Guerre contre la drogue

Page couverture du Journal de Sherbrooke, 1er septembre 2006

Le Journal de Sherbrooke, le vendredi 1er septembre 2006, p.3

Selon le parti Bloc Pot, les opérations Cisaille menées en région sont loin de faire peur aux producteurs illégaux de marijuana.

Feuilles de coca

La légalisation de la cocaïne ne fait pas partie du programme du Bloc Pot. Nous reconnaissons toutefois que la logique perverse de la prohibition a des effets tout aussi dévastateurs lorsqu'elle cible d'autres substances d'origine naturelle. Loin du Québec et du Canada, les mesures de lutte contre les psychotropes ne cessent de causer des dommages plus grands que le « mal » qu'elles sont censées combattre. Cette section a donc pour but d'alimenter un débat informé sur la gestion de la biodiversité, et d'insérer la question du cannabis dans le contexte mondial de la Guerre contre certaines drogues.

La décriminalisation signifie que le législateur retire le comportement de la « compétence » du système de justice criminelle. La dépénalisation signifie la modification de la peine imposée, comme c’est le cas avec le projet de loi C-17.

L'article publié dans nos pages le mois dernier, dénonçant le manque de rigueur journalistique du « Dossier Les ravages du pot » (La Presse 9 et 10 octobre 2004), nous a valu une lettre enflammée de madame Marie-Michelle Poisson, (voir courrier des lecteurs page 2). La lettre de madame Poisson, qui accuse l'auteur de ces lignes de se prêter à la désinformation, est elle-même remplie de désinformation prohibitionniste. Elle reprend à son compte certains mythes prohibitionnistes véhiculés dans l'article de La Presse.

L’autre matin (24 septembre), en sortant La Presse de la boîte aux lettres, qu’est-ce que je lis en Une : « Le pot d’aujourd’hui peut rendre dément ».

Pages