Hausse de 50% de la quantité de cocaïne trouvée dans les eaux usées de Montréal en trois ans

La métropole arrive au troisième rang des villes canadiennes pour la quantité de cocaïne par habitant retrouvé dans ses eaux usées.

Hausse de 50% de la quantité de cocaïne trouvée dans les eaux usées de Montréal en trois ans
PARTAGE
AGENCE QMI
Mercredi, 1 novembre 2023 23:19

MISE À JOUR Mercredi, 1 novembre 2023 23:19

La quantité de cocaïne présente dans les eaux de Montréal a bondi de près de 50 % en seulement trois ans, montre une étude qui laisse croire que les Montréalais figurent parmi les plus grands adeptes de cocaïne au Canada et en Europe.

• À lire aussi: La police saisit 1,5 million $ de cocaïne pure à Longueuil

Des données dévoilées mercredi par Statistique Canada montrent que, pour les cinq premiers mois de 2023, les eaux usées de Montréal contenaient 1277 mg de cocaïne par tranche de 1000 habitants. En comparaison, pour les mêmes mois en 2020, on cumulait 864 mg par 1000 habitants. La présence de cocaïne dans les eaux usées a donc augmenté de 48 % en à peine trois ans.

La métropole arrive au troisième rang des villes canadiennes pour la quantité de cocaïne par habitant retrouvé dans ses eaux usées. Elle est devancée seulement par Prince Albert et Halifax, montre l’Enquête canadienne sur les eaux usées.

Champion au Canada... et en Europe!
En comparant ses données avec une étude similaire produite en Europe, on constate que Montréal et Halifax trônaient au sommet des villes adeptes de la cocaïne en 2022, devant des cités comme Amsterdam, Copenhague, Barcelone ou Berlin. Seules Anvers, en Belgique, et Tarragona, en Espagne, devançaient les deux villes canadiennes.

«Comparativement aux villes européennes qui font partie de l'analyse de l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies et qui comptent des populations de plus de 100 000 habitants, cinq villes canadiennes se classeraient parmi les 10 premières villes ayant les niveaux les plus élevés de cocaïne dans les eaux usées», a noté Statistique Canada en soulignant que 500 000 Canadiens déclaraient consommer de la cocaïne en 2022, selon l’ONU.

Le faible coût relatif de la cocaïne et sa grande disponibilité au Canada pourrait expliquer le phénomène, a avancé Statistique Canada.

Le speed populaire
L’analyse publiée mercredi s’intéresse aussi à la présence de méthamphétamine (crystal meth) et d’amphétamine (speed, ecstasy) dans les eaux usées.

Si Montréal consomme sensiblement moins de méthamphétamine que les autres villes canadiennes, elle a vu sa consommation d’amphétamine quadrupler entre 2020 et 2022, avant de diminuer un peu en 2023.

«Comme ces niveaux accrus d'amphétamine dans les eaux usées ne correspondent pas à une hausse des niveaux de méthamphétamine, cela signifie qu'il y a eu une consommation accrue d'amphétamine et d'autres drogues liées à l'amphétamine, ce qui pourrait comprendre les médicaments utilisés pour traiter le TDAH», a toutefois souligné Statistique Canada en appelant à effectuer des recherches plus poussées.

Commentaires

Preuve que les saisies ne changent rien !

Il y a 21 ans !
La seule raison pour laquelle les drogues financent les organisations criminelles
et les grands mouvements terroristes du monde, c'est la prohibition !

Qu'est-ce que le gouvernement ne comprend pas au sujet de cette vérité économique toute simple?

M. Eugene Oscapella (directeur, Fondation canadienne pour une politique sur les drogues)
Témoignage: Comité spécial du Sénat sur les drogues illicites (Canada, 2002)

Preuve que les saisies ne changent rien !
Que la prohibition/criminalisation ne fonctionne pas.

La lutte antidrogue sert aussi les intérêts de l'État, lequel, sous prétexte de sauver les gens d'un péril incommensurable, revendique pour lui-même des pouvoirs de répression et de contrôle beaucoup plus grands.
Ainsi que les intérêts des forces de police !

Augmentation de consommation et pas de pénuries malgré les saisies !

Plus de consommation de cocaïne que de méthamphétamines !

Les effets recherchés par une personne qui consomme de la cocaïne
peuvent être les suivants :
euphorie;
impression de puissance;
absence de fatigue, d’appétit et de douleur;
la performance.

La détection dans les égouts inclus ceux qui se sont débarrassé de la coke
en la jetant rapidement dans les toilettes !?;O)

https://www.journaldemontreal.com/2023/06/21/les-policiers-du-spvm-saisi...
Les policiers du SPVM saisissent 38 kg de cocaïne. Mercredi, 21 juin 2023 16:13

https://www.tvanouvelles.ca/2023/06/27/la-grc-saisit-156-kg-de-coke-a-mo...
Les policiers de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) ont annoncé avoir récemment effectué
une saisie de cocaïne à Montréal de pas moins de 156 kg de cocaïne.

https://martinbenoit.com/champslibres/?p=3527
3e saisie de coke au Port de Montréal
l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC)
a annoncé avoir effectué une saisie de 244 kg de cocaïne au Port de Montréal,
Publié le: 3 novembre 2023

https://www.sq.gouv.qc.ca/communiques/operation-en-matiere-de-contreband...
Plus de 25 grammes de ce qui s’apparente à de la cocaïne - Date de diffusion : 28 septembre 2023
L’opération a mobilisé plus de 170 policiers, dont des membres du groupe tactique d’intervention.

https://www.ledevoir.com/societe/justice/772974/le-spvm-saisit-de-plus-d...
Le SPVM saisit plus de 100 kilos de cocaïne. Stéphanie Marin - 1 décembre 2022

Consommation occasionnelle et/ou excessive ?

https://www.quebec.ca/sante/conseils-et-prevention/alcool-drogues-jeu/co...

Risques liés à la consommation de cocaïne et conséquences possibles

Conséquences physiques et psychologiques

Après l’euphorie, la personne passe par une période d’anxiété qui s’accompagne d’une sensation de malaise.

La consommation de cocaïne peut aussi causer :

la perturbation du sommeil;
des comportements bizarres ou violents, de l’irritabilité;
de la panique, de l’angoisse;
une altération du jugement;
de la paranoïa, des hallucinations;
du délire;
une perte de poids;
des saignements de nez;
des maladies ou infections liées à la consommation par injection ou inhalation;
une accélération du pouls;
de l’hypertension.

Les produits toxiques utilisés pour « couper » (mélanger) la cocaïne,
tels que le lévamisole (vermifuge animal), peuvent entraîner des effets graves pour la santé.

Une personne qui consomme de la cocaïne de façon répétée
ou en trop grande quantité peut ressentir certains effets :

troubles de l’érection (dysfonction érectile), chez certains usagers;
agitation, hyperactivité;
tremblements;
fièvre;
confusion;
délire;
convulsions (raideur du corps et contractions saccadées et involontaires des muscles);
insuffisance rénale;
paranoïa;
troubles cardiaques (infarctus);
coma;
accident vasculaire cérébral (AVC);
mort.

Après avoir consommé de la cocaïne, une personne peut en renifler une autre « ligne » (dose) pour éviter de vivre la période d’anxiété qui suit l’euphorie du début. Cependant, plus elle consomme, plus elle ressent de l’anxiété.

La consommation de crack produit une euphorie aussi vite que 10 secondes après l’aspiration d’une seule bouffée. L’euphorie ne dure toutefois que de 5 à 10 minutes. Elle est suivie d’une période d’anxiété encore plus désagréable que celle qui suit la consommation de cocaïne. La personne ressent alors le besoin de reprendre rapidement une nouvelle dose de crack.

Le consommateur de cocaïne et de crack peut dépenser quotidiennement de fortes sommes d’argent.

Dépendance
La cocaïne et le crack provoquent une dépendance psychologique importante.

Pour en savoir plus, consultez la section Dépendance de la page
Problèmes liés à la consommation d’alcool "une drogue" ou de drogues.
Pléonasme de vicieux alcooliques qui ne croient toujours pas
que l’alcool est une drogue margré les preuves scientifiques.

Alcool fléau mondial un dépresseur psychoactif, légal aux enfants,
LA drogue avec le plus grand nombre de drogués
à dépendance physique et psychique Très Forte comme l’héroïne.

La population toxicomane a une espérance de vie de 40-45 ans.Apr 3, 2023

https://www.tvanouvelles.ca/2018/07/14/decriminaliser-la-coke-au-nom-de-...
Décriminaliser la coke au nom de la santé publique

La légalisation du cannabis doit ouvrir la voie à la légalisation de toutes les drogues, dont la cocaïne, croient des experts, qui estiment que la répression envers les stupéfiants a prouvé son inefficacité sur le plan de la santé publique.

«Les êtres humains ont toujours consommé de la drogue [...] et vont toujours en consommer. Il n’y a aucun pays où la répression fonctionne», évalue Anne-Noël Samaha, professeure au département de pharmacologie et membre du Groupe de recherche sur le système nerveux central de l’Université de Montréal.

Les/des êtres humains (et les/des animaux) ont toujours consommé des drogues, produits intoxicants
légales ou non, légalement ou non, et vont toujours en consommer
même celles qui sont cancérigènes à dose et surdoses mortelles !
Le cannabis ne fait pas parti des drogues cancérigènes à dose et surdoses mortelles ! Zappiste

https://blocpot.qc.ca/fr/forum/5782
Les animaux aussi prennent/consomment de la drogue !
Des mammifères marins aux animaux sauvages ou domestiques,
certaines espèces présentent des penchants toxicomanes...
Par Johanne-Eva Desvages
le 12.08.2016 à 14h00, mis à jour le 07.06.2018 à 12h10 Lecture 5 min.

À noter: Aucune mort directe pour ces animaux qui consomment de LA drogue non accidentellement !;O)

Pages

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.