CannaBizne$$ - Marché du cannabis : êtes-vous prêt à marquer l'histoire ? Pensez au-delà de l’ingrédient. Soyez prêt à la commercialisation. L’expertise canadienne s’invite déjà en Europe...

Marché du cannabis : êtes-vous prêt à marquer l'histoire? Pensez au-delà de l’ingrédient. Soyez prêt à la commercialisation. L’expertise canadienne s’invite déjà en Europe...

https://www.lesaffaires.com/blogues/evenements-les-affaires/marche-du-ca...

Marché du cannabis : êtes-vous prêt à marquer l'histoire?
Publié le 13/04/2018 à 10:09

La consommation récréative de cannabis ne sera légale que dans quelques mois au pays. Mais déjà des entreprises canadiennes se préparent à servir ce tout nouveau marché qui s’ajoutera à celui du cannabis médical. Enregistrement de brevets et marques de commerce, positionnement de produit, construction de nouvelles serres, exportation de l’expertise en Europe...la machine est bel et bien partie.

« Nous sommes en voie de marquer l’histoire », a indiqué Pierre Killeen, vice-président communications et relations gouvernementales chez Hydroprothecary. « Nous sommes cotés en bourse et nous venons de conclure une entente de 5 ans avec la SAQ. On a le vent dans les voiles », a ajouté M. Killeen lors de la toute première conférence Marché du cannabis, présentée par les Événements Les Affaires, le 10 avril dernier, à Montréal. M. Killeen était l’un des panellistes invités pour discuter des défis logistiques, culturels et réglementaires qui s’annoncent.

M. Killeen a d’ailleurs mentionné que la perception des gens est en train de changer face au cannabis qui va bientôt se conjuguer sous différentes formes de produits. « Il y a six mois, nous avons tenté de recruter une personne experte en communication dont on avait obtenu le nom par voie de référence. Lorsque nous avons expliqué à cette personne la nature de notre entreprise, elle nous a raccroché la ligne au nez. Mais le vent tourne. La preuve : les milieux collégiaux et universitaires ont commencé à nous contacter pour développer des partenariats avec nous », a raconté le représentant d’Hydropothecary, dont le siège social se trouve à Gatineau.

L’expertise canadienne s’invite déjà en Europe

L’entreprise Aurora Cannabis qui dispose de deux adresses au Québec (Pointe-Claire et bientôt Lachute) a même commencé à prendre de l’expansion hors du pays. Créée il y a à peine 5 ans, cette société de Vancouver détient 51% des parts de la toute nouvelle usine de 1 million de pi2, Aurora Nordic, qui verra bientôt le jour à Odense au Danemark. « Cette usine qui produira 120 000 kg de cannabis par année constituera le plus important lieu de production de toute l’Europe. Il permettra de répondre aux demandes du marché médicinal de l’Union européenne », a signalé Andréa Paine, directrice des relations gouvernementales chez Aurora Cannabis. Mme Paine participait elle aussi au même panel que Pierre Killeen.

Pensez au-delà de l’ingrédient

Universitaires, avocats et stratèges publicitaires figuraient également parmi les conférenciers invités de ce premier grand rendez-vous du Marché du cannabis. L’avocat Jason Moscovici de la firme Robic a justement abordé la question de la propriété intellectuelle et des obtentions végétales des plantes. « La légalisation va entraîner une transition du savoir d’un marché noir vers un marché légal. Ces entreprises se doivent d’être préparées pour protéger ce qu’elles ont développé. Des entreprises étrangères ont déjà commencé à déposer des marques de commerce et des brevets », a-t-il soulevé. Un participant a d’ailleurs souligné que des sociétés israéliennes étaient très actives à ce sujet sur le registre canadien.

Le vice-président stratégie chez Havas, Stéphane Mailhiot, a pour sa part incité les entreprises à développer leur image de marque. « Le marketing du cannabis connaîtra sans doute la même évolution que celle des grains de café », a avancé cet expert qui est aussi chroniqueur à l’émission Médium large. Le café, a-t-il rappelé à l’auditoire, a traversé plusieurs vagues de commercialisation. Il y a eu d’abord le simple sac de grains. Ensuite, les marques commerciales bon marché. Dans une 3e vague ont suivi les cafés de meilleure qualité. « Et où en est rendu aujourd’hui le café? Les gens recherchent l’expérience du barista qui leur explique d’où vient le produit, quelle est son histoire », a mentionné Stéphane Mailhiot.

Soyez prêt à la commercialisation

Pour le moment, certaines règles en matière de publicités ont été fixées par Santé Canada pour la commercialisation du cannabis quel qu’il soit. Aucun produit devra être endossé par une personnalité ni être associé à un animal ou encore à un personnage qui plairait aux jeunes. « Au fur à mesure que le cadre législatif s’assouplira, les entreprises devront être prêtes à bien positionner leurs produits si elles veulent être en tête de peloton de leur industrie », a ajouté M. Mailhiot.

Outre le fait de préparer sa marque de commerce, cet expert recommande aux entreprises de faire le pari de la qualité, de cultiver les symboles et la provenance de leur produit. « Les entreprises devront se préparer à offrir une expérience à leurs clients actuels et futurs », a-t-il ajouté. Il a aussi suggéré aux entreprises de commencer à penser coups d’éclat, à des produits dérivés, sans oublier les relations publiques. « Rappelez-vous de la publicité de Viagra. Le médicament n’apparaissait nulle part. Mais le simple fait de voir un homme heureux faire son jogging, on saisissait le message du fabricant. »

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.