Cesser de fumer pour sauver son cœur

Cesser de fumer pour sauver son cœur
Agence QMI

| Publié le 19 janvier 2020 à 14:55

Bien connue pour son rôle dans le développement du cancer du poumon, la cigarette est aussi un des principaux facteurs augmentant le risque de mourir d'une crise cardiaque, a rappelé le Conseil québécois sur le tabac et la santé (CQTS), dimanche matin, en appelant les fumeurs québécois à écraser pour de bon.

«La statistique la plus marquante est sans aucun doute que les fumeurs courent jusqu'à quatre fois plus de risques de mort cardiaque subite que les non-fumeurs», a expliqué la directrice générale du CQTS, Annie Papageorgiou, à l'occasion du lancement de la semaine pour un Québec sans tabac.

Loin d'être anodine, la cigarette attaque lourdement tout le système cardiovasculaire, notamment en accélérant le rythme cardiaque et en contribuant au durcissement des artères. Ce faisant, les risques de souffrir d'une maladie cardiovasculaire, qu'on pense à infarctus du myocarde (crise cardiaque) ou à un accident vasculaire cérébral (AVC) vont augmenter, pour aller jusqu'à tripler dans le cas de certaines maladies.

Ce sont ces risques qui ont incité le porte-parole de la semaine pour un Québec sans tabac, le comédien et ultramarathonien Patrice Godin, à cesser de fumer. À 32 ans, celui-ci a commencé à subir des crises d'anxiété liées à sa «peur de mourir subitement d'une crise cardiaque», a-t-il expliqué à TVA Nouvelles.

Sa phobie et les naissances successives de ses filles l'ont amené à écraser pour de bon. «Je me suis dit "je veux les voir grandir, je veux être en santé" et éventuellement, peut-être, avoir des petits-enfants», a-t-il confié.

Dur combat
«J'ai fumé pendant plus de 25 ans. J'évalue avoir fumé autour de 190 000 cigarettes dans ma vie», a compté le comédien, en rappelant que dans les années 1980, fumer était la norme. «En fait, je trouvais les gens qui ne fumaient pas bizarres», a-t-il souligné.

Malgré tout, il est parvenu à fuir sa dépendance en se remettant à la course, pour retrouver la forme. Aujourd'hui, il est en mesure de courir des ultramarathons, allant jusqu'à participer à des courses totalisant plus de 300 kilomètres.

Il faut dire que cesser de fumer à un impact majeur sur la santé cardiovasculaire. Une seule année après avoir abandonné la cigarette, le risque de maladie cardiovasculaire chute de moitié, a souligné le CQST.

«Ne désespérez pas. [...] C'est difficile d'arrêter de fumer. On s'y reprend à plusieurs reprises, mais ne lâchez pas. On y arrive. Moi, si j'ai été capable de le faire, il y a bien du monde qui est capable de le faire», a affirmé Patrice Godin en guise d'encouragement aux fumeurs qui seraient tentés de l'imiter.

Malgré les messages de prévention, environ 17,5 % des Québécois de 12 ans et plus fumaient quotidiennement en 2018, selon Statistique Canada.

Commentaires

Add new comment

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.