Wendake Cannabis: le chef Konrad Sioui «il n’y aura pas de point de vente autorisé sur le territoire de la communauté». Zappiste: Wendake c’est à quelques minutes de Québec...

Wendake Cannabis: le chef Konrad Sioui «il n’y aura pas de point de vente autorisé sur le territoire de la communauté». Zappiste: Wendake c’est à quelques minutes de Québec...

Zappiste: le « fléau de la drogue »...un fléau dans le monde des premières nations
Désolé Konrad Sioui le cannabis n’est pas le fléau #1 ni #2 des premières nations !

Jadis ce sont les blancs qui ont fait interdire la vente d’alcool sur les réserves comme celle de Mashteuiatsh au Lac St-Jean (aussi appelé Pointe-Bleue ou Uashassihtsh) prétextant que le cerveau des autochtones (indiens), comme celui des femmes, n’était pas assez développé pour supporter l’alcool.

http://publications.gc.ca/Collection-R/LoPBdP/BP/bp175-f.htm#(95)txt
[qu’il soit] interdit de fabriquer, [de] vendre ou [d’]absorber, dans […] une réserve, des « substances enivrantes » aux termes de la Loi des Indiens(95).

Présentement la prohibition de l’alcool par certaines nations autochtones a les mêmes effets pervers qui profitent au marché au noir !

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1068291/legalisation-cannabis-wendak...

Légalisation du cannabis : tolérance zéro à Wendake
Publié le lundi 20 novembre 2017 à 14 h 44

La communauté huronne-wendate de Wendake, près de Québec, n'a pas l'intention d'autoriser la vente de cannabis sur son territoire. À huit mois de la date butoir fixée par le gouvernement Trudeau pour légaliser la marijuana, le chef Konrad Sioui annonce son intention d'adopter sa propre législation.

« On a une politique de tolérance zéro, alors on veut être logique avec notre propre développement économique », explique M. Sioui.

Même si la loi fédérale est adoptée, il prévient que le commerce, la culture et la vente de cannabis ou de produits dérivés de la substance demeureront interdits à Wendake. Il mentionne qu’il n’y aura pas de point de vente autorisé sur le territoire de la communauté.

À l'instar de plusieurs autres leaders autochtones, Konrad Sioui demeure préoccupé par la consommation de marijuana, même dans un contexte légal. Il précise que le « fléau de la drogue » n’épargne pas la communauté de Wendake puisqu’il s’agit d’un carrefour pour les Premières Nations.

« On a des craintes extrêmes, car c'est un fléau dans le monde des premières nations, il faut juste l'admettre », dit-il.

« Trop flou »

Dans ce contexte, Konrad Sioui souligne que la Loi sur les Indiens va prévaloir sur la future loi encadrant la vente de marijuana annoncée par le gouvernement du Québec la semaine dernière.

« C'est trop flou et ce n'est pas suffisant. En même temps, il s'agit d'une responsabilité fédérale », affirme-t-il.

Konrad Sioui affirme que les avocats de son service juridique étudient présentement diverses propositions pour que la communauté de Wendake puisse adopter sa propre législation.

« Toute la question du contrôle de l'alcool, souvenons-nous à l'époque comme ça été un fléau. Maintenant on va ajouter à cela le cannabis et les autres formes de drogues. On va regarder avec nos avocats comment on est capable d'appliquer une réglementation qui va tenir la route », conclut le chef de la nation huronne-wendate.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.