Pouvons-nous croire en la neutralité de l’INSERM qui reçoivent 70% de subventions d’état. La loi leur interdisant de parler du cannabis sous un jour favorable car c’est: De la provocation au délit prévu par l'article L. 3421-1

Zappiste: Pouvons-nous croire en la neutralité de l’INSERM qui reçoivent 70% de subventions d’état. La loi leur interdisant de parler en bien du cannabis sous un jour favorable car c’est: De la provocation au délit prévu par l'article L. 3421-1

La même chose s'est produite aux États-Unis avec Reagan qui menaçaient les chercheurs avec des faits scientifiques favorables à la légalisation du cannabis de couper leurs subventions !
Et ceux à la botte du gouvernement devaient continuer à mentir !

https://fr.wikipedia.org/wiki/Institut_national_de_la_sant%C3%A9_et_de_l...

Institut national de la santé et de la recherche médicale

2014 : 866,63 Millions d'euros (70% de subventions d'état et 30% de ressources externes

Modifié par Loi n°2007-297 du 5 mars 2007 - art. 48 JORF 7 mars 2007
La provocation au délit prévu par l'article L. 3421-1 ou à l'une des infractions prévues par les articles 222-34 à 222-39 du code pénal, alors même que cette provocation n'a pas été suivie d'effet, ou le fait de présenter ces infractions sous un jour favorable est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75000 euros d'amende.

Est punie des mêmes peines la provocation, même non suivie d'effet, à l'usage de substances présentées comme ayant les effets de substances ou plantes classées comme stupéfiants.

Lorsque le délit prévu par le présent article constitue une provocation directe et est commis dans des établissements d'enseignement ou d'éducation ou dans les locaux de l'administration, ainsi que, lors des entrées ou sorties des élèves ou du public ou dans un temps très voisin de celles-ci, aux abords de ces établissements ou locaux, les peines sont portées à sept ans d'emprisonnement et à 100 000 euros d'amende.

Lorsque le délit prévu par le présent article est commis par voie de la presse écrite ou audiovisuelle, les dispositions particulières des lois qui régissent ces matières sont applicables en ce qui concerne la détermination des personnes responsables.

Les personnes coupables des délits prévus par le présent article encourent également la peine complémentaire d'obligation d'accomplir, le cas échéant à leurs frais, un stage de sensibilisation aux dangers de l'usage de produits stupéfiants.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.