'établissement a mis à jour sa politique pour permettre la collaboration interdisciplinaire entre les soins infirmiers et la pharmacie. Le processus est le suivant : 1

MD reconnaît qu'un patient répond aux critères de consommation de cannabis en milieu hospitalier.

Le patient fournit un approvisionnement de ses propres produits à base de cannabis.

La pharmacie fournit aux patients un coffre-fort personnel pour stocker leurs produits à base de cannabis.

Le patient peut s'auto-administrer ses produits au besoin.

Les infirmières documentent chaque administration dans le dossier d'administration des médicaments (MAR).

Pages

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.