Bulletin d'ENCOD n°34

Forums: 

http://www.encod.org/info/ENCOD-BULLETIN-34,730.html

LE BULLETIN D'ENCOD SUR LA POLITIQUE DE DROGUE EN EUROPE
NR. 34
OCTOBRE 2007
LA LIBERTÉ DE RESPIRER :
"Si l'effet de serre devait être inversé par une interdiction de tous les combustibles fossiles et leurs dérivés, et s'il n'étaient plus permis de couper des arbres afin d'empêcher la déforestation, il y aurait alors une ressource naturelle capable de satisfaire la plupart des besoins mondiaux concernant les produits tels que les carburants, le papier, la nourriture, les textiles et les matériaux de construction. En attendant, le sol et l'atmosphère sur terre peuvent être reconstitués et la pollution réduite. Cette ressource potentielle sert à tout en même temps : c'est le chanvre".

En 1998, la compagnie Hempflax de Hollande a parié un montant de 100.000 euros à qui pourrait fournir la preuve du contraire de cette affirmation. Jusqu'à aujourd'hui personne n'a pu la réfuter. En attendant, la recherche et l'évidence prouvent que le chanvre pourrait très bien être la réponse à notre "addiction au pétrole". Il peut être développé presque n'importe où, sur la terre où d'autres cultures ne peuvent être développées et sans nécessité excessive d'engrais et de pesticides artificiels. Il est renouvelable, biodégradable et ne provoque aucune émission de sous-produit toxique. Le chanvre est simple, sûr au transport et pourrait créer des emplois dans l'agriculture et l'industrie (de petite taille) du développement durable .

Si nos gouvernements et les Nations Unies étaient vraiment concernés par le réchauffement global, nous pourrions nous attendre à ce qu'ils investissent dans la production et l'utilisation du chanvre industriel comme solution possible à ce problème. Au lieu de cela, cette activité est activement contrecarrée par la plupart des autorités, une conséquence de la prohibition du cannabis, qui a été installée par le gouvernement des USA après des pressions énormes de compagnies du pétrole et de fibres synthétiques dans les années 30.

En conséquence, ceux qui favorisent l'utilisation de cette plante sont stigmatisés et criminalisés. L'un d'entre eux, André Fürst, propriétaire de la compagnie Chanvre-Information en Suisse, a été arrêté le 9 septembre . Fürst a été condamné à 29 mois de prison pour fabrication de produits issus du chanvre (tels que thé, huile essentielle etc...) avec des niveaux de THC qui étaient plus hauts que ceux autorisés.

S'il avait agi en tant que trafiquant de drogue et avait gardé le silence, il y a de fortes chances qu'il n'ait pas été ennuyé du tout. Son "crime" a consisté à favoriser une utilisation responsable et intelligente de chanvre, et à faire entendre une voix indépendante pour une approche raisonnable des drogues dans les médias, aux conférences officielles, aux auditions du parlement en Suisse et à l'extérieur. Dans la volonté d'étouffer cette voix les autorités suisses ont choisi d'appliquer la sentence la plus dure possible. Vous pouvez signer la lettre qui demande à revoir cette sentence.

Tandis que la guerre sur le cannabis et le chanvre s'intensifie en Europe, le soutien politique de la distribution contrôlée de l'héroïne augmente. Le 21 septembre, les autorités régionales allemandes, y compris le parti de la chancelière Angela Merkels , l'union chrétienne-démocrate, ont exprimé leur soutien à l'augmentation des essais de la distribution contrôlée d'héroïne qui ont été effectués dans 7 villes allemandes depuis 2002. Les autorités ont conclu que les essais ont réduit globalement le nombre d'utilisateurs et permis la consommation de drogue en supprimant le contact avec des trafiquants. En outre au Danemark, le soutien politique pour des essais concernant l'héroïne augmente.

Naturellement ce sont d'excellentes nouvelles pour les milliers d'utilisateurs d'héroïne qui tireront bénéfice de ces programmes. Cependant, elle montre également le raisonnement infondé derrière lequel se cache la prohibition des drogues. D'une part, les gouvernements emploient l'argument que la prohibition du cannabis est d'autant plus légitime que la drogue devient plus puissante. De l'autre, ils reconnaissent cet accès légal à l'héroïne, qui a été toujours considérée comme drogue nocive, et aide réellement des personnes à réduire les risques dus à la consommation. En bref, la question de savoir si les drogues sont plus ou moins nocives ne semble plus être primordiale. La question importante semble être comment maintenir la prohibition de drogue comme dogme politique.

Pour maintenir la prohibition des drogues, la quantité des dépenses publique pour l'application de loi, des opérations militaires et des firmes immobilières privées des Etats-Unis et d'Europe est estimée à plus de 15 milliards d'euros par an (ce qui fait plus de 40 millions d'euros par jour). En outre, la prohibition du chanvre, des feuilles de coca ou l'opium et leurs dérivés sert les intérêts des compagnies pharmaceutiques, d'alcools et pétrolières, dont les produits pourraient devenir moins attrayants si de meilleures solutions de rechange étaient permises sur le marché.

En l'absence d'une véritable discussion politique sur le pour et le contre de la prohibition de drogue, actuellement tenue par un groupe relativement minuscule de l'ONU et de fonctionnaires de gouvernement qui ont la responsablilité de prendre des décisions sur les politiques de contrôle des drogues qui affectent la population mondiale toute entière . Ils portent le fardeau léger et apprécient les plus grands avantages de la situation actuelle. Le bas de la pyramide, constitué par les citoyens qui sont affectés par ces decisons, la situation est exactement à l'opposé. Les peuples qui sont le plus frappés par les effets négatifs du phénomène de drogues a le moins accès au prises de décision.

En mars 2008 nous aurons une occasion de mettre les projecteurs des médias sur cette situation. Lors de la réunion de la Commission de l'ONU sur les drogues narcotiques à Vienne, les résultats des dix dernières années seront présentés ,ainsi que la stratégie de l'ONU,convenue en 1998, pour obtenir" l'élimination ou la réduction significative" de la culture des plantes telles que le chanvre, la coca et l'opium dans le monde,.

En attendant, l'ONU effectue une consultation "de la société civile" pour passer en revue ces résultats. Le comité d'O.N.G. de Vienne des drogues narcotiques, alliées au bureau sur les drogues et le crime de l'ONU(voir la photo) organisera un forum d'O.N.G. de trois jours appelé "au delà de 2008" en juillet. À cet événement, 300 représentants des O.N.G.S du monde entier seront invités à présenter leurs observations sur la stratégie de drogue de l'ONU.

Ces représentants seront choisis parmi plusieurs secteurs de consultations qui prendront place dans le monde monde avec à la base le gouvernement Canadien et quelques gouvernements Européens aussi bien que des fonds privés tels que l'Open Society Institute. Les consultations seront limitées aux organismes qui peuvent montrer "des aboutissements réels dans le domaine du contrôle des drogues, en insistant particulièrement sur des contributions au plan d'action UNGASS de 1998". Le but du dialogue est "de passer en revue les meilleures pratiques liées aux mécanismes de collaboration parmi des O.N.G.S, des gouvernements et des agences de l'ONU" et "pour adopter une série de principes d'ordre supérieur, tirée des conventions et de leurs commentaires qui serviraient de guide à de futures discussions sur la politique de drogue".

Il est tout à fait évident que ce n'est pas le dialogue que nous attendions. Son but est de s'assurer que le message le plus apparent , soutienne la stratégie globale contre les drogues. Dans un dialogue vrai, ce qui devrait être remis en cause est le faible résultat des politiques de drogue , c'est à dire de la prohibition.Ces dernières années, nous avons vu trop d'exemples de la manière avec laquelle la bureaucratie de l'ONU, les gouvernements et les défenseurs de la prohibition qui exagèrent la réalité, les statistiques fausses, la science mensongère, la superstition, même la déception et la manipulation pures , évitent cette question cruciale.

Par conséquent, le plan d'action d'ENCOD continue l'organisation d'un événement public à Vienne en mars 2008, au moment où la réunion de CND a lieu. Le but de cet événement sera d'unir les citoyens du monde entier qui souhaitent en finir avec la prohibition des drogues. Une politique qui prive des personnes de liberté pour avoir choisi leurs propres substances pour améliorer leur santé et leur bien-être est condamnée à échouer. Elle devrait être mise à jour. Dans le cas du chanvre, la survie de la planète pourrait être en jeu.

Dernier bulletin d' http://www.encod.org/info/ENCOD-BULLETIN-34.html

Par Joep (coordinateur d'ENCOD)

FOR A BETTER SYSTEM: http://www.cannabis-clubs.eu

EUROPEAN COALITION FOR JUST AND EFFECTIVE DRUG POLICIES - ENCOD vzw

Secretariat:
Lange Lozanastraat 14
2018 Antwerpen - Belgium
Tel. 00 32 (0) 3 237 7436
Mob. 00 32 (0)495 122644
Fax. 00 32 (0) 3 237 0225
E-mail: encod@glo.be
www.encod.org

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.