Combien pour les médocs, les produits domestiques ?

Combien pour les médocs, les produits domestiques par année ?

581 hospitalisations en 7 ans ! 83 par année.

La vente de produits comestibles a été approuvée en 2020.

Plus payant en click que:
"Plus de 100 enfants de moins de 5 ans par année sont traités en raison d’un empoisonnement" *

Blâmer une substance inerte pour l'incompétence, l'insouciance de parents.
Parents qui n'ont jamais eu besoin de passer de tests, ni besoin de permis de reproduction.

581 en 7 ans, pour le cannabis. Cannabis seulement ?
En plus de 20 ans de cannabis thérapeutique légal.

Combien pour les médocs et les produits domestiques chaque année ?

* « Plus de 100 enfants de moins de 5 ans par année sont traités en raison d’un empoisonnement
à l’Hôpital de Montréal pour enfants et le CHU Sainte-Justine. » Deux hôpitaux.

Aucun décès, ni intubation, ni séquelles !
il n’a fallu qu’attendre que ça passe.

A noter que les décès annuels d'enfants par la grippe ne sont pas médiatisés. Pourquoi ?
Ni ceux par les médicaments ni ceux privés de cannabis thérapeutiques efficace.

Selon les recherches scientifiques ce sont les médicaments d’ordonnance
qui sont les plus souvent consommés accidentellement par des enfants.
À dose adulte, mortels, dangereux pour la santé physique et mentale.

Risques d’empoisonnement chez les enfants

Les enfants de moins de 6 ans sont ceux qui risquent le plus l’empoisonnement, car ils sont curieux et ils aiment explorer en mettant des choses dans leur bouche. L’ingestion de médicaments, de produits de nettoyage domestique et de soins personnels est la cause d’empoisonnement la plus courante chez les tout-petits. La plupart des empoisonnements ont lieu à la maison, car de nombreux produits potentiellement dangereux pour les enfants s’y trouvent.

Même s’ils ne sont pas encore très mobiles, les bébés de moins de 6 mois ne sont pas à l’abri d’un empoisonnement. En effet, ils peuvent être victimes d’un empoisonnement accidentel à la suite d’une erreur dans la dose ou dans la fréquence d’administration d’un médicament. Ils peuvent aussi ingérer des produits toxiques comme des liquides, des crèmes, des onguents ou des plantes qui sont à leur portée ou qui leur sont parfois donnés par un autre enfant plus âgé.

* Chaque année, l’Hôpital de Montréal pour enfants et le CHU Sainte-Justine comptent chacun plus de 100 enfants de moins de 5 ans traités en raison d’un empoisonnement. Selon le Centre antipoison du Québec, les intoxications accidentelles chez les jeunes enfants de 0 à 4 ans représentent environ 35 % de l’ensemble des cas dans la population.

Bien avant la légalisation canadienne, la vente de produits comestibles approuvée en 2020.

Sources d’empoisonnement

Voici des produits qui peuvent être une source d’empoisonnement chez les enfants.
Ces produits ne devraient jamais être à leur portée.

Chambre à coucher : piles, parfum, eau de Cologne, petits bijoux (ils peuvent contenir du plomb ou du cadmium)

Salle de bain : médicaments, vernis à ongles, dissolvant pour vernis à ongles, cosmétiques, rince-bouche, alcool à friction, peroxyde, nettoyant pour la toilette, nettoyant pour le bain et le lavabo, débouche-tuyaux, rafraîchisseurs d’air branchés ou en vaporisateur

Salle de lavage : détergent et capsules pour lessive, assouplisseur, eau de Javel, détachant, protecteur pour le cuir
(A noter que c'est une marque de lessive qui fait de la prévention d'empoisonnement par des enfants.)

Cuisine : capsules pour lave-vaisselle, combustible à fondue, produits d’entretien pour les plantes d’intérieur, liquides et poudres de nettoyage, cire

Salon : allumettes, rafraîchisseurs d’air branchés ou diffuseurs d’huiles essentielles, plantes

Autour de la maison : champignons de pelouse, produits d’entretien pour le BBQ et la piscine, herbicides

Garage ou sous-sol : solvant, décapant, colle, peinture, pesticides, lave-vitres, essence, liquide antigel

« Le taux d’empoisonnement au cannabis a grimpé de 7,5 fois depuis la légalisation, alors que le Québec a connu deux fois moins d’hospitalisations liées à la consommation de produits à base de cannabis. »

« a grimpé de 7,5 fois depuis la légalisation »
« le Québec a connu deux fois moins d’hospitalisations. »
Dé cossé ?

C'est combien le nombre d'humains que représente: « a grimpé de 7,5 fois » ?
Et « deux fois moins d’hospitalisations au Québec » ?

Les 18-21 ans du Québec consomment des cannabis et comestibles des autres provinces et la SQDC.
C'est peut être leur consommation responsable qui fait qu'il y a moins d'hospitalisations dû aux comestibles ?;O)

La criminalisation des adultes de 18-21 ans et leur mise en contact avec les organisations criminelles par les CAQ et les associations de médecins/psychiatres du Québec n'a rien à voir avec la santé publique ni la réduction des méfaits.

La mise en contact des consommateurs adultes de 18 ans du Québec avec les organisations criminelles
aux nombreux produits est le plus grand méfait, danger, pour leur santé physique mentale.

Jouer avec les nombres chiffres:
Ex: Une augmentation de 75 % des cas de COVID dans une garderie. De 4 enfants.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.