Retour au pusher

Retour au pusher

Lise Ravary

Vendredi, 8 février 2019 05:00
MISE à JOUR Vendredi, 8 février 2019 05:00

Coup d'oeil sur cet article

La Société québécoise du cannabis pourrait être obligée de congédier ses employés de moins de 21 ans si le gouvernement fait passer de 18 à 21 ans l’âge légal pour consommer du pot. Le gouvernement parle de quatre employés, la SQDC en dénombre 15.

Ce n’est pas une question de nombre, mais de principe. Un étudiant de 16 ans peut vendre de la bière, du vin et des cigarettes dans un dépanneur, mais une mère de famille de 20 ans serait congédiée par la SQDC.

Québec solidaire, qui a soulevé ce problème, a peut-être fourni une excuse au gouvernement pour se dépatouiller de sa promesse de porter l’âge légal à 21 ans, décision critiquée même par l’Institut national de santé publique du Québec.

Près du tiers des jeunes de 18 à 24 ans consomment du cannabis. Ils reprendront contact avec leur pusher.

Le prix

Si ce n’est déjà fait. Un membre de ma famille, fin connaisseur et consommateur de cannabis, le genre de gentil papy à la retraite qui conduit une Volvo, me racontait avoir abandonné la source gouvernementale malgré son enthousiasme pour la légalisation. « Plus besoin d’enrichir les Hells », croyait-il.

Il a enduré les heures d’ouverture restreintes, les pénuries et la qualité parfois douteuse, mais là, c’est trop : à certains endroits, le pot sur le marché noir à Montréal coûte présentement environ deux fois et demie moins cher que le pot légal. Et la qualité aurait fait un bond de géant en avant, concurrence oblige. Sans oublier la livraison à domicile qui évite d’attendre dehors à -25. Et jamais de pénurie.

Le fédéral a voulu aller trop vite et le Québec a agi comme si la légalisation n’aurait jamais lieu.

Et ce n’est pas payant pour l’État.

Les Londoniens ont une jolie expression pour décrire ce bordel : même pas capable d’organiser une beuverie dans une brasserie !

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.