Aucun lien ! Rien sur qui a fait cette, ces études !

Aucun lien ni qui a fait cette étude !

Ni sur les : Des études...

«Des études précédemment faites chez des adolescents...» ??????

«Des données auto rapportées...ne permettait pas aux chercheurs d’obtenir des données fiables et précises...»

C’est un sondage d’opinion “des données auto rapportées” !
De plus; ne permettent pas aux chercheurs d’obtenir des données fiables et précises !

Pourtant des “chercheurs” prohibitionnistes les utilisent contre les cannabis
même si elles ne sont pas fiables et précises.

Les sept questions à se poser pour évaluer la pertinence d’une étude scientifique

1. Le reportage fait-il mention de la source de l’information?

L’article devrait mentionner le nom des principaux auteurs de l’étude et la publication dans laquelle les résultats ont été rendus publics. Les revues scientifiques reconnues, par exemple The Lancet, Science ou le New England Journal of Medicine, ne publient que des articles «révisés par des pairs», c’est-à-dire approuvés par des experts indépendants qui examinent la démarche des chercheurs et les méthodologies suivies pour s’assurer que les auteurs répondent aux normes de leur discipline et de la science en général. Ils évaluent aussi si leurs conclusions sont compatibles avec les données actuelles ou si elles sont innovantes. Ce processus de révision est considéré comme un pilier de la fiabilité de l’ensemble de la recherche scientifique, selon le Conseil européen de l’information sur l’alimentation (EUFIC), qui diffuse des informations sur la sécurité alimentaire, la qualité des aliments et la santé.

2. La recherche a-t-elle été menée sur des êtres humains?

S’il est question des effets positifs ou négatifs d’un aliment ou d’un médicament sur la santé humaine, il devrait être spécifié que la recherche a été menée sur des humains. En effet, les résultats de tests faits sur des animaux ne peuvent pas systématiquement s’appliquer à l’humain en raison des différences physiologiques (réactions aux produits chimiques, susceptibilité aux virus, etc.). De plus, les doses administrées aux animaux peuvent être différentes de celles que l’on donnerait à des humains. Autrement dit, les résultats de recherche obtenus pour une souris… valent pour une souris! L’âge des participants aux études doit aussi être pris en compte, car les effets d’un médicament ou d’un aliment sur l’organisme peuvent différer selon qu’on est jeune ou plus âgé, souligne Dany Plouffe. Quant aux études faites sur des cellules, elles constituent le point de départ du processus de recherche et les résultats obtenus pourraient ne jamais s’appliquer à l’humain.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.