Le sénateur Boisvenu pour le financement des terroristes, du crime organisé, la violence, la corruption ?

Forums: 

Zappiste: M. le sénateur Boisvenu devrait lire:

http://www.parl.gc.ca/37/1/parlbus/commbus/senate/com-f/ille-f/presentat...

Comment la prohibition des drogues finance et autrement permet le terrorisme

Mémoire présenté au Comité spécial sur les drogues illicites du Sénat du Canada par

Eugene Oscapella,
B.A., LL.B., LL.M.

(EXDTRAITS)

Le manque de perspicacité au sujet du lien entre les drogues et le terrorisme

Les médias, la police, ceux qui élaborent les politiques et les politiciens décrivent souvent le problème simplement comme le financement des activités terroristes au moyen du commerce de la drogue. Leur analyse s’arrête là. Ils négligent le rôle de la prohibition des drogues. Seule, la prohibition est ce qui rend le commerce de la drogue si lucratif pour les terroristes.

Même quelques membres de la Cour suprême du Canada semblent avoir été pris au piège de l’imputation de différents maux (corruption, maladie, violence) au commerce de la drogue lui-même, plutôt que de voir la prohibition des drogues comme une cause de ces maux. Ceci est plus particulièrement évident dans l’opinion dissidente des juges Cory et Major dans l’arrêt Pushpanathan c. ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration de 1998 :

Les liens établis entre le crime organisé, les groupes terroristes, le trafic d'armes et le trafic des stupéfiants multiplient les risques pour la sécurité dans chaque pays et au sein de la communauté internationale. Selon le Programme des Nations Unies pour le contrôle international des drogues, [TRADUCTION] «[e]n situation de conflit armé, les revenus provenant du trafic des drogues illicites -- ou les drogues elles-mêmes --servent régulièrement à l'achat d'armes» (World Drug Report, op. cit., à la p. 17). Dans certains pays, tel le Pérou, les trafiquants ont conclu des alliances avec des groupes de guérilleros pour garantir leur approvisionnement en matériel de transformation (ibid., p. 128). La puissance financière et militaire de ces organisations menace la stabilité politique et économique de nombreux pays et, en fait, de la communauté internationale dans son ensemble.

Les effets combinés du commerce des drogues illicites amènent un auteur à conclure que les profits tirés de ce commerce [TRADUCTION] «contribuent plus à la corruption des systèmes sociaux, à la détérioration des économies et à l'affaiblissement des valeurs morales et éthiques que les effets combinés de toutes les autres formes de criminalité. [. . .] L'étendue de la corruption au sein des gouvernements, des milieux politiques et des milieux d'affaires compromet en outre la stabilité des sociétés et le fonctionnement des États et elle menace ultimement la stabilité politique, voir l'ordre mondial» (Bassiouni, loc. cit., aux pp. 323 et 324)20.

-------------------------

http://www.985fm.ca/regional-estrie/nouvelles/pierre-hugues-boisvenu-con...

Pierre-Hugues Boisvenu contre la légalisation de la mari
Publié par 107,7 CHLT pour CHLT 107,7fm le jeudi 5 août 2010 à 07 h 24.
Pierre-Hugues Boisvenu réagit au sondage Léger Marketing publié hier.

Le fondateur de l'AFPAD, l'Association des familles de personnes assasinées ou disparues, le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu, réagit au sondage Léger Marketing qui dévoilait hier que les lois réglementant l'usage de la marijuana devraient être assouplies.

M. Boisvenu est contre l'idée de légaliser cette substance.

Toutefois, selon le sondage, plus de la moitié des Canadiens et 50 % des Québécois seraient plus souples.

32 % des Québécois estiment qu'il faudrait légaliser complètement la mari.

-----------------------

http://blocpot.qc.ca/node/357

Un « crime sans victime »

Dans notre société qui a choisi de criminaliser la possession et le trafic de cannabis, la pire des conséquences est de se faire condamner et attribuer un casier judiciaire. Un casier judiciaire vous colle à la peau pour le reste de votre vie, et signifie une plus grande difficulté à voyager à l'étranger ainsi que l’impossibilité d’exercer certains emplois. Ce problème n’est pas dû au cannabis lui-même, mais plutôt à des lois complètement injustes! Le Bloc Pot croit que fumer du cannabis est un « crime sans victime », et qu'il est stupide de traiter comme criminelle une personne non violente faisant ce choix.

Par contre, lorsque certaines actions menacent la santé et la sécurité d'autrui, il est tout à fait justifié d'imposer des sanctions sévères. C'est le cas de la conduite avec facultés affaiblies.

Conduite avec facultés affaiblies
La conduite avec facultés affaiblies par toute substance cataloguée comme drogue par le gouvernement canadien est une infraction en vertu de l'article 253 a) du Code criminel, même s'il n'y a pas d'accident!

Bien entendu, un accident peut bien entendu causer des blessures sérieuses ou la mort; dans ce cas, les conséquences légales (accusations et peine) envers le conducteur seront très graves, s'il est admis que celui-ci avait les facultés affaiblies au moment où s'est produit le drame. De nombreuses personnes conduisent tous les jours sans problème après avoir fumé un joint. Malheureusement, les effets du cannabis sont trop différents et imprévisibles d'une personne à l'autre pour qu'il soit possible d'envisager un seuil acceptable.

Le Bloc Pot recommande donc de ne conduire aucun véhicule motorisé après avoir consommé du cannabis. En fait, soyez responsable en tout temps, et n'oubliez pas que vous partagez la route avec les autres!

----------------------

Publié le 20 juillet 2010 à 22h17 | Mis à jour le 20 juillet 2010 à 22h21

Le sénateur Boisvenu poursuit son implication locale
René-Charles Quirion

(SHERBROOKE) Même s'il est devenu un acteur important sur la scène politique fédérale en matière de justice, le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu continue d'être associé de très près aux causes locales.

Pour compléter les sommes amassées lors du lave-auto au profit du Centre d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS), Pierre-Hugues Boisvenu a versé 1000 $ supplémentaires à la campagne de prévention des drogues du viol.

«Je crois à la mission du CALACS. C'est une cause qui a été soutenue au départ par ma fille Isabelle et à laquelle les amis de la famille sont associés. Je compte toujours être de la partie», explique le sénateur Boisvenu.

Nommé sénateur en février dernier par le premier ministre du Canada Stephen Harper, Pierre-Hugues Boisvenu est passé de père d'une victime de meurtre à politicien.

«C'est certain que le regard de certaines personnes impliquées politiquement a changé à mon égard en raison de mon action politique. Cependant, pour les gens du public en général, ils perçoivent que je continue à faire ce que j'ai toujours fait, soit défendre mes convictions pour le droit des victimes», explique Pierre-Hugues Boisvenu, dont la fille Julie a été assassinée en juin 2002 au centre-ville de Sherbrooke.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.