Est-ce que seuls les livres pro-weed sont interdits? Non...

Non, même ceux qui ont des mises en garde concernant le cannabis peuvent avoir la botte.

NORML propose un aperçu de cinq livres tsk-tsked en raison des thèmes de
mauvaises herbes.

Google traduction

Par Angela Stelmakowich
14 octobre 2020
commentaires

Alors que le Canada approche de deux ans de weed légale, la Semaine des
livres interdits récemment achevée au sud de la frontière, qui s'est
déroulée du 27 septembre au 3 octobre, offre un aperçu de la façon dont les
voisins du sud perçoivent le cannabis, à la fois dans la littérature et dans
la vie.

La semaine est destinée à mettre en lumière «les tentatives actuelles et
historiques de censurer les livres dans les bibliothèques et les écoles. Il
rassemble toute la communauté du livre - bibliothécaires, libraires,
éditeurs, journalistes, enseignants et lecteurs de tous types - dans un
soutien commun à la liberté de rechercher et d'exprimer des idées, même
celles que certains considèrent comme peu orthodoxes ou impopulaires », note
l'American Library Association .

Les livres peuvent être interdits pour de nombreuses raisons et thèmes
différents, notamment la violence, le sexe, le blasphème et, bien sûr,
l'usage et l'abus de drogues. Les textes interdits et contestés
comprendraient de nombreux classiques (et les piliers des programmes du
secondaire): The Great Gatsby , The Grapes of Wrath , To Kill a Mockingbird
, The Colour Purple , A Farewell to Arms , The Call of the Wild , In Cold
Blood et The Seigneur des mouches .

Les étudiants échangent des livres entre des copains pour gagner de
l'argent et rester occupés alors que COVID ferme les écoles
Six livres pour faire de vos prouesses de culture du cannabis l'envie de la
foule à la maison
La bonne chimie: loin de Reefer Madness

Entrez dans la marijuana, qui n'est pas étrangère à la controverse, ayant
été définie comme tout, de la laitue du diable à une drogue d'entrée. Il est
intéressant de noter que des interdictions ont été appliquées à des livres
dont les thèmes penchent à la fois vers les côtés «pour» et «contre» des
arguments.

À l'occasion de la semaine du livre interdit, un blog récent de
l'Organisation nationale pour la réforme des lois sur la marijuana (NORML)
propose un guide divertissant d'échantillons de mauvaises herbes.

Les textes interdits et contestés comprennent de nombreux classiques (et les
piliers des programmes d'études secondaires). / Photo: Natalia Iashnova /
iStock / Getty Images Plus / Photo: Natalia Iashnova / iStock / Getty Images
Plus

La liste persiste malgré la croissance des plantes de plus en plus acceptée
dans de nombreux cercles à travers le monde, y compris la plongée définitive
du Canada dans la piscine récréative il y a deux ans pour patauger plus
timidement au sud de la frontière et dans le monde entier .

Le blog de NORML propose les arguments d'accompagnement sur des listes
vénérées ou vilipendées. Bien qu'il soutienne le choix des adultes
d'utiliser et d'accéder à l'herbe, il cite cinq livres qui ont été soit
peints dans une lumière favorable, soit ornés d'une teinte résolument plus
sombre - qui ont tous été contestés ou ont vraiment obtenu le crochet.

Les avantages d'être une giroflée : Stephen Chbosky

Parmi les justifications non-non contenues dans le livre figurent la
sexualité des adolescents, la consommation de drogues et d'alcool.
L'adolescent protagoniste est poussé à essayer la marijuana, généralement
par amour, et plus tard, en tant qu'adolescent pas si innocent, il passe de
l'herbe et devient accro à des drogues plus dures (la théorie de la
passerelle bien rodée selon laquelle de nombreux anti-cannabis ont utilisé
pendant des années). Mais ce n'est pas seulement le protagoniste; un certain
nombre de personnages différents utilisent également l'herbe pour résoudre
les problèmes urgents de leur vie, y compris la remise en question de la
sexualité, la violence physique et les pensées suicidaires, selon NORML.
«Parce qu'il s'agit d'un roman pour jeunes adultes (quoique très bon), la
consommation de drogue ne fait qu'aggraver leurs problèmes», note le blog.
«Pour donner du crédit au livre, cependant, les retombées résultant de leur
consommation de drogues légères n'entrent jamais dans un territoire trop
dur. Pas de surdoses ni de fêtes de crack.

À la recherche de l'Alaska : John Green

Depuis sa publication en 2005, le livre a été un favori éternel pour la
liste des livres contestés, selon NORML. En son cœur se trouvent les
événements d'un adolescent qui a commencé dans un nouveau pensionnat et
rencontre différents groupes d'étudiants, qui lui font découvrir la drogue,
le sexe et d'autres éléments qui développent l'esprit. Le livre ne diabolise
ni ne fait l'éloge de la marijuana, rapporte le blog, «c'est simplement
quelque chose qui est présent dans la vie de certains personnages. Personne
ne subit la pression des pairs, personne ne fait de «surdose» et personne ne
commence à fumer de la méthamphétamine. »

Guide du producteur de marijuana : Mel Frank et Ed Rosenthal

Appelé «la bible de la culture de base», le livre publié pour la première
fois en 1974 ne résout pas le problème: la culture de l'herbe. Il ne s’agit
pas de littérature durable; il s'agit de connaissances durables sur la
manière de cultiver simplement et efficacement les têtes. Le texte fondateur
a néanmoins attiré certains détracteurs, y compris «un homme de Jackson,
Wyoming [qui] a eu un sérieux problème avec la bibliothèque publique du
comté de Teton portant le livre, qu'il a comparé à« des livres sur la
fabrication de bombes, l'assassinat, comment faire de la méthamphétamine et
de la pornographie juvénile », rapporte NORML. Malgré ce drame, le Wyoming
continue d'être assez strict à ce jour à propos de l'herbe. Possédant juste
plus de trois onces(85 grammes) de laitue du diable se traduisent par des
peines maximales, y compris une accusation de crime, cinq ans
d'emprisonnement et des amendes allant jusqu'à 10 000 $ US. Cultiver
n'importe quelle quantité de marijuana, la raison d'être du livre , entraîne
une accusation de crime, 10 ans de prison et jusqu'à 10 000 $ d'amende.

Allez demander à Alice : anonyme

Ce que NORML assimile à la version des années 1970 de Reefer Madness , le
livre raconte l'histoire d'un jeune anonyme de 15 ans qui tient un journal.
Après avoir déménagé et rencontré une fille dans sa nouvelle école, le
protagoniste est poussé à fumer du cannabis. Trouvant de l'herbe à son goût,
Alice pense que toutes les drogues vont bien et entre dans «un terrier de
lapin de rapports sexuels non protégés, de drogues intraveineuses et
d'autres horreurs hippies», note le blog. Encore une fois, le livre a été un
pilier des listes contestées et interdites pendant des années, bien qu'il
s'agisse de ce que NORML appelle «militairement anti-drogue et
pro-chasteté». Et encore une fois, comme Reefer Madness, le livre a
également contribué à justifier l'argumentation contre la légalisation du
cannabis.

Manivelle : Ellen Hopkins

Avec sa granularité et son style narratif, très différents de l'approche de
certains de ses contemporains, comme Twilight , même ceux qui ne sont pas
très éduqués sur la drogue comprendraient sûrement que le passage de l'herbe
à la méthamphétamine est tiré par les cheveux. Le livre est farouchement
anti-drogue et peut, même maintenant, être considéré comme une mauvaise
influence sur les adolescents en croissance et impressionnables (mais,
sérieusement, pas complètement stupides). À titre de comparaison plus
raisonnée, NORML souligne que «les adolescents attendent d' être plus âgés
pour essayer la marijuana, en particulier dans les endroits où elle est
légalisée».

Commentaires

Add new comment

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.