L’homme, l’homo sapiens, une seconde approche...

Forums: 

http://www.lemonde.fr/idees/chronique/2010/12/27/l-homme-l-homo-sapiens-...

Chronique d'abonnés
L’homme, l’homo sapiens, une seconde approche
par PIERRE PAYEN, Des commentaires d'un "bonobo boosté" ...
27.12.10
(Le masculin neutre sera utilisé)

1) L’homo sapiens se différencie de « l’homme vrai » par rapport à sa

conception de la notion de « dignité ».

L’homme vrai ne peut pas vivre longtemps sans être emprisonné, voire exécuté (par une garde royale d’un pays corrompu puisque la défense de la dignité ne connaît aucune frontière) ou mourir suite à une grève de la faim (entreprise par ex., pour obtenir la fermeture des prisons indignes… en France en 2010 !)

2) L’homo sapiens n’a aucune raison de se sentir coupable ou d’être critiqué.

Depuis 2005, une évaluation comparative de son génome et de celui du chimpanzé a révélé (ou confirmé) une différence voisine de 1 %. Que demander à des sortes de « bonobos boostés » ? !

3) Son appréhension de la mort est celle des animaux qui sont menés par le cerveau reptilien activant l’instinct de survie.

À signaler que, si elle avait été oubliée, il eut été nécessaire de l’installer de toute urgence ! ! ! (Yves Coppens, lors d’une émission TV, estimait à environ 6 milliards le nombre des naissances !)

*** Et au 21e siècle, il est préférable d’être un chien d’une bonne famille si on cherche à partir dans la DIGNITÉ ! (L’euthanasie n’a toujours pas été légalisée !)

La notion de « cycle » (pourtant omniprésente dans l’Univers, dans le quotidien) lui reste étrangère, totalement refoulée !

4) Sa logique est à géométrie variable : le néocortex n’est pas suffisamment

puissant ou entraîné et se laisse parasité, voire réquisitionné par le cerveau des émotions.

Il raisonne « à partir de midi à sa porte », « Il ne balaie pas devant sa porte », « Il voit la paille dans l'œil du voisin mais pas la poutre dans le sien ».

Dit autrement, en empruntant le langage de J.-P. Sartre (qui a même joué ensuite le rôle de modèle), il se conduit comme un « lâche » et un « salaud ».

5) Comme les enfants, il « désire », a « envie », « veut » jouer et gagner « toujours plus » et tout en même temps. Il « réagit » et « agit » « motivé » par le « manque »

bien sûr, il y a quelques gagnants et beaucoup de perdants… qui vivent dans l’espoir de vaincre un jour… Et la croissance exponentielle des sciences au mépris de la prudence est en train de saccager l’environnement… Freud expliquait que le passage à l’âge adulte impliquait le meurtre symbolique du « Père » (des normes sclérosées)… Cela ne devrait plus tarder, voire avant 2080 si on considérait recevable l’hypothèse des scientifiques L. Nottale, J. Chaline, P. Grou, exposée dans « Les Arbres de l’évolution » (Hachette, 2000) (V. a. Internet).

6) Sa démarche intellectuelle est demeurée celle qui l’animait à l’école primaire.

Les plus doués veulent toujours discuter et avoir raison… en s’imaginant être des génies ou petits dieux.

En général, les positions sont binaires : c’est vrai ou c’est faux !

7) À la différence des autres animaux, ils sont des drogués (mais qui s’ignorent !)

— La peur au milieu de l’insécurité les a incités à inventer les religions puis le rationalisme (Religion complémentaire où le dit « homme » est un dieu en devenir !).

— La prégnance fondamentale du « cerveau des émotions » (chargé entre autres de la quête du plaisir, selon un processus analogique et non pas analytique) les mène aux conditionnements, aux habitudes, à la dépendance aux diverses drogues, aux multiples addictions inconscientes !

— « L’amour traditionnel », sélectif, en réponse aux « manques »…, en contradiction avec « l’amour du prochain » (C. à d. des autres et non pas des proches) d’essence néocorticale, est évidemment une des conséquences directes !

8) Le plus cocasse et aussi le plus sous-entendu de cette histoire réside dans le fait que les lecteurs, d’autant plus qu’ils sont diplômés, d’un statut élevé dans la Société, des éléments de la dite élite dans l’establishment, les professeurs aussi, ne se reconnaîtront pas dans ce scénario !

Ce qui prouve pleinement le réalisme du constat et l’application justifiée de la théorie des fractales sur laquelle repose la probabilité mathématique de Nottale, Chaline et Grou !

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.