Guerre des drogues, guerre des médias

Forums: 

http://www.cannaweed.com/news/article-1893-guerre-drogues-guerre-medias....

Guerre des drogues, guerre des médias

Bien que de plus en plus de gens, que se soit des scientifiques, des politiques ou des intellectuels, reconnaissent que l’interdiction des drogues est une mauvaise idée, la vérité est que pour le citoyen ordinaire, les perceptions communes continuent à être les mêmes que depuis des décennies.

Source: encod.org

Les drogues font du mal et tuent, pour cela elles devraient être interdites ! Parmi le public et dans les moyens de communication il n’y a rien qui résiste à cette image. Il y a un grand fossé entre ce que nous disons, nous les anti-prohibitionnistes et la réalité de ceux qui votent et choisissent ceux qui vont déterminer les nouvelles politiques !

Mais si les essais scientifiques montrent l’inefficacité du système prohibitionniste, pourquoi les communicateurs sociaux l’ignorent ? C’est une situation étrange, surtout parce que les journalistes de l’occident démocratique insistent pour montrer au monde qu’ils sont libres, justes et vrais et qu’ils critiquent les pays qui pratiquent la censure.

Que nous le voulions ou non, le critère pour que des informations soient divulguées est que beaucoup de gens soient intéressés pour les lire, les écouter ou les voir. Pour cela tous les jours nous sommes envahis par des comptes-rendus sur d’énormes saisies de drogues, de criminels arrêtés, de fortunes faciles à gagner et à perdre, ou sur un aspect plus triste de l’histoire, de décès et de maladies d’innombrables victimes qui n’ont que peu de responsabilités, mais qui pourtant sont poursuivis par la loi.

Alors pourquoi ne sommes-nous pas confrontés régulièrement, ni même occasionnellement, à des documentaires sur les résultats effectifs de la politique prohibitionniste ? Pourquoi les scientifiques ou les politiciens qui répondent publiquement de ce système ne sont-ils pas visibles ?

C’est bizarre ! Pire que cela, ce n’est pas honnête. Surtout quand nous avons des nouvelles qui transmettent une modification de la vérité des faits.

Au début de l’été 2009, un rapport de [’Institut sur la politique de décriminalisation de l’utilisation de drogues au Portugal, a présenté la conclusion que la consommation n’avait pas augmenté, les maladies et les décès en rapport aux drogues non plus. Ces dernières ont même significativement baissé dans quelques cas.

Quelle a été notre surprise quand peu de temps après tous les journaux télévisés portugais commençaient en annonçant : « Les décès dus aux drogues ont augmenté de 45% au Portugal en 2007 ! » Nous ne pouvions pas croire cette nouvelle, qui s’est rapidement propagée au niveau international, parce que nous avions en main les données officielles du département de statistique de l’Institut de la Drogue portugais, qui en rien ne paraissaient confirmer cette communication.

La vérité a été facilement découverte : ces résultats ont seulement montré que les médias, les méthodes et la quantité de décès par des drogues annoncés ont été très supérieurs à ceux obtenus par des recherches préalables. Il est impossible d’affirmer qu’il y a eu une augmentation des décès par la drogue, c’est quelque chose qui a été ensuite confirmé par les autorités compétentes, mais le mal était déjà fait ! L’information précédente qui confirmait le succès de la politique de décriminalisation de l’utilisation de drogues était déjà ternie : - « Ah Mais… mais les décès ont augmenté » !

Comme nous le savons tous , le citoyen ordinaire perçoit le monde par les titres des journaux. Il n’a pas de temps ni de prédispositions pour des recherches scientifiques, ou de simples confirmations de la vérité, surtout quand il ne voudra pas changer d’avis.

Un autre point que nous ne comprenons pas, c’est que pourquoi tant de journalistes défenseurs de la vérité à tout prix, aucun n’avance à contre-courant et commence à publier systématiquement la vérité sur les drogues ? Surtout quand beaucoup d’entre eux consomment des drogues régulièrement !

J’ai posé la question à beaucoup de journalistes et à ma grande surprise beaucoup n’ont même pas voulu répondre, d’autres l’ont repoussé et d’autres encore sont restés vagues, en se référant à d’autres : « Le message négatif pour les enfants. Le stigmate. La peur de perdre leur statut. » Finalement les mères n’aiment pas que leurs filles sortent avec des junkies et les patrons ne leur donnent pas d’emploi… D’autres ont clarifié que la plupart des médias de nos jours sont des entreprises que suivent de gros intérêts commerciaux et politiques et il n’y a pas intérêt à entamer cette discussion, au moins jusqu’à une certaine date, dans le futur ! Qui sait ?

Il y a aussi eu quelqu’un qui a dit que les informations qui leur arrivaient étaient contradictoires et parfois même mensongères, ou basées sur des théories sans vérification scientifique. Bien, il y a ici quelque chose que nous, en tant qu’activistes nous pouvons faire. Peut-être devrions-nous employer davantage d’énergie à essayer de faire parvenir notre message au grand public ? C’est probable, mais seulement quand nous divulguons les faits avec raison. Les temps ont changé, de nos jours personne n’est plus motivé que nous pour faire connaître la vérité.

Sans doute que la toile d’araignée du prohibitionnisme est tellement bien montée, que parmi ses innombrables tentacules, ses d’innombrables têtes créatives et ses innombrables façons de saisir la victime il y en a une qui fonctionne très bien dans les redactions de ce vieux continent : la vanité !

« Je consomme et je suis tellement intelligent et capable, que même mon chef ne le sait pas et pour cela je maintiens mon emploi avec ce moyen de concurrence déloyale jusqu’à avoir une promotion » ! La drogue serait alors la cause et raison de l’irrévérence ? Non, le sujet est trop sérieux pour être affronté , ou dissimulé de manière tellement futile.

D’un côté les conservateurs fondamentalistes, de l’autre les lâches ignorants et au milieu nous les activistes qui crient tous les jours contre l’injustice énorme et la cruauté d’un système qui persiste depuis un siècle et demi à torturer, arrêter et tuer des millions d’êtres humains partout dans le monde.

Sommes-nous seuls ? Bien, chaque jour nous sommes plus nombreux et chaque fois nos preuves et nos arguments augmentent et sont plus solides. Il manque quelque chose ? Oui, il manque que nous puissions toucher chaque citoyen, chaque individu, parce qu’ils sont ceux qui choisiront et voteront pour ceux qui doivent installer le système. Il est évident qu’aujourd’hui cela est seulement possible à travers les médias. À partir du moment où nous rassemblerons nos énergies et les canaliserons vers un seul objectif nous serons capables de déplacer des montagnes.

Nous avons appris que dans cette lutte nous pouvons seulement faire un petit pas à chaque fois, rien se déplace et ni se modifie rapidement. Mais au moins les pas seront solides, ne faibliront pas et beaucoup d’autres suivront.

Ils nous disent que malgré tout nous avons besoin d’une société sobre afin d’agir et penser. Mais est-ce que la nécessité de sobriété triomphe dans ce système, ou est-ce que ce système manque justement d’espace pour altérer la conscience et la sensibilité ? Les grands utopistes du siècle XXème siècle ont toujours défendu une société meilleure, dans laquelle l’être humain pourrait profiter de son « soma ». Parce que le cerveau humain a plus besoin de stimulants que de la simple satisfaction alimentaire et de survie, comme les autres animaux.

Il est indéniable que toutes les sociétés utilisent depuis toujours au moins une substance psycho-active . Avec le temps, d’autres substances sont apparues. Dans ses découvertes l’Europe a trouvé et a adopté le tabac, entre autres. Et elle a exporté la drogue la plus forte de toutes : l’alcool. Avec la globalisation tout arrive à tous, la question est : ou bien l’État intervient en réglementant sa distribution, ou le laisse entre les mains du marché noir ?

Le cerveau humain est trop complexe et exigeant pour lui refuser quelque chose. Le fait que la santé ait évolué depuis des principes de santé à un concept parfois terriblement désastreux par l’imposition du système, est quelque chose qui doit être considéré, étudié et interrogé si non par tous, au moins par ceux qui prétendent communiquer la vérité. Ou bien nous devrons tous arrêter de fumer, boire, abstraire, imaginer, sentir et voir plus loin ? Ecarter tout ce qui a été obtenu sous l’influence des drogues. ? Renoncer à la mécanique quantique ?

Il y a aussi eu celui qui m’a prévenu ne pas être innocent et penser que les grands intérêts économiques qui profitent du trafic, se retireraient doucement et abandonneraient une des plus grandes recette économiques de tous les temps sans lutter. Comme en politique, qui contrôle les médias dicte ce qu’ils veulent des citoyens.

La Guerre aux Drogues aura lieu dans les médias, à travers la manipulation silencieuse. Mais comme dans les grandes révolutions pour la justice, nous serons ici pour parler, dénoncer et surtout divulguer la vérité !

Par Jorge Roque

----------------------------------------

http://actu-economie.com/?p=40

Portugal : Bilan positif pour la politique de décriminalisation des drogues.

8 avril 2009 No Comment
Le nombre de décès liés à la consommation de drogues (overdoses) et de cas de séropositivité au VIH est en forte diminution.

Confronté à un nombre croissant de décès et de cas d’infection par le VIH liés à l’abus de drogues, le gouvernement portugais a essayé en 2001, une nouvelle tactique pour avoir un meilleur contrôle du problème. L’usage et la possession d’héroïne, de cocaïne, marijuana, LSD, et autres drogues illicites dites “de rue”, ont été décriminalisés. Au lieu d’emprisonner les utilisateurs, le traitement et la prévention ont été privilégiés, dans l’optique de réduire par effet induit le nombre de décès et d’infections.
Dans le cadre du plan portugais, les sanctions sont inchangées pour les personnes prises en flagrant délit de vente ou de trafic de drogues : elles vont de la simple amende à des peines de prison, en fonction du niveau de criminalité. Quand aux personnes contrôlées, et qui sont en possession de petites quantités (définies comme la quantité nécessaire pour dix jours d’utilisation personnelle), elles sont traduites devant la “Commission de dissuasion”, organisme administratif créé par la loi de 2001. Chaque commission de trois personnes, composée au moins d’un avocat ou d’un juge, et d’un personnel de santé ou de travailleurs sociaux, a la possibilité de recommander un traitement, une légère amende, ou l’absence de sanction.

Selon un récent rapport du Cato Institute, Washington, DC, le nombre de décès dus à des overdoses de drogues dans la rue est passé en cinq ans, de près de 400 à 290 par an. Le nombre de nouveaux cas d’infection au VIH causé par l’utilisation d’aiguilles pour l’injection d’héroïne, de cocaïne et autres substances illicites, a, quand à lui, chuté de près de 1400 à environ 400, entre 2000 et 2006. Les toxicomanes sont accueillis dans des centres de traitement où ils apprennent à contrôler leur usage des drogues, ou à s’en défaire totalement.

Peter Reuter, criminologue à l’Université de Maryland, College Park, bien que sceptique sur le fait que la décriminalisation soit la seule explication à la diminution de l’usage des drogues au Portugal, observe qu’elle a atteint au Portugal son principal objectif de réduire les conséquences sanitaires de la consommation de drogue, sans faire de Lisbonne, une destination du tourisme de la drogue.

Aucun pays n’a essayé la légalisation des drogues, qui supprime toutes les sanctions pénales pour la production, la vente et l’usage de drogues. En revanche, la décriminalisation ou dépénalisation, telle que pratiquée au Portugal, supprime la prison pour les usagers de drogues, mais maintient des sanctions pénales pour les distributeurs. L’Espagne et l’Italie ont également dépénalisé l’usage personnel de drogues et le président du Mexique a proposé de faire de même.

Source : Scientific American, 7 avril 2009