La légalisation du cannabis, prévue le 1er juillet 2018, pourrait permettre aux organismes de bénéficier d’argent frais pour les traitements, mais aussi pour la prévention, croit Nicolas Bédard.

Zappiste:La légalisation du cannabis, prévue le 1er juillet 2018, pourrait permettre aux organismes de bénéficier d’argent frais pour les traitements, mais aussi pour la prévention, croit Nicolas Bédard.

Les substances licites (tabac et alcool) représentent 79,3 % du coût total de l’abus de substances :

les coûts liés au tabac sont de 17 milliards de dollars (42,7 %)

l’alcool impose des coûts de 14,6 milliards de dollars (36,6 %)

Les coûts pour TOUTES les drogues illicites sont évalués à 8,2 milliards de dollars (20,7 %)

http://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/gravel-le-matin/segments/e...

Les besoins des centres de désintoxication augmenteront avec la légalisation du cannabis

Publié le mardi 18 juillet 2017

L'actuelle crise des opiacés et la légalisation prochaine du cannabis accroissent les besoins en financement des ressources dédiées aux personnes ayant une accoutumance, avance Nicolas Bédard, président de la Coalition des organismes communautaires en dépendance.

Avec le financement actuel, nous ne sommes pas équipés pour faire face à ces deux [nouvelles réalités]. Il va falloir s'asseoir avec le ministère de la Santé à l’automne pour essayer de trouver un financement adéquat, autant pour les gros centres [de désintoxication] que pour les petits.

Nicolas Bédard
La légalisation du cannabis, prévue le 1er juillet 2018, pourrait permettre aux organismes de bénéficier d’argent frais pour les traitements, mais aussi pour la prévention, croit Nicolas Bédard.

Ce dernier s’attend à une augmentation du taux de dépendance au cannabis dans les prochaines années.

Des études produites aux Pays-Bas, lors de la décriminalisation du cannabis dans les années 1970, démontrent qu’il y a eu une augmentation du taux de dépendance qui s’est stabilisé par la suite. [...] On peut s’attendre à quelque chose de semblable au Québec.
(Zappiste un lien vers ces DES études serait apprécié et sérieux !)

Nicolas Bédard
Fermeture de l’ex-centre Mélaric

Le centre de désintoxication Robert Piché-Elphège Roussel, anciennement le centre Mélaric, fermera ses portes dans les prochaines semaines. Il est situé à Saint-André-d’Argenteuil, dans les Laurentides.

Le centre s’est retrouvé avec 110 lits vides au moment de la réouverture et devait tout repartir à zéro. Je pense que la surcharge financière était immense.

Nicolas Bédard
Nicolas Bédard affirme avoir été bouche bée à l’annonce de la fermeture du centre, mais il ne pense pas qu’il puisse être sauvé.

« L’ampleur de la tâche était ardue et les installations étaient vétustes. Il faudrait [allouer la majorité des] prochains budgets aux centres qui fonctionnent. »

À ce sujet :

L'ancien centre Mélaric ferme à nouveau ses portes

Un nouveau départ pour le centre Mélaric

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.