Lucie Charle Bois: Faire payer tous les québécois pour des frais de cour. De l’argent pour la cour mais pas pour 2 bains par semaine. La dénonciation encouragée !

Lucie Charle Bois: Faire payer tous les québécois pour des frais de cour. De l’argent pour la cour mais pas pour 2 bains par semaine. La dénonciation encouragée !

https://quebec.huffingtonpost.ca/2018/06/20/cannabis-quebec-pret-cour-po...

POLITIQUE 20/06/2018 13:05 EDT | Actualisé il y a 14 heures Cannabis: Québec prêt à aller en cour pour interdire la culture à domicile
Ça va «coûter un bras» aux citoyens, prévient la ministre Charlebois.

Par Catherine Lévesque

QUÉBEC – Le gouvernement du Québec est prêt à se rendre jusqu'en cour pour défendre sa loi sur le cannabis, qui interdit la culture à domicile. La loi fédérale, de son côté, prévoit que les citoyens pourront faire pousser jusqu'à quatre plants de pot à la maison.

Le Sénat a donné son feu vert au projet de loi fédéral pour la légalisation du cannabis mardi soir. La mesure législative devrait recevoir la sanction royale prochainement, ce qui repousse sa mise en vigueur qui était prévue cet été. Le cannabis sera légal dès le 17 octobre 2018.

Malheureusement, ce sont les citoyens qui vont en faire les frais.

C'est zéro, dit la ministre Charlebois
La ministre responsable du dossier du cannabis au Québec, Lucie Charlebois, a réitéré qu'il n'était pas question de faire pousser des plants à la maison en territoire québécois. «Je dis aux citoyens: soyez vigilants, c'est la loi du Québec qui prévaut», a-t-elle rappelé en point de presse.

Le fédéral, qui s'était opposé à la «prohibition» du produit, a adouci le ton mercredi. La ministre fédérale de la Justice, Jody Wilson-Raybould, a déclaré que les provinces pouvaient faire appliquer leurs propres lois, mais que les citoyens pourraient les contester.

LIRE AUSSI:

Le cannabis sera légal le 17 octobre prochain
Les citoyens peuvent contester la loi québécoise sur la culture du pot à domicile
«Ça va leur coûter un bras», a déploré la ministre Charlebois. «Malheureusement, ce sont les citoyens qui vont en faire les frais.» Elle précise cependant que la loi sur le cannabis sera révisée dans trois ans et pourrait faire l'objet de modifications.

Retombées économiques incertaines
La Société québécois du cannabis (SQC) – une filiale de la Société des alcools du Québec (SAQ) – devrait ouvrir 20 boutiques à temps pour l'entrée en vigueur de la légalisation de la marijuana et 45 d'ici la fin de l'année 2018.

Pour l'instant, la ministre Charlebois n'est pas en mesure de prévoir comment la vente de cannabis rapportera à la province. «Honnêtement, le crime organisé ne m'a pas donné ses chiffres», a-t-elle dit à la blague. Elle précise cependant que les fonctionnaires du ministère des Finances se penchent sur le sujet.

La ministre ajoute que tous les revenus du cannabis vont servir soit à un fonds de prévention, soit à acheter des appareils pour mettre dans les voitures des policiers. «Ceux qui pensent qu'on interdit la culture à domicile parce qu'on veut tous les revenus, ça n'ira pas dans les coffres du gouvernement. Ça va retourner pour payer ce qui existe déjà.»

À voir aussi:

La dénonciation encouragée
Comment le Québec s'assurera-t-il de faire respecter son interdiction de faire pousser des plants de cannabis à la maison? La ministre Charlebois répond que la police va continuer de faire son travail et de mener des perquisitions au besoin.

«Attention : c'est vérifié déjà, alors ça va être encore plus vérifié pour la suite des choses», a-t-elle dit. Elle encourage les Québécois à contacter la police selon leur «conscience» si certains enfreignent la loi. Il n'y aura pas de ligne de dénonciation spéciale pour ce faire.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.