Drogue: La contrefaçon de médicaments plus lucrative que le trafic de drogue illicites

Forums: 

Zappiste: gageons que le subutex fera aussi parti des médicaments contrefaits et/ou vendu sur le marché gris !

C'est probablement pourquoi les pharmaceutiques utilisent la molécule de THC et non la plante séchée naturellement facilement reconnaissable...

http://www.bfmtv.com/economie/contrefacon-medicaments-plus-lucrative-tra...

La contrefaçon de médicaments plus lucrative que le trafic de drogue
Avec un taux de retour sur investissement 10 à 25 fois supérieur que le trafic d'héroïne ou de fausse monnaie, les organisations criminelles se tournent de plus en plus vers la falsification de médicaments. C'est la mise en garde faite par l'Iracm, ce 25 septembre

Coralie Cathelinais
Le 25/09/2013 à 16:14
Mis à jour le 25/09/2013 à 16:18

Antibiotiques, antipaludéens, analgésiques, vaccins … Aucun médicament n'échappe aux circuits de la contrefaçon. Dans un rapport publié ce mercredi 25 septembre, l'Iracm (Institut international de recherche anti-contrefaçon de médicaments) s'est penché sur l'organisation de ces trafics criminels et à ses conséquences économiques.

"La contrefaçon de médicaments, c'est un chiffre noir probablement considérable. Certaines estimations ont établi qu'en 2010 ce marché avait atteint 75 milliards de dollars", explique Bernard Leroy, le directeur de L'Iracm.

Mais ce que l'institut met en avant, c'est l'extrême rentabilité de ce trafic qui de ce fait, attire de plus en plus les criminels. Quand un trafiquant investit 1.000 euros dans la fausse monnaie ou l'héroïne, il peut espérer obtenir 20.000 dollars. Le retour sur investissement s'établit entre 200.000 et 450.000 euros pour la contrefaçon de médicament.

"En plus d'être lucratif, ce trafic est plus facile à mettre en place que celui de la drogue et offre des débouchés plus large. Et les peines encourues pour les criminels sont beaucoup plus légères", ajoute-t-il.

Des recettes fiscales en moins
Aussi, quand les autorités réalisent un coup de filet, l'étalage de chiffres est impressionnant. Ainsi, le britannique Peter Gillepsie a mis sur pied une société basée au Luxembourg qui, entre décembre 2006 et mars 2007, a écoulé 72.000 paquets de faux médicaments pour un bénéfice estimé à 3 millions de livres. Ou encore l'affaire Glavmed, l'un des plus importants réseau de distribution russe, qui a permis de fermer un site qui a reçu environ 1,5 million de commandes en 3 ans, pour des revenus mensuels de près d'un million d'euros.

Au delà des retombées sanitaires, ces pratiques frauduleuses touchent de plein fouet les industries pharmaceutiques, qui verraient leurs chiffres d'affaires diminués de 10 à 15%. Mais c'est sans compter les répercussions en termes d'images, de capacités d'investissements.

Enfin, cette économie parallèle a aussi une incidence sur les recettes fiscales des Etats. Ce marché noir représente un manque à gagner en terme de TVA, de droits de douane. En Chine, les services officiels estimaient que la contrefaçon (tous secteurs confondus) avaient amputé les recettes fiscales de" 3 milliards en 2003. En Grande Bretagne, l'évasion fiscale s'élevait à 2,4 milliards de dollars la même année.

---------------------------

http://news.doctissimo.fr/Medicaments/Faux-medicaments-700-000-morts-par...

Les News Médicaments

Faux médicaments : 700 000 morts par an dans 90 pays

vendredi 27 septembre 2013

Les médicaments de contrefaçon concernent surtout le paludisme et la tuberculose et sont présents surtout en Afrique, en Asie et en Amérique Latine. Mais les pays développés sont également touchés par ce trafic en pleine croissance, notamment via Internet.

Un marché illicite plus rentable que le trafic de drogues

Dans un rapport récemment publié, l’Institut international de recherche anti-contrefaçon de médicaments (IRCAM) précise que les faux médicaments tuent également de nombreuses personnes dans les pays industrialisés. En pleine expansion, la quantification de ce marché est difficile à évaluer. Selon le Centers for Medicines in the Public Interest, le marché aurait augmenté de 90 % entre 2005 et 2010 pour atteindre 75 milliards de dollars. D’autres sources évaluent le marché du médicament de contrefaçon à 200 milliards de dollars, ce qui le place en haut de la liste des marchés illicites, devant la prostitution et la marijuana. En prenant en compte les statistiques et sources fiables, comme les saisies par les douanes, l’IRCAM estime que la progression de ce marché entre 2005 et 2010 a été 20 % supérieure à celle du marché mondial des produits licites ! De plus, ce marché est juteux car beaucoup plus rentable que le trafic de drogues. Ainsi, le Fédération internationale de l’industrie du médicament, estime que la contrefaçon d’un "blockbuster" (médicament qui génère plus d’un milliard de dollars par an) peut rapporter 500 000 dollars pour un investissement initial de seulement 1 000 dollars !

La proportion de médicaments contrefaits varie selon les pays. Selon l’OMS, un médicament sur 3 serait contrefait en Afrique, en Asie et en Amérique Latine, contre un sur 5 dans les anciennes républiques soviétiques. Mais les pays développés ne sont pas épargnés puisque 1 % des médicaments sont contrefaits en Europe ou en Amérique du Nord, alors que ce pourcentage grimpe à 10 % dans les pays en voie de développement comme la Russie et la Chine.

L’inde et la Chine, principaux pays producteurs avec Dubaï comme plaque tournante

Les plus gros producteurs de médicaments contrefaits sont l’Inde et la Chine (75 %) mais la Russie est également pointée du doigt dans une moindre mesure, avec les Philippines et certains pays africains comme le Nigeria. Selon une estimation de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), la moitié environ de la marchandise transiterai par Dubaï afin d’effacer la traçabilité des produits, alors que l’Asie et l’Europe ont les taux les plus élevés d’activités criminelles liées au trafic de médicaments contrefaits.

Si les antipaludéens et les antituberculeux constituent une bonne partie de ce marché noir, en fait pratiquement aucun médicament n’échappe à la contrefaçon. La "qualité" de l’emballage et de l’aspect des faux médicaments est très différente selon le marché : elle est assez grossière dans les pays à faibles revenus mais très proches du vrai médicament dans les pays développés.

La mondialisation de l’e-commerce booste les ventes

Internet représente une manne extrêmement avantageuse pour le crime organisé et les différentes organisations semblent l’avoir compris. Par exemple, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la moitié des sites qui vendent des médicaments par Internet dissimulent leur adresse physique, 62 % des médicaments achetés en ligne sont des contrefaçons, selon l’Alliance européenne pour l’accès à des médicaments, tandis qu’aux États-Unis, 36 millions de personnes ont acheté des médicaments sans prescription sur des sites Internet illégaux en 2010.

Devant l’ampleur du problème, autant dire que le fait de suivre les consignes de précaution émises par le Ministère de la santé sur l’achat de médicaments en ligne n’est pas un luxe.

Jesus Cardenas

Source : Contrefaçons de médicaments et organisations criminelles. Institut international de recherche anti-contrefaçon de médicaments (IRCAM). Septembre 2013 (rapport disponible en ligne).

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.