Les consommateurs de cannabis présentent les mêmes niveaux de motivation que les non-consommateurs

Cannabis et motivation. Les clichés sur la consommation de cannabis ont la vie dure.

ÉTUDES SUR LE CANNABIS

Les consommateurs de cannabis présentent les mêmes niveaux de motivation que les non-consommateurs

Publié il y a 35 minutes le 2 septembre 2022
Par Aurélien BERNARD

Cannabis et motivation
Les clichés sur la consommation de cannabis ont la vie dure. Pour certains, les consommateurs de cannabis sont forcément paresseux ou peu motivés. Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’université de Cambridge révèle que les consommateurs de cannabis ne sont pas moins motivés que les personnes qui n’en consomment pas.

Fait intéressant, l’étude révèle que les « stoners » sont en fait plus enclins à s’amuser dans des situations courantes, comme voir des amis ou de la famille.

Les détails de l’étude
Des chercheurs du Royaume-Uni ont recruté 274 adolescents et adultes consommateurs de cannabis afin d’examiner si cette substance entraîne des niveaux plus élevés d’apathie et d’anhédonie – une perte d’intérêt ou de plaisir à recevoir des récompenses. Chacun de ces individus a déclaré avoir consommé du cannabis au moins une fois par semaine au cours des trois derniers mois, le participant moyen consommant du cannabis quatre fois par semaine. L’équipe a ensuite apparié ce groupe avec une cohorte de non-consommateurs du même âge et du même sexe.

Les participants ont rempli des questionnaires mesurant l’anhédonie, demandant à chaque personne de noter des affirmations telles que « J’aimerais être avec ma famille ou mes amis proches. » Les auteurs de l’étude ont également mesuré les niveaux d’apathie en demandant à chaque personne si elle était intéressée par l’apprentissage de nouvelles choses ou si elle était motivée pour terminer une tâche.

Les consommateurs de cannabis profitent davantage de la vie
Les résultats révèlent que les consommateurs de cannabis ont en fait obtenu des résultats légèrement supérieurs à ceux des non-consommateurs aux tests mesurant l’anhédonie. En d’autres termes, les personnes qui consomment du cannabis semblent plus capables de s’amuser.

En outre, l’étude n’a révélé aucune différence dans les scores d’apathie entre les consommateurs et les non-consommateurs. L’équipe n’a pas non plus trouvé de lien visible entre la fréquence de la consommation de cannabis et les niveaux d’apathie ou d’anhédonie.

« Nous avons été surpris de constater qu’il y avait vraiment très peu de différence entre les consommateurs de cannabis et les non-consommateurs en ce qui concerne le manque de motivation ou le manque de plaisir, même parmi ceux qui consomment du cannabis tous les jours. Cela va à l’encontre de l’image stéréotypée que nous voyons à la télévision et dans les films », explique Martine Skumlien, doctorante au département de psychiatrie de Cambridge, dans un communiqué de l’université.

Dans l’ensemble, les adolescents ont tendance à obtenir des scores plus élevés que les adultes en ce qui concerne l’anhédonie et l’apathie, qu’ils consomment ou non du cannabis.

« On s’est beaucoup inquiété du fait que la consommation de cannabis à l’adolescence pouvait entraîner des résultats moins bons que la consommation de cannabis à l’âge adulte. Mais notre étude, l’une des premières à comparer directement les adolescents et les adultes qui consomment du cannabis, suggère que les adolescents ne sont pas plus vulnérables que les adultes aux effets néfastes du cannabis sur la motivation, l’expérience du plaisir ou la réponse du cerveau à la récompense », ajoute le Dr Will Lawn du King’s College de Londres.

« En fait, il semble que le cannabis n’ait aucun lien – ou tout au plus de faibles associations – avec ces résultats en général. Cependant, nous avons besoin d’études qui examinent ces associations sur une longue période de temps pour confirmer ces résultats. »

La perception du stoner paresseux « est en soi un stéréotype paresseux »
L’équipe a également mené une expérience comportementale avec la moitié des volontaires, évaluant à la fois l’effort physique et le plaisir de chaque personne après avoir reçu des récompenses.

Les participants avaient la possibilité d’appuyer sur des boutons pour gagner des points, qu’ils pouvaient échanger contre des bonbons à rapporter chez eux. Le test comportait trois niveaux de difficulté, les plus difficiles obligeant les participants à appuyer plus rapidement sur les boutons. Le joueur pouvait également choisir d’accepter ou de refuser l’offre et recevoir des points pour les tâches qu’il accomplissait.

Le groupe devait ensuite estimer à quel point il voulait chaque récompense disponible, notamment entendre sa chanson préférée, un morceau de chocolat ou une pièce d’un dollar. Après avoir reçu chaque récompense, le groupe a évalué le plaisir qu’elle lui procurait sur une échelle allant de « n’aime pas du tout » à « aime intensément ».

Les résultats n’ont montré aucune différence entre les consommateurs et les non-consommateurs de cannabis, ni entre les différents groupes d’âge.

« Nous sommes tellement habitués à voir des ‘stoners paresseux’ sur nos écrans que nous ne nous arrêtons pas pour nous demander s’ils sont une représentation exacte des consommateurs de cannabis. Notre travail implique qu’il s’agit en soi d’un stéréotype paresseux, et que les personnes qui consomment du cannabis ne sont pas plus susceptibles de manquer de motivation ou d’être plus paresseuses que les personnes qui n’en consomment pas », déclare Skumlien.

« Des suppositions injustes peuvent être stigmatisantes et faire obstacle aux messages sur la réduction des risques. Nous devons être honnêtes et francs sur ce que sont et ne sont pas les conséquences néfastes de la consommation de drogues. »

Les scanners cérébraux montrent la même chose
Sur la base d’études antérieures sur l’impact du cannabis sur le cerveau, l’équipe a ensuite examiné les scanners IRMf pour voir si l’activité cérébrale changeait pendant qu’une personne fumait du cannabis. Ils se sont concentrés sur le striatum ventral, une région clé du système de récompense du cerveau.

Ces scans n’ont révélé aucun changement notable dans cette région du cerveau, ce qui suggère que la consommation de cannabis ne modifie pas la façon dont les gens réagissent aux récompenses et au plaisir.

« Nos données indiquent que la consommation de cannabis ne semble pas avoir d’effet sur la motivation des consommateurs récréatifs. Les participants à notre étude comprenaient des consommateurs qui prenaient du cannabis en moyenne quatre jours par semaine et ils n’étaient pas plus susceptibles de manquer de motivation. Cependant, nous ne pouvons pas exclure la possibilité qu’une consommation plus importante, comme celle observée chez certaines personnes souffrant de troubles liés à l’utilisation du cannabis, ait un effet », conclut le professeur Barbara Sahakian du département de psychiatrie de l’université de Cambridge.

« Tant que nous ne disposerons pas de futures études de recherche qui suivront les consommateurs adolescents, depuis le début de la consommation jusqu’au début de l’âge adulte, et qui combineront des mesures de la motivation et de l’imagerie cérébrale, nous ne pourrons pas déterminer avec certitude que la consommation régulière de cannabis n’aura pas d’impact négatif sur la motivation et le développement du cerveau. »

Les résultats sont publiés dans l’International Journal of Neuropsychopharmacology.
https://academic.oup.com/ijnp/advance-article/doi/10.1093/ijnp/pyac056/6...

Commentaires

Le cannabis n'empêche pas de gagner des médailles Olympiques

Le cannabis offre des variétés pour chaque activité !
Plein de sportifs amateurs savent choisir le cannabis qui convient à l'activité.

Pour le plaisir;
l'énergie;
la détente, le calme;
pour le sommeil;
contre la douleur. Après des activités.

Et plusieurs consommateurs ont gagné des médailles de compétitions sportives, amateures et même Olympiques.

Tout est meilleur avec la bonne variété !

Variétés de fleurs et extraits qui durent de 6-8 et jusqu'à 24 heures.

Ce sont les ignorants néo-consommateurs qui pensent
qu'il n'y a que des cannabis qui endorment ou qui sentent la Skunk, le putois.

Santé canada
https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/drogues-medicaments/canna...

Pour Santé Canada* les fleurs et les extraits comestibles ont une même durée d'effet, de jusqu'à.
Ce qui est faux et surtout sans aucune recherche sur des humains double aveugle, pour les appuyer.

Aucune recherche sur des humains faite ou exigé par Santé Canada, ni les médecins/psychiatres:

En plus de 20 ans d'usages de cannabis avec des fleurs jusqu'à 29% de THC
et des extraits thérapeutiques légaux, efficaces, jusqu'à 99,6% de THC
au Canada, en Californie et au Colorado.

Les effets peuvent se faire sentir dans les secondes ou les minutes après avoir fumé, vaporisé ou ‘dabbé’ du cannabis. Ces effets "peuvent durer jusqu’à 24 heures".

Si vous consommez du cannabis sous forme d'aliment ou de liquide, les effets peuvent apparaître de 30 minutes à 2 heures après la consommation, "et durer jusqu'à 24 heures".

Pire encore ! "Et même 72 h, dans certains cas".
Toujours sans aucune recherche scientifique sur des humains double aveugle, pour l'appuyer.

Selon le chercheur, François-Olivier Hébert, microbiologiste
l’effet peut durer de 3 à 24 h "et même 72 h, dans certains cas".

Recherche sur des humains ou des rongeurs qui ne s'appliquent qu'aux rongeurs ?

24 à 72 heures d'effets serait un bienfait énorme pour les consommateurs de cannabis thérapeutique
cupidement trop dispendieux, non remboursé par méchanceté et pour laisser souffrir et mourir des Canadiens !

Quel médoc$ de pharmaceutique$ bénin non mortel a/ont une durée de "et même 72 h, dans certains cas" ?

Les pharmaceutique$ ont fait parti des dealmakers racistes, misogynes, homophobes
qui ont prohibé le cannabis parce qu'il leur enlevait d'énormes profits et des femmes blanche.
Le cannabis bénin non mortel leur enlève toujours d'énormes profits et des consommateurs de médocs, opiacés, etc.

* Il peut s’écouler de 30 minutes à 2 heures avant de commencer à sentir les effets d’un produit comestible, et les effets peuvent durer jusqu’à 12 heures après son ingestion. Il est à noter que certains effets peuvent durer jusqu’à 24 heures (Santé Canada, 2020).

Pages

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.