Jésus utilisait le cannabis

Même si le lecteur en doutera sans doute de prime abord, je vais oser énoncer carrément ma thèse dès le départ : soit Jésus faisait usage de marijuana, soit il n’était pas le Christ. Le mot « Christ » lui-même, par l’entremise de ce qu’impliquent ses origines linguistiques et sa véritable signification, nous donne la preuve la plus profonde que Jésus utilisait véritablement la même herbe que ses ancêtres sémitiques, qui est encore utilisée par les gens à travers le monde pour ses propriétés instructives et curatives.

Le titre grec « Christ » est la traduction du mot hébreu « Messiah » qui, en français, devient « l’ointD ». Le Messie a été reconnu tel parce qu’il avait été enduit de l’huile sacrée, dont l’usage était restreint à l’installation des prêtres et des rois hébreux (Lire cet article pour plus d'information sur l'utilisation du cannabis dans l'Ancien testament). Si Jésus n’avait pas été initié de cette façon, alors il n’était pas le Christ et ne pouvait aucunement prétendre à ce titre.

La recette ancienne pour cette huile d’onction, telle qu’inscrite dans l’Ancien Testament au livre de l’Exode (30:22-24), comprenait plus de 4 kg d’inflorescences de cannabis, « kaneh-bosem » en hébreuB, extrait dans un hin (environ 6,5 litres) d’huile d’olive, ainsi qu’une variété d’autres herbes et aromates. Les élus anciens étaient littéralement trempés de cette huile sacrée puissante à base de cannabis.

De l’époque de Moïse à celle du prophète Samuel, l’huile d’onction sacrée était utilisée par les prêtres chamaniques lévites pour recevoir « les révélations du Seigneur ». À l’aube de l’ère des Rois, Samuel a étendu l’usage de l’huile d’onction aux monarques hébraïques en oignant Saül (et ensuite David) comme « roi Messie ». Ces rois ont mené leurs peuples en tirant profit d’une compréhension acquise par l’entremise de l’usage de l’huile d’onction sacrée pour devenir « possédés de l’esprit du Seigneur ».

« L’onction était commune parmi les rois d’Israël. Elle était le signe et le symbole de la royauté. Le mot “Messie” signifie “celui qui est oint” et aucun des rois d’Israël n’a été appelé “Messie” à moins d’avoir été oint. » [1] Le titre était manifestement seulement donné à ceux-là, car « l’huile d’onction de son Dieu est une couronne sur lui » (Lévitique 21:12).

Après la chute des royaumes juifs et les purges sanglantes qui ont suivi la découverte falsifiée du Livre de la Loi (1 Rois 23), l’huile de cannabis sacrée a été interdite, car associée au culte païen. Pourtant, il semble que certaines sectes ont conservé l’enthéogène topique et continué de pratiquer la religion plus ancienne, attendant en silence le retour d’un roi Messie de la lignée de David.

Le ministère de Jésus constitue le retour des rois Messies juifs, et donc la réémergence de l’huile sacrée. Jésus était appelé le Christ parce qu’il violait le tabou de l’Ancien Testament sur l’huile de cannabis et la redistribuait librement pour les rites d’initiation et pour guérir les malades et les blessés.

Bien qu’il y ait certaines preuves de l’utilisation de cette huile de cannabis judaïque dans le Nouveau Testament traditionnel, nous obtenons un portrait plus clair de son importance lorsque nous regardons les documents gnostiques ayant survécu. Le terme gnostique, signifiant « connaissance », fait allusion à plusieurs des premières sectes chrétiennes qui avaient à propos de Jésus et de ses enseignements des croyances fort différentes de celles qui nous sont parvenues par l’entremise de la chrétienté moderne.


[1] TW Doane, Bible Myths and their Parallels in Other Religions. Première publication en 1882, republié en 1985 par Health Research