Jacques Chagnon du parti libéral pour la banalisation la promotion et l’abus d’alcool ? Le vin coulait à flots, deux à trois bouteilles par personne, il a été sept jours sur ce rythme-là.

Jacques Chagnon du parti libéral pour la banalisation la promotion et l’abus d’alcool ? Le vin coulait à flots, deux à trois bouteilles par personne, il a été sept jours sur ce rythme-là.

http://www.journaldemontreal.com/2018/06/01/les-bobettes-de-jacques-chagnon

Les bobettes de Jacques Chagnon

Sophie Durocher
Vendredi, 1 juin 2018 15:10 MISE à JOUR Vendredi, 1 juin 2018 15:16
Coup d'oeil sur cet article
Bon. Le président de l'Assemblée Nationale Jacques Chagnon « regrette le ton employé et la tournure de la mêlée de presse » au cours de laquelle il a fait référence aux bobettes d’un journaliste. Le clip a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux.

http://www.journaldequebec.com/2018/06/01/reference-aux-petites-culottes...

Cette confrontation entre un élu et des journalistes survenait dans le contexte où mes collègues du Bureau d’enquête sont justement allés fouiller « dans les bobettes » de Jacques Chagnon, qui en mène apparemment large lors des missions à l’étranger.

http://www.journaldequebec.com/2018/04/23/aura-de-mystere-autour-des-dep...

Extrait : « Jacques exagère, ça n’a pas de bon sens, nous dit un autre député. Cet été au Luxembourg, il a payé la facture à tout le monde, nous dit une source. Le vin coulait à flots, deux à trois bouteilles par personne, il a été sept jours sur ce rythme-là. »

Il était donc parfaitement normal que des journalistes le questionnent pour savoir si le détail des dépenses en alcool allait être précisé sur les comptes de dépense. Mais non, Monsieur Chagnon s'en offusque !

Avec le ton et la manière de sa référence aux bobettes, Jacques Chagnon me faisait penser à Marie-Antoinette et son fameux : "Qu'ils mangent de la brioche ! ".

Comment le bon peuple ose-t-il demander des comptes à rendre à Sa Très Haute Altesse ?

Ce qui transparaissait dans cette mêlée de presse, c’est tout le mépris de Jacques Chagnon pour les journalistes devant lui, qui lui posent pourtant des questions légitimes.

On a quand même le droit de savoir si les députés en mission à l’étranger ont bu sur le bras des contribuables du Ménage à trois ou du Château d’Yquem, bordel !

C’est cette arrogance et cette outrecuidance des élus qui alimentent le cynisme dans la population. Comme si on nous disait : « On fait le party sur votre bras mais ne vous avisez pas de poser des questions trop insistantes. »

Manifestement, Monsieur Chagnon a le vin triste. Il oublie que les journalistes sont en quelque sorte les messagers des inquiétudes de la population. En méprisant ainsi les journalistes qui ne font que leur travail, en balayant du revers de la main des questions légitimes, il envoie un bien mauvais message à la population.

Un petit conseil, Monsieur Chagnon : descendez de vos grands chevaux et retrouvez toute la dignité et l’aplomb qui nous avaient tant impressionnés lors de votre discours concernant l’UPAC.

Et mettez de l’eau dans votre vin.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.