Cette étrange prohibition du cannabis…

Forums: 

http://blogs.lesinrocks.com/karim-miske/2011/06/21/cett-etrange-prohibit...

Cette étrange prohibition du cannabis…
21/06/2011

Le débat autour de la question du cannabis laisse songeur. D’un côté, les partisans de la légalisation alignent une série de raisonnements logiques pour justifier leur position qui tire notamment sa force de l’échec patent de quarante ans de politiques répressives. Face à eux, les prohibitionnistes se contentent de faire assaut d’arguments d’autorité et de tautologies sans proposer ne serait-ce que le début d’une politique nouvelle. Quelle peut bien être la raison de cette troublante crispation autoritaire ? Pour tenter de comprendre, écoutons Manuel Valls, l’un des prohibitionnistes les plus actifs ces temps-ci dans les médias. Sur son site web, le maire d’Évry affirme :

« Toute substance qui contribue à l’aliénation des hommes est en soi hérésie. » Une déclaration qui semble entrer en contradiction avec les propos relativement confus qu’il a tenus la semaine dernière sur France Inter : « Bien évidemment, même si nous savons qu’en France il y a un rapport culturel très particulier à l’alcool, ça n’est pas en renversant notre système de valeurs qu’on répond à cette question majeure. »

En d’autres termes : il faut prohiber toute substance qui contribue à l’aliénation des hommes. Sauf l’alcool, qui fait partie de la culture française. C’est donc en tant que substance aliénante allogène (voire hérétique pour reprendre le vocabulaire religieux de Manuel Valls) que le cannabis doit être interdit. Cela même si, selon le rapport de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies, 30.000 décès sont imputables en France à l’alcool alors qu’en dehors de 230 accidents de la route mortels, on n’a pas réussi à prouver l’existence d’une surmortalité due au cannabis. Et même si d’après le rapport Roques établi pour le ministère de la santé en 1998, le Cannabis est la drogue qui suscite le moins de dépendance, loin derrière l’alcool. Mais également derrière les médicaments hypnotiques et anxyolytiques qu’il est si facile de se procurer par le biais de son médecin de famille.

Toute substance qui contribue à l’aliénation des hommes est en soi hérésie. La phrase de Manuel Valls est forte. Elle sonne bien. Las ! Le reste du discours du maire d’Évry montre que cette martiale déclaration de foi en une nature inaliénable de l’homme présente quelques lacunes. Qu’il s’agisse de l’alcool, des médicaments ou des nombreuses addictions sans substance que notre société offre en grand nombre. Les maladies individuelles en lien avec les pratiques sociales de consommation telles que les définit la Fédération Française d’Addictologie. Jeux vidéos, achats compulsifs, sexe ou nourriture à haute dose. Tout ce qui permet de remplir son vide intérieur au lieu de s’y confronter.

Et si ce qui est en jeu dans cette étrange crispation sur la prohibition du cannabis n’était pas la lutte pour la désaliénation de l’homme, à laquelle Manuel Valls, ainsi que Claude Guéant, François Fillon et les autres prohibitionnistes majoritaires dans la classe politique, montrent tant d’attachement ? Et si l’objectif confusément poursuivi était plutôt de charger une drogue de tous les maux pour masquer notre tolérance aux dépendances multiples qu’engendre le type de société qui est le nôtre ? De masquer le fait que comme l’explique la psychanalyste Cynthia Fleury :

« Dans notre société de l’hyperconsommation, l’addiction devient la norme et non plus la marge. » Car, « Le propre d’une société addictogène, c’est d’instrumentaliser nos manques. »

Sans que personne ne se l’avoue vraiment, l’interdiction du cannabis semble bien avoir une fonction précise. Le maintien irrationnel de cette prohibition, au risque de permettre la formation de véritables maffias dans nos cités, nous permet d’éviter de contempler cette vérité aussi banale que dérangeante : nous sommes tous des toxicomanes. C’est ce qui fait tourner ce monde. Et la majorité d’entre nous semble bien préférer incriminer les fumeurs de joints plutôt que d’affronter son angoisse.

Ce qui peut se comprendre.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.