Le café Marijane risque de se faire évincer

Le Devoir, mercredi 3 décembre 2003, p. A4
Myles, Brian

La bureaucratie municipale, et non les policiers, pourrait triompher du café Marijane, le premier établissement «apportez votre joint» ouvert au Québec.

La Direction de l'aménagement urbain du Plateau Mont-Royal a ordonné hier la démolition du bâtiment situé au 4147, Mentana, auquel est rattaché Marijane, «à causes des risques d'effondrement». La démolition de l'immeuble devrait débuter dans les prochains jours.

Le café Marijane est situé au 950, Rachel Est, mais il est rattaché au 4147, Mentana par un garage et une annexe délabrés qui seront aussi détruits. L'ordre de démolition donne au propriétaire la possibilité d'expulser les locataires de Marijane, mais il ne l'a pas encore fait.

«Ce n'est pas clair. On ne sait pas si, après la démolition, le café va être debout ou non», a dit hier Marc-Boris Saint-Maurice, l'un des instigateurs de Marijane. «Peu importe ce qui arrive, ça va perturber nos activités», a-t-il ajouté.

Le propriétaire de l'immeuble voudrait ériger des condominiums à la place. Il en avait exprimé l'intention cet été à Marc-Boris Saint-Maurice, détenteur du bail pour le local de Marijane. C'était à l'époque où le 950, Rachel abritait le Club compassion, et le projet d'ouvrir un café de type «apportez votre joint» n'avait pas encore été ébruité dans les médias.

Un inspecteur de la Ville de Montréal et un ingénieur indépendant ont visité l'immeuble durant l'été, sans déceler d'anomalies dans les fondations, a affirmé cette semaine Hugo Saint-Onge, le chef du Bloc pot. Les inspecteurs municipaux sont revenus une seconde fois, dans les semaines suivant l'annonce officielle du lancement de Marijane, un local de rassemblement politique du Bloc pot.

L'arrondissement du Plateau a confirmé par voie de communiqué que l'immeuble de la rue Mentana faisait l'objet de visites régulières du personnel d'inspection depuis son incendie en août 2001. Un rapport d'ingénieur commandé le 19 novembre dernier pour s'assurer de la stabilité du bâtiment a confirmé le risque d'effondrement. L'hiver, et non la mari, serait en cause. Les ingénieurs ont en effet jugé que l'accumulation de neige sur le toit pourrait contribuer à l'affaissement de certains éléments de structure.

Deux nouvelles arrestations ont par ailleurs eu lieu hier soir. Au total, cinq arrestations pour «simple possession de cannabis» ont eu lieu depuis l'inauguration du café samedi dernier. Le commandant du poste 38, Paul Chablo, avait indiqué plus tôt hier que des policiers effectueraient des patrouilles régulières pour s'assurer que la loi sur la possession simple de marijuana est respectée.