Duel : pour ou contre une légalisation du cannabis ?

Si la consommation est autant élevée, "c'est qu'il y a quelque chose qui ne va pas". Samia Ghalias
Publié le 01/09/2021 17:01

Vers une légalisation du cannabis ? On a posé la question à Caroline Janvier, députée de la majorité et co-autrice d'un rapport sur le cannabis, et Samia Ghali, maire-adjointe de Marseille. L'une est pour, l'autre est contre. Voici leurs arguments.

Pour la députée Caroline Janvier (LREM), la France fait partie des pays les plus prohibitifs face à la consommation de cannabis. "On a des peines de prison, un an de prison, si vous consommez du cannabis. Et qu'est-ce qu'on voit ? Eh bien, on a le résultat inverse de celui recherché puisque les Français sont les plus gros consommateurs d'Europe de cannabis et cette consommation continue d'augmenter année après année", pointe-t-elle.

À ce constat, Samia Ghali répond que si la consommation est autant élevée, "c'est qu'il y a quelque chose qui ne va pas". Elle prône ainsi d'aller plus loin, notamment en cherchant directement la cause. "Peut-être au niveau des soins, des médecins de ville, au niveau des médecins, ne serait-ce que pour aider les gens à se désintoxiquer", propose-t-elle.

Une façon de limiter les trafics ?
Selon Caroline Janvier, la légalisation encadrée du cannabis serait un moyen "d'assécher une partie des trafics" et ainsi d'encadrer dans un cadre légal ce qui, aujourd'hui, fait l'objet d'un "marché noir avec des réseaux criminels". Elle se base notamment sur les États américains ayant légalisé le cannabis, comme la Californie, le Colorado ou encore l'État de Washington : "Ils ont constaté une baisse de la criminalité, des violences, des viols, et donc ça, un certain nombre d'études le montrent de façon évidente."

Face à ce raisonnement, Samia Ghali rétorque qu'il faudrait, dans ce cas, "tout légaliser pour qu'il n'y ait plus de trafic du tout", laquelle ajoute que ce n'est pas la seule légalisation du cannabis qui viendrait endiguer l'insécurité dans les quartiers.

Qu'en est-il de la santé et de la prévention ?
Caroline Janvier pointe l'absence de prévention et d'accompagnement thérapeutique des dealers vis-à-vis des consommateurs. "En légalisant, l'État pourrait faire ce qu'il fait avec le tabac et l'alcool, mettre en place une politique de santé publique", estime la députée.

Commentaires

Alcool: Si la consommation est autant élevée,

Consommation d'alcool: Si la consommation est autant élevée, "c'est qu'il y a quelque chose qui ne va pas".
Entièrement d'accord !
Mais cette "chose qui ne va pas" tue et rend malade légalement chaque jour par acceptation culturelle sociale.
Manque de courage des gouvernement$, des politiques appuyés par des chercheur$ influençable$ dépendant$, qui ont peur de perdre des subventions, leur élection en n'imposant la prohibition la criminalisation.

Protéger, laisser tuer et rendre malade annuellement 60 000 Français par le tabac et 40 000 par l'alcool, légaux.
"c'est qu'il y a quelque chose qui ne va pas" !

Duel politique sur le cannabis: PAS au Canada - et pourtant!

C'est qu'il était prévu que la "Légaleezation" de Trudeau serait RÉVISÉE aux 5 ans...

Donc on va effectivement voter pour celui qui va soit l'empirer ou l'abolir carrément. Mais c'est toujours ZERO sur le radar mass-médiatique, Radio-Canada en tête, eux qui nous "éduquent" sur les fake news...

En fait juste hier soir Blanchet aurait planter d'aplomb son adversaire fédéraliste Justin Trudeau sur la base de tout notre or vert qui disparaît à travers la SQdC au profit des autres provinces... L'un avait beau jeu de faire le bilan de l'autre et ne l'a pas fait simplement parce qu'on n'en a pas d'assez courageux pour faire les déclarations publiques qu'il faut.

Trudeau n'a pas criminalisé ni interdit la production perso

Trudeau n'a pas criminalisé ni interdit la production perso

C'est l'autoproclamé dealmaker conservateur qui a imposé la Criminalisation des Adultes Québécois !

Hallucinant !
Il crois aux promesses électoralistes de politiciens et même celles de l'autre conservateur fédéral ?
Si tu crois ce que tu dis, c'est que c'est vraie ! Pour toi !
Genre: Un médecins de famille pour tous après 12 moins de leur élection*. François Legault (2012).
Ça va bien aller ! La lumière au bout du tunnel ! Mon bâton ou la crotte !

Voici les buts de la légalisation du Canada*.Tout en respectant l'autonomie des provinces !

Dans la majorité des provinces:
- Il y a un cadre stricte pour contrôler les activités liées au cannabis, soit :
sa vente - sa possession - sa production - sa distribution.

- Ils empêchent les jeunes d'avoir accès au cannabis de les mettre en contact avec les organisations criminelles.
de supplanter le marché illégal du cannabis. Jeunes de moins de 17-18 ans selon la province l'âge légal pour être un adulte.

(Au Québec un jeune est un adulte de 18 ans de moins de 21 ans pour le cannabis seulement.)

- Supplanter le marché illégal du cannabis !
C'est réalisable en harmonisant les droits et privilèges accordés aux drogues légales mortelles, le tabac et l'alcool, l'héroïne des pauvres.

( Criminaliser et sacrifier les adultes de 18-21 ans, 50% des consommateurs, en plus de leur fournir des millions semaine, enlevés à la SQDC (nous), en bonus à ce que la prohibition leur fourni déjà, depuis trois ans, comme au Québec caquiste n'arrivera pas à supplanter le marché organisé aux nombreux produits et points de vente, ni participer à la réduction des méfaits bénins du cannabis. L'alcool mortel est toujours disponible sur le marché illicite malgré sa légalisation et des escouades spécialisées ?)

- L'établissement de règles permettant aux "adultes" d'avoir accès à du cannabis de qualité contrôlée
la création d'une nouvelle chaîne d'approvisionnement étroitement réglementée
Pour les "adultes légaux de 18 ans ou 19 ans et plus" (selon la province ou le territoire).

( Au Québec les adultes de 18 ans responsables ont choisi et eu droit à la légalisation Canadienne pendant deux mois avant d'être criminalisés et sacrifiées aux organisations criminelles. Depuis trois ans les adultes de 18-21 ans sont en contact avec les organisations criminelles aux nombreux produits et de pharmaceutiques à dose et surdoses mortelles, contaminés, non réglementés, sans être renseignés sur leur puissance. Est-ce que le choix de mettre en contact de simple consommateurs de cannabis de 18-21 ans participe à l'augmentation des surdoses de produits de pharmaceutiques prescrits à pochetée et répétition par les médecins/psychiatres du Québec qui ont la phobie ciblée sur le cannabis bénin sans dose mortelle ni mort directe, a participé aux explosions de surdoses d'opioïdes ? Lien de causalité ?)

- Les "adultes légaux de 18 ans ou 19 ans et plus" (selon la province ou le territoire) on droit:
de posséder en public jusqu'à 30 grammes de cannabis légal séché ou l'équivalent sous forme non séchée
de partager jusqu'à 30 grammes de cannabis séché ou l'équivalent avec d'autres adultes
d'acheter des produits du cannabis auprès d'un détaillant provincial ou territorial
de cultiver jusqu'à 4 plants par ménage (et non par personne) pour ses besoins personnels :
à partir de semences ou de semis autorisés (le nombre de plants permis dépend de la province ou du territoire où on se trouve).

(Au Québec l'interdiction de la culture de 4 plantes a été faite pour protéger le monopole la SQDC et le marché illicite !)

- La possession, la production, la distribution et la vente en dehors de ce qui est permis par la loi demeurent illégales et passibles de sanctions pénales, allant :
de la contravention à une peine maximale de 14 ans d'emprisonnement.

Au Québec un parent responsable qui refuse de sacrifier son adulte légal de 18 ans, par une Loi injuste discriminatoire de la CAQ, aux mains et nombreux produits des autres dealmakers des organisations criminelles risque jusqu'à une peine de 14 ans de prison.

Pour le dépresseur comme l'héroïne, l'alcool légal, banal, létal, protégé amoureusement par la CAQ qui incite à sa consommation sans criminalisation. Un parent "responsable" peut consommer de l'alcool, sans limite d'âge minimum, avec son enfant de 6-12 ans et moins dont le cerveau ne sera complété qu'à 23-25 ans, sans risque de criminalisation ni visite de la DPJ.

Alcool qui nous coute collectivement plus cher en méfaits sur la santé physique, mentale, économique que ce qu'ils rapportent en taxes. Honteux ! Ils gaspillent des millions annuellement pour Éduc'alcool, la publicité et en commandites d'évènements d'alcoolisation alors qu'ils nous en coûtent plus que ce qu'ils rapportent en taxes ?

Alcool protégé, par manque de courage, peur de perdre l'élection en imposant le 21 ans comme la CAQ en 2018.
Aucun parti politique n'a parlé de l'accident mortel dû à l'alcool à Québec ?
Ni de la possibilité de modifier la loi sur la limite permise.
Ni d'interdire la consommation légale par de jeunes enfants de 6-12 ans et moins.
Dont le cerveau ne sera complété qu'à 23-25 ans ?
L'alcoolique multi récidiviste aura droit au privilèges du "Pas de faute" même en prison !

Convaincre au lieu de Contraindre ?
Est-ce qu'il a été obligé à suivre un programme de désintoxication ?
Un problème de vulnérabilité personnelle ne se résout pas avec la criminalisation !
Parler ne fait pas cuire le riz ! Applaudir non plus !

https://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-faits-divers/2021-09-04/gr...
Grave accident à Beauport Deux enfants succombent à leurs blessures

* La légalisation et la réglementation du cannabis
Le 17 octobre 2018, la Loi sur le cannabis est entrée en vigueur.

Elle met en place, au Canada, un nouveau cadre strict pour contrôler les activités liées au cannabis, soit :

sa vente
sa possession
sa production
sa distribution

La Loi sur le cannabis a pour but :
d'empêcher les jeunes d'avoir accès au cannabis
de supplanter le marché illégal du cannabis

L'une de nos grandes priorités est de protéger la santé et la sécurité des jeunes. La Loi sur le cannabis prévoit de lourdes sanctions pénales pour ceux qui :

vendent ou fournissent du cannabis aux jeunes
se servent de jeunes pour commettre une infraction liée au cannabis
La Loi sur le cannabis protège aussi la santé et la sécurité publiques par :

l'établissement de règles permettant aux adultes d'avoir accès à du cannabis de qualité contrôlée
la création d'une nouvelle chaîne d'approvisionnement étroitement réglementée
Les adultes de 18 ans ou 19 ans et plus (selon la province ou le territoire) ont le droit :

de posséder en public jusqu'à 30 grammes de cannabis légal séché ou l'équivalent sous forme non séchée
de partager jusqu'à 30 grammes de cannabis séché ou l'équivalent avec d'autres adultes
d'acheter des produits du cannabis auprès d'un détaillant provincial ou territorial
de cultiver jusqu'à 4 plants par ménage (et non par personne) pour ses besoins personnels :
à partir de semences ou de semis autorisés (le nombre de plants permis dépend de la province ou du territoire où on se trouve)
La possession, la production, la distribution et la vente en dehors de ce qui est permis par la loi demeurent illégales et passibles de sanctions pénales, allant :
de la contravention à une peine maximale de 14 ans d'emprisonnement.

De plus, la Loi sur le cannabis interdit :

les produits qui plaisent aux jeunes
l'emballage ou l'étiquetage de manière à rendre le cannabis attrayant pour les jeunes
la vente au moyen d'étalages libre-service ou de machines distributrices
toute promotion du cannabis, d'accessoires liés à l'usage du cannabis ou des services relatifs au cannabis (sauf dans les cas où ces activités sont autorisées par cette loi)

Suspension du casier liées au cannabis. GRATUIT
Renseignez-vous sur les critères d’admissibilité pour la suspension du casier liée au cannabis et sur la façon de présenter une demande.

https://www.canada.ca/fr/commission-liberations-conditionnelles/services...

https://www.securitepublique.gc.ca/cnt/trnsprnc/brfng-mtrls/prlmntry-bnd....

Pardons relatifs au Cannabis
Sujet : Le gouvernement avait précédemment estimé que 10 000 Canadiens pourraient être admissibles à une grâce pour simple possession de cannabis. En date du 7 août 2020, la Commission des libérations conditionnelles du Canada a reçu 467 demandes de suspension du casier pour simple possession de cannabis et 265 suspensions du casier ont été ordonnées.

* Un milliard $ aux médecins de famille et toujours plus d’attente
https://www.journaldequebec.com/2020/10/08/malgre-un-milliard-en-incitat...

CHARLES LECAVALIER
Jeudi, 8 octobre 2020 10:27
MISE À JOUR Jeudi, 8 octobre 2020 23:01

Les temps d’attente pour se trouver un médecin de famille continuent de s’allonger, même si Québec a donné plus d’un milliard $ en trois ans aux omnipraticiens afin de favoriser l’inscription de patients.

« Au cours des trois dernières années, c’est près de 1 milliard $ qui a été donné pour les mesures incitatives. Le ministère n’est pas en mesure de savoir si ça a donné les résultats escomptés », a expliqué la vérificatrice générale Guylaine Leclerc, mercredi, en conférence de presse.

*« S’il y a un domaine dans lequel le Québec est lamentable, c’est bien celui de la santé», a lancé François Legault. La CAQ promet un médecin de famille à tous d’ici 12 mois - 4 août 2012

Légaleezation

>> Trudeau n'a pas criminalisé ni interdit la production perso.

Hein, quoi? Il reste que dès le tout début ou sinon même un peu avant j'appelle ça "Légaleezation" et c'est pas pour rien. Par exemple, la mort violente de Bony Jean-Pierre pour 8 oz même pas les siennes, 3 semaines seulement avant UNGASS 2016 où on n'en pourtant pas eu le moindre vent, euh... Ça n'a peut-être pas été "commandé" mais il suffisait de rien pour arriver au même résultat! Et puis moi Je Me Souviens... qu'un peu avant cela notre Justin-des-bois avait justement clairement adressé un message A Mari Usque Ad Mare aux corps policiers, celui de continuer à "faire leur devoir" et ce avec Bill G20 Blair en toile de fond, sans compter sa Task Force puis finalement leur rapport bidon du 24 Août de la même année, lequel ne prenait pas en compte des différences majeures comme la pré-existence de réseaux de "dispensaires" tandis qu'ici on préfère passer un coup de fil sans craindre d'avoir nos identités collectée dans une base de données. Etc., etc.

Blâmer Trudeau pour les tares(é-es) du SPVM* ?

Blâmer Trudeau pour les tares(é-es) du SPVM* ?

En 2016 Trudeau a prévenu le Canada que la guerre aux consommateurs de cannabis prendrait fin !
Comme dans toutes les guerres quand la fin est proche il faut faire un maximum de victimes !

Justin n’avait pas le contrôle sur l’application arbitraire des Lois des provinces.
La légalisation avait comme but d’harmoniser l’application de la Loi au Canada.
Des provinces étaient plus cool moins zélées que d’autres !
Des provinces prohibitionnistes dangereuses pour la santé physique et mentale ont refusé l’harmonie.
Provinces qui préfèrent contraindre sans preuve scientifique, plutôt que de convaincre ?

C’est un juge de la Cour du Québec qui a déclaré le policier de Montréal Christian Gilbert non coupable d'homicide dans la mort de Bony Jean-Pierre.

Bony Jean-Pierre avait en sa possession 3,5 grammes de marijuana, a dit l’enquêteur Lavallée.
Est-ce qu’il s’enfuyait parce qu’il avait 3,5 g de cannabis ?
Aujourd’hui avec la légalisation il aurait eu droit à 30 g en sa possession.

Sa mort n’était pas pour de la légitime défence car:
la défense doit être proportionnelle, c'est-à-dire égale à la gravité de l'attaque.
Il ne représentait pas une menace de mort et il n’avait pas d’arme.

Le procureur de la Couronne, Me Jean-Sébastien Bussières, a longuement interrogé le témoin sur l’évaluation du risque qui avait été effectuée avant l’opération. Ce risque était considéré comme « modéré », mais nécessitait la participation du GTI. Le lieutenant-détective Lavallée a soutenu qu’il y avait possibilité de présence d’une arme.

Six individus ont été arrêtés sur place et conduits au Centre d’enquête de l’Est alors que six autres ont été relâchés sur les lieux. Bony Jean-Pierre a pour sa part tenté de s’enfuir par la fenêtre. Il avait en sa possession 3,5 grammes de marijuana, a dit l’enquêteur Lavallée.

Blessé par une balle de plastique tirée un policier, Bony Jean-Pierre a été conduit à l’hôpital. L’homme noir de 46 ans a succombé à ses blessures quatre

*SPVM
«Oui, il y a des gens qui sont racistes, de la discrimination, du profilage. » Ian Lafrenière.
Acceptable, parce que ce sont des policiers et policières ?
Que ce n'est qu'un petit nombre ?
Que c'est une «responsabilité individuelle.» ?

Souvenez-vous que dans la déontologie policière il est question de faire preuve de semblant de justice !
Protéger ses rispou et pour les punir les envoyer à la maison avec solde.

2017-05-24 | Mis à jour le 18 juin 2019
Christian Gilbert, présentement suspendu avec salaire, est accusé « d'avoir causé la mort d'un homme en commettant des voies de fait graves en utilisant une arme à feu », précise le communiqué du DPCP.

Et si c'était Bony Jean-Pierre qui avait tué le policier ?

Pages

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.