Prohibition abusive des municipalités ! Vous voulez consommer du cannabis, faites-le chez vous...les locataires à qui leur propriétaire interdirait de fumer dans leurs logements ne pourraient s’allumer un joint nulle part.

Prohibition abusive des municipalités ! Vous voulez consommer du cannabis, faites-le chez vous...les locataires à qui leur propriétaire interdirait de fumer dans leurs logements ne pourraient s’allumer un joint nulle part.

Zappiste: ils devraient en fumer du bon !

http://www.ledevoir.com/politique/quebec/517578/surtitre-legalisation-du...

Éditorial
Prohibition abusive des municipalités autour du cannabis
Robert Dutrisac 15 janvier 2018 |Robert Dutrisac | Québec | Éditoriaux
Plusieurs municipalités envisagent d’interdire à quiconque de fumer du cannabis dans les lieux publics. C’est aller trop loin.

Les maires de Saint-Jérôme, Stéphane Maher, et de Saint-Jean-sur Richelieu, Alain Laplante, ont confirmé au Devoir cette semaine leur intention d’interdire la consommation de marijuana sur la voie publique, les trottoirs, les places et les parcs. Le projet de loi 157 qui encadre le cannabis prévoit déjà que les dispositions visant l’interdiction de fumer le tabac dans les commerces, les restaurants, les bars et tous les édifices publics ainsi qu’à neuf mètres de l’entrée de ceux-ci s’appliqueront aussi à la marijuana.

« Vous voulez consommer du cannabis, faites-le chez vous, il n’y a pas de problème », a déclaré Stéphane Maher. Justement, il y a un problème : les locataires à qui leur propriétaire interdirait de fumer dans leurs logements ne pourraient s’allumer un joint nulle part.

Les associations de propriétaires ont déjà réclamé le droit de modifier les baux afin d’interdire aux locataires de fumer de la marijuana chez eux. On s’attend également à ce que les municipalités cherchent à interdire de fumer du pot dans les habitations à loyer modique (HLM).

En étendant l’interdiction à tous les lieux publics, les municipalités, main dans la main avec les propriétaires d’immeubles locatifs, priveraient certains de leurs citoyens (les moins bien nantis, d’ailleurs) et pas d’autres (les propriétaires de leur résidence) du droit de consommer un produit légal.

Avec la bénédiction du gouvernement Couillard, il y aurait des villes tolérantes et d’autres où sévirait la prohibition. Notons que certaines municipalités, notamment la Ville de Québec, interdisent déjà à toute personne sous l’influence d’une drogue de se trouver dans un endroit public. En ce qui a trait au cannabis, de tels règlements sont à l’évidence difficilement applicables.

Il est clair que la légalisation du cannabis ne fait pas l’affaire de tout le monde. Mais il serait excessif que des maires usent de leur pouvoir pour aller à l’encontre de l’intention du législateur fédéral.

Le maire Maher veut que les municipalités se donnent le temps d’avoir « une réflexion intellectuelle » en vue d’apporter peut-être des assouplissements. C’est fonctionner à l’envers : il vaudrait mieux soumettre le cannabis aux mêmes restrictions que le tabac, évaluer les problèmes que cette consommation occasionne réellement dans les lieux publics et apporter des correctifs, s’il y a lieu. Bref, s’appuyer sur des faits plutôt que sur des appréhensions.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.