Le Bloc pot libéral

Forums: 

Journal de Montréal, le 9 septembre 2013
Par Mario Dumont

Je m’étais dit que ça ne valait pas la peine d’écrire sur les positions de Justin Trudeau concernant la légalisation du cannabis. Je suis plutôt contre a priori, mais pas si convaincu, prêt à écouter.

Par contre, dans la liste de tous les sujets politiques auxquels on peut s’intéresser pour améliorer le bien-être collectif, celui-là vient bien loin dans ma liste. Loin, loin, loin.

Vu la faible importance que j’accorde au sujet ? et j’ai l’impression de ne pas être le seul ? Justin Trudeau me fatigue vraiment en martelant ce thème depuis plusieurs semaines. Le week-end dernier, il en remettait lors d’une entrevue à la chaîne anglophone CTV. Sa nouvelle ligne d’attaque du jour : Stephen Harper est un «prohibitionniste» parce qu’il refuse de se mettre à la tâche de légaliser de toute urgence la marijuana.

FORMULES-CHOCS

D’abord, la comparaison ne tient pas la route. Mais plus grave encore, l’ami Trudeau cherche d’autres formules-chocs pour relancer le débat et continuer à parler de cannabis. Ça ne peut pas être sérieux. Le Parti libéral du Canada ne peut pas me faire croire que la priorité de ses membres à la fin de l’été 2013, c’est vraiment cela.

Si les membres libéraux de toutes les régions du Canada se réunissent en congrès, des gens de tous âges et de toutes professions, ce qui ressort comme leur grand rêve numéro un pour le Canada, c’est d’avoir du pot à fumer légalement. Vraiment?

Je ne dis pas qu’une évolution n’est pas nécessaire. Même les chefs de police des grandes villes du Canada ont ouvert la discussion, le mois dernier, se demandant si une simple contravention ne devrait pas suffire pour les cas de possession simple de marijuana. Eux, les chefs des corps policiers, lorsqu’ils font de telles réflexions, ils jouent leur rôle. Mais Justin Trudeau, qui passe des semaines dans ce sujet, ne joue pas le rôle qu’on attend de lui, soit de préparer sérieusement une alternative de gouvernement.

CRÉNEAU NON PRIORITAIRE

Il existait un parti il y a quelque temps qui avait comme seule cause la légalisation de la marijuana, le Bloc pot. D’ailleurs, le pilier de ce parti, Boris Saint-Maurice, est aujourd’hui un militant libéral sous Justin Trudeau. Je n’ai rien contre lui, il défend son point de vue de façon articulée et convaincue. Mais j’ai du mal à croire que c’est ce créneau que doit occuper Justin Trudeau en priorité.

Les libéraux de Justin Trudeau font preuve d’une inquiétante naïveté lorsqu’ils présentent d’une façon tellement exagérée les bénéfices associés à la légalisation du pot. On va taxer le cannabis et puisqu’il va coûter cher, les jeunes y auront moins accès. Et sur le marché noir, personne n’essaiera de rejoindre les jeunes?

On va couper l’herbe sous le pied du crime organisé. La marijuana représente un faible pourcentage des revenus des criminels, et même là, les experts affirment que la mari vendue sur la rue aujourd’hui est bien plus forte qu’autrefois. Celle qui sera vendue dans les éventuelles succursales de Cannabis Canada risque de décevoir certains consommateurs qui continueront à encourager le crime organisé, qui offre sur la rue un bien «meilleur» produit.

D’ailleurs, les libéraux parlent de l’implantation de la même mesure dans d’autres juridictions, mais ce faisant, on induit la population en erreur. Il y a bien deux États américains qui ont adopté la légalisation par référendum, mais l’implantation n’a toujours pas été faisable.

Si Justin accomplit son but qui semble devenir obsessif, le Canada sera le seul endroit du monde où des magasins vendent ouvertement du pot. Leadership ou égarement?

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.