Café Marijane : la police menace de sévir

Le Soleil, jeudi 27 novembre 2003, p. A13

Montréal (PC) - Les clients du café Marijane, qui ouvrira ses portes samedi, s'exposent à une mise en accusation et à un éventuel dossier judiciaire pour possession simple de cannabis, a averti hier le Service de police de la ville de Montréal (SPVM). «En ce moment, c'est illégal, et les gens qui seront sur place avec de la marijuana pourraient faire face à des accusations de possession simple», a confirmé Luc Belhumeur, un des porte-parole du SPVM.

Afin de garder secrètes ses stratégies opérationnelles, le SPVM refuse de dire s'il interviendra dès samedi au café Marijane, aménagé au 950, rue Rachel Est, dans les anciens locaux du Club Compassion. Mais le risque d'une descente un jour ou l'autre est bien réel. À quelques jours de l'ouverture de ce premier café «apportez votre joint» au Québec, le chef du Bloc Pot, Hugo Saint-Onge, ne se formalise pas de la menace. Le Bloc Pot se servira du café Marijane comme local politique. Le bail est au nom de Marc-Boris Saint-Maurice, qui agira également à titre de représentant officiel et de responsable des questions juridiques et financières.

Exploité comme un local à des fins de réunions partisanes par le Bloc Pot, le café Marijane n'offrira aucune drogue à ses clients, préférant plutôt leur donner de l'information sur le concept de réduction des méfaits et la «consommation responsable» afin d'amener les poteux à distinguer l'usage récréatif de l'usage abusif. Par contre, le personnel du café n'empêchera personne de fumer un joint à l'intérieur de ce local.