Cannabis : La prohibition, la solution ? (TheBigBongTheory) 20 février 2012

Pour se faire une tête sur le sujet, il est très pertinent de consulter le rapport Roques (Bernard Roques est un professeur français membre de l’Académie de sciences)

Cannabis : La prohibition, la solution?
20 février 2012

TheBigBongTheory

La prohibition de 1919-1933 de l’alcool aux États-Unis fut un échec lamentable. Le crime organisé s’était emparé de ce produit et les distilleries clandestines coulaient à profusions. Devant l’inefficacité de cette mesure, l’alcool fut légalisé de nouveau. De nos jours, une autre substance, comparable à l’alcool, fait l’objet d’une prohibition : le Cannabis. La plante multifonctionnelle qu’est le chanvre est illégale. Regardons ses caractéristiques et les enjeux politiques, histoire de bien prendre conscience de l’enjeu relié à cette plante.

Premièrement, La plante de chanvre est d’une versatilité hors pairs. Béton, laine d’isolation thermique, combustible pour moteur, papier, cordage, carrosserie de voiture, tissus, cosmétique, peinture, usage thérapeutique et décontaminant pour les sols atteints par les radiations nucléaires (voir http://mili-terre.com/article/24/905/des-champignons-des-tournesols-et-d...) ne sont que quelques utilisations possibles de cette plante. En effet, celle-ci s’avère être l’un des meilleurs amis de l’homme depuis l’époque du néolithique où elle fut la première plante à être domestiquée par l’homme. Là où se trouve le problème est que la plante produit des espèces qui produisent du Tétra-Hydro-Cannabinol (THC). Le THC étant une substance psychotrope (qui agit sur le système nerveux central), nous sommes en droit de mettre en question la légitimité de son usage à des fins récréatives.

Pour se faire une tête sur le sujet, il est très pertinent de consulter le rapport Roques (Bernard Roques est un professeur français membre de l’Académie de sciences) (ici les conclusions de l’étude face au cannabis : http://blocpot.qc.ca/node/59) pour la comparer avec les autres psychotropes. Ce rapport fut présenté au Secrétaire d’État à la Santé en charge à l’époque (1998), M. Kouchner, suite à la « Rencontre Nationale sur l’Abus de drogues et la toxicomanie ». À la page 182 se trouve un tableau qui résume bien le résultat des recherches de M. Roques quant aux risques potentiels liés à l’usage de ces substances : http://blocpot.qc.ca/book/export/html/58. Si l’on se fie à cette étude, le cannabis est, par conséquent, moins néfaste pour le genre humain que l’alcool et le tabac qui sont, quant à eux, légaux. Vous êtes peut-être sceptiques, cherchez par vous-même.

Aucune étude n’a pu faire le lien entre la consommation de cannabis et le développement d’un cancer, au contraire, certaines vont même jusqu’à dire que le contraire serait beaucoup plus probable. Quant aux dires populaires qui prétendent que le cannabis détruirait les cellules du cerveau et endommagerait les voies respiratoires, détrompez-vous. Cette légende urbaine a vu le jour dans les années 60-70 où une étude américaine a fait des tests sur des singes. La méthodologie de cette expérience reste par contre très discutable. En effet, les singes cobayes inhalaient par des masques à oxygène l’équivalent de 63 joints colombiens maxi (espèce jugé très puissante) en 5 minutes et ce, 1 fois par jour pendant 3 mois.

Là où cette méthodologie est absurde est lorsque l’on se rend compte que les 5 minutes où les singes recevaient par voie respiratoire la fumée de cannabis, aucun oxygène n’était en même temps transmis. Étant privé pendant 5 minutes d’oxygène, les singes souffraient alors d’asphyxie. Le manque d’oxygène serait donc la vraie cause de la mort de ces cellules. Du coté des voies respiratoires, des études récentes démontrent que le fameux « un joint = sept cigarettes » ne serait pas scientifiquement prouvé. En effet, la consommation de cannabis comporterait beaucoup moins de risques pour les voies respiratoires que la consommation de tabac (voir cet article http://www.golocalprov.com/health/marijuana-less-damaging-to-lungs-than-...).

Deuxièmement, après avoir vu le risque social entrainé par la consommation de cannabis, voyons maintenant ce qui se passe au niveau politique. Saviez-vous que deux partis politiques fédéraux avaient dans leur programme soit la décriminalisation ou la légalisation du cannabis. En effet, le Nouveau Parti Démocratique (NPD) propose la décriminalisation du cannabis et le Parti Libéral du Canada (PLC) est sorti publiquement après son congrès du 15 janvier 2012 pour, entre autre, afficher sa nouvelle position pour la légalisation du cannabis (voir http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2012/01/15/001-congres-li...). La légalisation du cannabis devient un enjeu de premier plan ces dernières années. En effet, l’an dernier un référendum a eu lieu en Californie à savoir si le gouvernement devrait légaliser ou non la marijuana. La proposition fut rejetée par une majorité de seulement 56% (voir http://www.cyberpresse.ca/international/dossiers/elections-de-mi-mandat/...). C’est maintenant le tour du Colorado, au mois de novembre prochain de se prononcer sur la question (voir http://blogues.cyberpresse.ca/hetu/2012/01/27/referendum-nouveau-genre-s...).

Regardons maintenant ce qui se passe de notre côté de la frontière. Selon un sondage du National Post, la majorité des Canadiens serait en faveur de la légalisation ou de la décriminalisation du cannabis (voir http://news.nationalpost.com/2012/01/17/majority-of-canadians-support-le...). Face à l’opinion publique, il y a la guerre anti-drogue. « Si l’on se fie à l’étude du Bureau Fédéral des Investigations, les forces policières ont fait 853,838 arrestations reliées au cannabis aux États-Unis en 2010. Le rapport annuel du FBI sur les crimes sorti en septembre [de la même année]. Sur 21 états, 52% de toute les arrestations reliées à la drogue étaient en relation avec la marijuana, 88% de de ces arrestations seraient pour simple possession. Les 12% restant étaient pour la production et la vente. » (Traduction libre http://dailyegyptian.com/2011/10/04/marijuana-arrests-higher/). Les prisons américaines regorgent de « criminels » reconnus coupables de simple possession de cannabis. La Globale Commission on Drug Policy a publié, en 2011, un rapport selon lequel guerre contre la drogue est un échec cuisant au niveau mondial (voir http://www.globalcommissionondrugs.org/Report). Le premier effet pervers dénoncé par ce groupe est : « Le développement d’un gigantesque marché noir criminel financé par les bénéfices exponentiels générés par la satisfaction de la demande internationale en drogue illicites ».

Pour conclure, il est bon de se demander quelle est la légitimité de cette guerre. Étant, semble-t-il, moins dangereux que l’alcool et le tabac, je me demande pourquoi ce produit est-il aussi « diabolique » aux yeux de notre état. Prenons nos « ennemis » par surprise! Légaliser le cannabis ne serait-il pas le moyen le plus efficace pour mettre fin à cette croisade contre le marché noir ? En légalisant la marijuana, il serait davantage aisé d’en contrôler la qualité et d’en régulariser sa législation. L’accessibilité au près des jeunes, chez lesquels des risques de développer des maladies mentales lorsqu’il y a consommation de cannabis en bas âge, en serait davantage réduit. Il serait bon aussi de voir l’aspect économique de la chose et de regarder ce qui se passe actuellement du côté du Portugal, où toutes les drogues ont été décriminalisées.
Je terminerai mon texte en vous proposant une vidéographie des plus pertinentes afin d’approfondir le sujet.

Français :

« Société sous influence » : http://www.onf.ca/film/Societes_sous_influence

Anglais :

- « The Union : The Business Behind Getting high » : http://video.google.com/videoplay?docid=-9077214414651731007

- « The Prince of Pot » : http://www.youtube.com/watch?v=F5n2OY3nqVc

- « Clearing the Smoke : The Science of Cannabis » : http://watch.montanapbs.org/video/1825223761/

Par Jean-Christophe Briand

Étudiant en science humaine du Collège d’Alma

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.