Cannabis légalisation: Ian Lafrenière du SPVM admet qu’ils sont toujours incapables de stopper le marché au noir du tabac et l’alcool ...

Cannabis légalisation: Ian Lafrenière du SPVM admet qu’ils sont toujours incapables de stopper le marché au noir du tabac et l’alcool ...

Je peux vous dire qu’on a déjà l’information révélant qu’ils se sont réorganisés [en fonction de la légalisation du cannabis] », a-t-il admis en entrevue avec Le Journal.

Zappiste: Plus de policier$ et policière$ n'y changeront rien !

http://www.journaldemontreal.com/2018/01/31/le-marche-noir-du-pot-prepar...

Le marché noir du pot prépare sa contre-attaque
Des prête-noms pourraient être utilisés pour profiter du système légal

Laurence Houde-Roy
Mercredi, 31 janvier 2018 01:00 MISE à JOUR Mercredi, 31 janvier 2018 01:00
Coup d'oeil sur cet article
Le crime organisé a déjà revu ses stratégies face à la légalisation prochaine du cannabis, soutient la police de Montréal.

« Le crime organisé, le mot le dit, il est organisé. Il s’ajuste à la réalité du marché, dit le porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Ian Lafrenière. Je peux vous dire qu’on a déjà l’information révélant qu’ils se sont réorganisés [en fonction de la légalisation du cannabis] », a-t-il admis en entrevue avec Le Journal.

Le premier ministre canadien Justin Trudeau a souvent moussé son projet de légalisation du cannabis en faisant valoir entre autres que cela allait étouffer le marché noir et empêcher les consommateurs de se procurer du cannabis auprès du marché illicite.

À quelques mois de légaliser cette substance au pays, le SPVM et les rapports d’experts sont formels : le marché noir du cannabis ne cessera pas d’exister. Le crime organisé trouvera simplement des méthodes plus créatives pour continuer.

Ian Lafrenière donne comme exemple le tabac et l’alcool, pour lesquels le marché de contrebande est toujours bien présent, bien que ces produits soient légaux.

Contrebande ?

« Les gens font l’équation : c’est légal, donc le marché noir, c’est fini, note Ian Lafrenière. Même si c’est légal, les gens tentent quand même d’en profiter. Donc ça n’arrêtera pas du jour au lendemain. Est-ce que la culture illégale va arrêter ? Non. Est-ce qu’ils vont tenter de faire de la contrebande ? Oui », affirme le porte-parole.

Des représentants de la GRC et du ministère de la Sécurité publique avaient d’ailleurs déjà alerté le gouvernement canadien en septembre, en affirmant qu’il était peu probable que le marché noir abandonne son trafic de cannabis.

Non seulement le SPVM a l’information selon laquelle le crime organisé aurait déjà revu ses tactiques, mais des experts suggèrent que les trafiquants pourraient par exemple utiliser des prête-noms pour l’obtention d’un permis de production auprès de Santé Canada.

Cela leur permettrait de « produire et distribuer illégalement du cannabis sous le couvert du système légal », explique la firme Raymond Chabot Grant Thornton, qui a réalisé une analyse des impacts de la légalisation du cannabis pour le compte de la Ville de Montréal.

Pas farfelu

« On l’a déjà vu dans d’autres domaines récemment. Ce ne serait pas farfelu que ça se reproduise [dans le marché légal du cannabis] », a réagi Ian Lafrenière, qui ajoute que l’exportation de cannabis vers les États-Unis ne devrait pas non plus cesser.

Cette méthode de prête-noms est en effet déjà utilisée dans le milieu du cannabis médical.

Une légalisation coûteuse
9,3 M$

Au total, la légalisation du cannabis pourrait coûter 9,3 millions $ par année à Montréal en sécurité et en lutte contre la contrebande.

6 à 8 installations

Selon le rapport de la firme Raymond Chabot Grant Thornton, le SPVM procède au démantèlement de 6 à 8 installations de culture et contrebande de cannabis en moyenne par semaine.

42 employés

La police de Montréal pourrait devoir embaucher 42 employés pour assurer le démantèlement des installations illégales.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.