Santé Canada: 470% plus con que le pot d'aujourd'hui ?

Forums: 

http://fr.canoe.ca/infos/societe/archives/2010/08/20100804-203948.html

Santé Canada
Le pot d’aujourd’hui 470 % plus puissant
Agence QMI
Laurent Dionne
04/08/2010 20h39

MONTRÉAL - Pendant que la moitié des Québécois aimerait voir l’assouplissement des lois réglementant la marijuana au pays, Santé Canada rappelle les dangers de cette drogue, dont la puissance a augmenté de 470 % au cours des 40 dernières années au Québec.
En effet, selon le rapport de la commission d’enquête sur l’usage des drogues à des fins non médicales, réalisé en 1970, la quantité de tétrahydrocannabinol (THC), l’élément provoquant les effets euphorisants du cannabis, oscillait entre 0.02 et 3.46 % à l’époque, alors qu’elle peut atteindre 20 % aujourd’hui.

« La quantité de THC dans la marijuana se situe entre 1% et 20% aujourd’hui selon la façon dont elle a été cultivée, la composition génétique de la plante et les proportions venant de la fleur, des feuilles, des tiges et des graines », explique Ashley Lemire, porte-parole de Santé Canada.

Les méthodes de production se sont beaucoup raffinées au fil des ans. La culture hydroponique, l’utilisation de fertilisants spéciaux, d’hormones végétales, de stéroïdes et de monoxyde carbone sont tous des éléments qui augmentent la teneur en THC de la marijuana.

Plus dangereux qu’on ne le croit

Malgré la croyance populaire voulant que la marijuana ne développe pas d’accoutumance, Santé Canada avertit que la réalité est toute autre.

« Une consommation régulière peut entraîner une dépendance psychologique au cannabis et la dépendance physique peut s'installer chez des personnes qui consomment de fortes doses quotidiennement », ajoute Mme Lemire.

Si ce stade venait à être franchi et qu’une période de sevrage s’en suivait, ces symptômes pourraient se manifester : état de manque, irritabilité, anxiété, perte d’appétit, malaises à l’estomac, tremblements et troubles du sommeil.

«Les consommateurs de marijuana peuvent ressentir des effets à long terme pouvant même mener à une psychose ou de la schizophrénie chez les personnes ayant une prédisposition familiale », conclut Mme Lemire.

Selon un sondage mené au compte de l’Agence QMI, 32% des Québécois aimeraient voir la marijuana être légalisée et que 18% pense que le gouvernement devrait la décriminaliser.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.