L'usage spirituel, religieux et sacré du cannabis se réfère au cannabis utilisé dans un contexte religieux ou spirituel.

Le cannabis a été utilisé dans un contexte religieux et spirituel en Inde depuis la Période védique qui remonte à environ 1500 ou 2000 av. J.-C.

L'usage spirituel, religieux et sacré du cannabis se réfère au cannabis
utilisé dans un contexte religieux ou spirituel.

La plante de cannabis a une histoire ancienne d'usage rituel comme aide à la
transe et a été traditionnellement utilisé dans un contexte religieux dans
tout l'Ancien Monde.

Le cannabis a été utilisé dans un contexte religieux et spirituel en Inde
depuis la Période védique qui remonte à environ 1500 ou 2000 av. J.-C.
Hérodote a écrit sur les premières pratiques cérémonielles des Scythes, qui
aurait eu lieu du ve siècle au iie siècle avant notre ère. les nomades
hindous l'ont utilisé en Inde depuis des siècles.

Dans la culture moderne l'usage spirituel de cannabis a été propagé par les
hippies de retour d'Inde et du Népal vers les années 1970 et par les
disciples du mouvement Rastafari qui l'utilisent pour ses propriétés
naturelles d'exaltation de la conscience dans leurs rites sacrés; selon ce
qu'ils savent comme appartenant véritablement à la prophétie de la vie
"livity" des anciens mystiques, dont l'histoire est décrite dans les textes
sacrés.

L'usage spirituel, religieux et sacré du cannabis se réfère au cannabis
utilisé dans un contexte religieux ou spirituel. La plante de cannabis a une
histoire ancienne d'usage rituel comme aide à la transe et a été
traditionnellement utilisé dans un contexte religieux dans tout l'Ancien
Monde.

En Inde et au Népal
Les premiers rapports connus concernant le statut sacré du cannabis en Inde
et au Népal proviennent de l'Atharva-Véda qu'on estime avoir été écrite aux
environs de 2000 à 1400 av. J.-C.1, qui mentionne le cannabis comme l'une
des «cinq plantes sacrées»2. Il existe trois formes de cannabis utilisées en
Inde et au Népal. Le premier, le bhang, comprend les feuilles et les
sommités de la plante de cannabis. Il est habituellement consommée sous
forme d'infusion ou sous forme de boisson, et sa force varie en fonction de
la quantité de cannabis utilisée dans la préparation. La seconde, la ganja,
constitué par les feuilles et les sommités de la plante, est fumé. Le
troisième, est appelé Charas, il se compose de la résine extraite des
sommités et / ou des feuilles de la plante de cannabis. En règle générale,
le bhang est la forme la plus couramment utilisée dans les fêtes
religieuses.

Hindouisme
Le cannabis ou ganja est parfois associé au culte de la divinité hindoue
Shiva. Le bhang est offert aux images de Shiva, en particulier au festival
Maha Shivaratri. Cette pratique est particulièrement connue dans les temples
de Bénarès, de Baidynath, de Tarakeswar, de Pashupatinath et dans les autres
temples de Shiva en Inde et au Népal3. Le bhang est non seulement offert à
Shiva, mais aussi consommée par les yogis shivaïtes. Le Charas est fumé par
quelques dévots shivaïtes et le cannabis lui-même est considéré comme un don
(Prasād, ou l'offrande) à Shiva pour aider au Sadhana4. Certains des ascètes
errants en Inde et au Népal connus sous le nom de Sâdhu fument le Charas
dans un chillum en argile. Néanmoins la plupart des philosophies hindoues,
sauf certaines traditions shivaïtes ou Shakta désapprouvent l'usage des
drogues non-pharmaceutiques.

Pendant le festival indien et népalais de Holî (en particulier dans la
région de Terraï), les gens consomment le bhang qui contient des fleurs de
cannabis3,5. Selon une description, lorsque l'Amrita (élixir de vie) était
produit à partir du barattage de l'océan par les Devas et les Asuras, Shiva
a créé le cannabis de son propre corps pour purifier l'élixir (d'où, pour le
cannabis, le mot angaja ou «corps-né»). Un autre récit suggère que la plante
de cannabis surgit quand une goutte de cet élixir a chuté sur le sol. Ainsi,
le cannabis est utilisé par les sages pour leur association avec l'élixir et
Shiva. Pour le sage boire le bhang selon les rites religieux, est censé
purifier les péchés, unir avec Shiva et éviter les misères dans la vie
future. Il est également supposé avoir des propriétés médicinales. En
revanche, boire stupidement le bhang, sans rites, est considéré comme un
péché6. Bien que le cannabis soit considéré comme illégal et ai obtenu le
statut de médicament, de nombreux Népalais en consomment pendant les fêtes
(comme Shivaratri), ce que le gouvernement tolère dans une certaine mesure,
mais aussi pour l'usage personnel et à des fins récréatives

Bouddhisme
Dans le bouddhisme, le cinquième précepte consiste à «s'abstenir de vins, de
liqueurs et de substances intoxicantes qui causent l'insouciance." Comment
cela s'applique au cannabis est diversement interprété. Le cannabis et
d'autres plantes psychoactives sont spécifiquement prévues dans le Tantra de
Mahakala à des fins médicinales. Toutefois, le Tantra est un enseignement
ésotérique de l'hindouisme et du bouddhisme et n'est pas acceptée par toutes
les formes de ces religions7.

Commentaires

Ce sont les hippies qui ont protégé cette plante de l'extinction

Qui ont protégé cette plante des cupides dealmakers, racistes, misogynes, homophobes, à qui le cannabis enlevait d'énormes profits et des femmes blanche !

Qui ont essayé d'exterminer cette plante aux multiples usages et bienfaits:
Thérapeutiques - Récréatifs - Agricoles/Alimentaires - Industriels - Économique$ - Environnementaux.
Sans aucune mort directe pour usage seul ni aucune dose ni surdose mortelle possible pour les humains.

Ce sont de ces hippies amateurs de cannabis qui ont importé et conservé les graines !

Pas les BigFarma ni les producteurs cupides non consommateurs !

Pages

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.