Le gouvernement fédéral abandonne le financement de la recherche sur la marijuana médicale

Le Bloc Pot ne peut que condamner le geste du gouvernement conservateur, qui a décidé d'abandonner toute subvention à la recherche sur la marijuana utilisée à des fins thérapeutiques. Le but allégué est d'économiser 4 millions $ sur deux ans (alors que le surplus budgétaire pour 2005 était de 13,2 milliards !); mais nous croyons en fait que le « gouverneur » Harper, sur le plan politique, a l'intention de transformer le Canada en 51e État des États-Unis et que cette décision n'a rien à voir avec le budget.

Voici tout de même comment on justifie cette mesure, sur la page en « franglais » du Secrétariat du Conseil du Trésor:

Le nouveau gouvernement du Canada a pris des engagements sérieux envers la recherche sur la santé et ne croit pas que le gouvernement fédéral doive dicter aux chercheurs professionnels ce sur quoi doivent porter leurs recherches.

Pourtant, si le gouvernement a pris des engagements, cela signifie qu'il a choisi de déterminer ce qui est important en matière de santé publique et qu'il doit orienter la recherche en ce sens. (Autrement dit, la citation ci-dessus n'a aucun sens!)

Il est à noter que le site de Radio-Canada affirme que « ces mesures se traduiront notamment par l'élimination du programme de distribution de marijuana à des fins thérapeutiques ». Nous espérons que les journalistes de la Société d'État en ont fumé du bon avant d'écrire ceci, car si le programme de distribution (et non de recherche) est aboli, ce sera catastrophique pour des centaines de malades chroniques, en plus d'être contraire à la Charte des droits et libertés.

Nous invitons le gouvernement du Québec à assumer les responsabilités constitutionnelles qui lui incombent en matière de santé, et à reprendre immédiatement le flambeau de la recherche sur la marijuana thérapeutique.

Enfin, nous invitions le gouvernement conservateur à délaisser le novlangue (newspeak) et écrire ses communiqués dans un français convenable, afin d'expliquer quels sont les motifs véritables des ses gestes.

Le contexte actuel de la recherche

Dans la logique de la soi-disant « propriété intellectuelle », le brevetage de la moindre molécule et de la moindre séquence génétique pour une durée de 20 ans ou plus est monnaie courante. Cela fait grimper en flèche le coût de la recherche, avec pour résultat que les compagnies pharmaceutiques n'ont d'autre choix, pour recouper leurs investissements, que de développer des médicaments qu'elles vendront cher à des gens riches (exemple: le Viagra) et de breveter à leur tour leurs découvertes.

Il est d'autant plus important que les pouvoirs public investissent dans le développement d'une médecine abordable pouvant traiter des problèmes de santé réels. Pour le bien commun de l'humanité et des pays moins avancés, les résultats de ces recherches doivent être partagés et ouverts.

Parlez-en à votre médecin... et à votre député !