Les employés de la SAQ veulent s’occuper du cannabis. David Gagnon, délégué syndical: La vente du cannabis, c’est comme l’alcool... Zappiste: C’est FAUX mr. les vendeurs et pushers d’éthanol ! Ce sera complètement différent !

Les employés de la SAQ veulent s’occuper du cannabis. David Gagnon, délégué syndical: La vente du cannabis, c’est comme l’alcool... Zappiste: C’est FAUX mr. les vendeurs et pushers d’éthanol ! Ce sera complètement différent !

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1092543/les-employes-de-la-saq-veul...

Les employés de la SAQ veulent s’occuper du cannabis
Publié le samedi 31 mars 2018 à 12 h 43 Mis à jour le 31 mars 2018 à 17 h 27

Au cours des derniers jours, des tracts sont apparus sur les comptoirs de la SAQ. Les employés martèlent entre autres qu'ils doivent être priorisés pour travailler dans les futures succursales de la Société québécoise du cannabis (SQC).

Le gouvernement du Québec a déjà annoncé que la vente de cannabis se ferait à travers une nouvelle société d’État, la SQC, qui sera une filiale de la Société des alcools du Québec (SAQ).

Or, le syndicat des employés de la SAQ craint un « dédoublement de structures. »

Le délégué syndical David Gagnon est catégorique : il serait inacceptable que la future SQC, qui comptera 20 points de vente, n’utilise pas la même flotte que la SAQ pour livrer le cannabis.

Les employés de la SAQ sont en négociation de leur convention collective, échue depuis le 31 mars 2017. Ils déplorent que l’employeur ne souhaite pas amener la question du cannabis à la table de négociation.

M. Gagnon affirme que la SQC devrait également utiliser le même système informatique que la SAQ pour éviter des dépenses inutiles.

Des employés déjà formés

Il soutient aussi que les quelque 5500 employés de la SAQ devraient être priorisés pour travailler dans les succursales de la SQC plutôt que d’embaucher et former du nouveau personnel.

Selon M. Gagnon, plus de 70 % des employés de la SAQ travaillent à temps partiel et seraient donc disponibles pour faire plus d’heures.

Il affirme que ces employés sont déjà formés et représenteraient donc des économies pour le gouvernement. « On a de la formation sur l’éthique de vente, sur la gestion des clientèles difficiles. »

La vente du cannabis, c’est comme l’alcool, donc on considère qu’on serait les mieux placés actuellement pour effectuer ces tâches.David Gagnon, délégué syndical pour les employés de la SAQ dans Chaudière-Appalaches

Pour informer la population de ces enjeux, le syndicat a déposé 100 000 tracts dans les quelque 400 succursales de la SAQ à travers le Québec.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.