Un nouvel espoir pour les femmes atteintes d’endométriose grâce au cannabis médicinal

Un nouvel espoir pour les femmes atteintes d’endométriose grâce au cannabis médicinal
par Chloe Delaporte le 18 janvier 2020

Des chercheurs espagnols en collaboration avec le service gynécologique de l'hôpital de Barcelone ont récemment découvert que le cannabis médicinal pouvait calmer les douleurs liées à l’endométriose. Une petite révolution dans le combat contre cette maladie qui ne bénéficie toujours pas de traitement à l’heure actuelle.

Depuis maintenant quelques années, l’endométriose bénéficie d’un coup de projecteur. Cette maladie chronique qui s’attaque au tissu qui tapissent l’utérus reste encore méconnue, si bien qu’à ce jour, aucun traitement n’existe pour soigner ni même soulager les millions de femmes qui en souffrent. Mais un nouvel espoir vient peut-être de naître grâce au travail de chercheurs espagnols de l'université Pompeu Fabra de Barcelone révélant l’action positive du cannabis thérapeutique sur la maladie. En collaboration avec le service gynécologique de l'hôpital de Barcelone, les chercheurs ont découvert que le cannabis sous sa forme thérapeutique pouvait atténuer les douleurs provoquées par l’endométriose.

Rappelons que malgré la méconnaissance qui entoure encore cette maladie, une femme sur dix serait atteinte d’endométriose. Un chiffre non négligeable qui prouve la nécessité de concevoir un traitement pour les malades qui souffrent au quotidien. L’endométriose est une maladie chronique qui se manifeste pendant les règles lorsque l'endomètre (la paroi interne de l'utérus) se désagrège. Ces cellules sont poussées hors de l’utérus à cause de l’endométriose. Elles peuvent alors atteindre d’autres organes comme comme la vessie, le côlon, les intestins ou encore l'appareil pulmonaire et provoquer toutes sortes de douleurs, particulièrement handicapantes au quotidien. En plus de la douleur qu’elle cause, l’endométriose est également la première cause d’infertilité chez la femme.

Des résultats positifs sur les souris
Pour constater l’efficacité du cannabinoïde (CBD) et le tétrahydrocannabinol (THC), les deux principes actifs du cannabis sur la maladie, les chercheurs ont réalisé un essai sur des souris. Les rongeurs se sont vu implanter du tissu endométrial développé hors de l’utérus afin de reproduire des effets similaires à ceux de l’endométriose chez la femme. Les souris ont ensuite bénéficié d’un traitement à base de THC pendant 28 jours qui a calmé quasi instantanément les douleurs situées au niveau de l’abdomen. En plus de soulager le douleurs, le THC a également agi sur l'endomètre à l'intérieur et à l'extérieur de l’utérus. Ainsi, les souris qui avaient reçu le traitement pendant 32 jours présentaient une croissance moindre de tissu endométrial.

Malgré les effets secondaires que peut provoquer le cannabis, le professeur et co-auteur de l’étude Rafael Maldonado explique qu’il ne faut pas négliger le fait que "ses propriétés médicinales pourraient contribuer à soulager la douleur en cas d’endométriose". "Nos résultats montrent que le THC limite le développement et les symptômes de l'endométriose dans un modèle expérimental et soulignent l'intérêt de mener d'autres recherches pour assurer la sécurité et les effets bénéfiques de ce traitement chez les femmes atteintes d'endométriose", ajoute la chercheuse Alejandra Escudero-Lara, doctorante à l'Université Pompeu Fabra de Barcelone. Rappelons que l’Assemblée nationale a récemment voté l’expérimentation de l’usage du cannabis thérapeutique à partir du premier semestre 2020. Un traitement à base de cannabis pourrait donc constituer un nouvel espoir pour les patientes françaises si les futures recherches confirment son efficacité sur la maladie.

À lire aussi > Endométriose : Lorie raconte les "douleurs atroces" de la maladie

Commentaires

Add new comment

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.