Enquête québécoise sur le tabac, l’alcool, la drogue et le jeu chez les élèves du secondaire – BIAISÉE !?

Forums: 

Zappiste:
Encore une fois ils biaisent les informations en séparant tabac, alcool et "LA" drogue.

Il faudrait qu'ils demandent aux élèves
quelles DROGUES (produit intoxicants) consommez-vous
avez-vous consommé dans les derniers, jours, mois etc...?

C'est donner un message biaisé, prohibitionniste, qui porte à confusion
que de séparer tabac, alcool et "LA" drogue.
Utiliser "LA" drogue en parlant "DES" (de tous les) produits illicites,
héroïne, cannabis, amphétamines, etc. dans ce "LA".
C'est pas mieux surtout
quand on sait que le tabac et l'alcool sont des drogues dures
plus nocives que "LE" (les) Cannabis.

http://www.stat.gouv.qc.ca/publications/sante/tabac08.htm

Les résultats de la 6e édition de l’Enquête québécoise sur le tabac, l’alcool, la drogue et le jeu chez les élèves du secondaire – menée à l’automne 2008, auprès de 4 736 élèves de la 1re à la 5e secondaire répartis à travers le Québec – montrent qu’au cours d’une période de 30 jours précédant l’enquête, 15 % ont fait usage de la cigarette (particulièrement des filles). Ils montrent également qu’au cours d’une période de 12 mois précédant l’enquête, 60 % des élèves ont consommé de l’alcool au moins une fois, 28 % ont consommé de la drogue (27 % d’entre eux ont consommé du cannabis) et 37 % ont participé à des jeux de hasard et d’argent. La prévalence de chacun de ces comportements est significativement moindre que celle observée en 2004. L’indice de consommation problématique d’alcool et de drogues révèle que 6 % des élèves ont un problème de consommation en émergence et 6 % ont un problème de consommation pour lequel une intervention spécialisée est souhaitable. L’indice des problèmes de jeu pour sa part révèle que 4 % des élèves risquent de développer des problèmes face au jeu et 2 % sont probablement déjà des joueurs pathologiques.

On apprend aussi que la consommation des drogues est en baisse.

Le travail n'est pas terminé. Si la majorité des jeunes essaient le tabac ou les drogues par curiosité, 6 % d'entre eux vivaient en 2008 un problème de consommation en émergence et 6 %, un problème exigeant l'intervention de spécialistes. Une proportion de 12 %, c'est important et ça démontre bien que la sensibilisation doit se poursuivre. Les intervenants dans le domaine doivent continuer leur œuvre.

L'alcool a encore ses attraits chez les jeunes, puisque 60 % d'entre eux disaient en avoir consommé dans les 12 mois précédant l'enquête. Il faut donc demeurer vigilant pour favoriser une consommation mesurée et responsable lorsque ces jeunes atteindront l'âge adulte. Notons que les 16 à 24 ans représentent 20 % des conducteurs automobiles au Québec, mais qu'ils sont impliqués dans 50 % des accidents mortels.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.