Eswatini décide de réviser la loi coloniale vieille d'un siècle pour légaliser le cannabis médical

Comme il n’y a pas d’emplois, nous gagnons notre vie en vendant du cannabis dans la rue

Eswatini décide de réviser la loi coloniale vieille d'un siècle pour légaliser le cannabis médical
18 mars 2024 11h39
Par Nokukhanya Musi

DOSSIER - La culture industrielle du cannabis est cultivée dans un champ du canton de Nambuma, dans le district de Dowa, dans le centre du Malawi, le 8 avril 2022. Eswatini se joint à nombre de ses voisins africains pour légaliser le cannabis à des fins médicales, en révisant une loi coloniale sur les drogues datant d'un siècle.

Partager

MANZINI—
Eswatini rejoint nombre de ses voisins africains dans la légalisation du cannabis à des fins médicales, en révisant une loi coloniale sur les drogues datant d'un siècle.

Le gouvernement d'Eswatini, dirigé par le roi Mswati III, a introduit une législation qui légaliserait le cannabis, rejoignant ainsi d'autres pays africains qui encouragent désormais le développement à des fins médicales.

Le porte-parole du gouvernement, Alpheous Nxumalo, estime que la légalisation du cannabis contribuera à limiter le marché noir, à augmenter les recettes fiscales et à responsabiliser les agriculteurs eswatini.

« La législation prévoira également des mesures pour se prémunir contre l’augmentation du marché noir. Cela a privé les impôts du gouvernement d'Eswatini d'une opportunité de développer son économie et a même privé les agriculteurs eux-mêmes qui essayaient de gagner leur vie en utilisant ce cannabis. Nous attendons avec impatience la levée de l’interdiction de la plante de cannabis comme une opportunité de développer le pays, notre économie et de donner aux Eswatini eux-mêmes les moyens d’agir.

La société américaine Profile Solutions est le seul producteur de cannabis autorisé dans ce petit pays d'Afrique australe.

Eswatini s'efforce de modifier les dispositions d'un statut de 1922 adopté par les Britanniques, qui ont dirigé le pays anciennement connu sous le nom de Swaziland de 1903 à 1968.

Le Dr Thys Louren est un médecin du travail sud-africain qui travaille pour Occupational Health Eswatini. Il affirme que la légalisation du cannabis pourrait avoir des avantages majeurs pour les soins de santé, la société et l'économie. Sa position s'aligne sur celle du gouvernement d'Eswatini sur cette question.

« Je suis ici pour appeler à un changement transformateur du paysage des soins de santé d'Eswatini vers un Eswatini plus sain et plus durable. Il ne s’agit pas seulement d’une décision médicale mais d’une solution holistique pour nos patients, notre communauté et notre économie.

E. Nathi Dlamini de Business Eswatini considère le cannabis médical comme un moyen qu'Eswatini peut utiliser pour capitaliser sur le marché mondial du cannabis afin de créer des emplois et stimuler la croissance économique – encouragé par le soutien du gouvernement à l'industrie.

« De nombreux pays sont bien en avance à cet égard en termes de développement d’industries pour soutenir les investissements et créer des emplois dont nous avons d’ailleurs désespérément besoin. En tant qu'entreprise Eswatini, nous sommes très reconnaissants que la plus haute autorité du pays commence désormais à être unanime sur ce sujet.

Le commerce du cannabis a permis à de nombreuses personnes dans une petite économie avec peu de possibilités d'emploi d'avoir un revenu substantiel pendant des décennies, et quelques commerçants locaux ne craignent pas que ce revenu soit compromis par le nouveau projet de loi.

Le marchand de cannabis Maqhawe Tsabedze affirme qu'il vit du commerce illégal depuis 20 ans pour permettre à ses enfants d'aller à l'école.

« La décriminalisation du cannabis nous aidera beaucoup et empêchera peut-être la police de perquisitionner et de confisquer nos produits, que nous gagnons notre vie en vendant. Beau temps, mauvais temps, nous veillons à mettre du pain sur la table pour que nos enfants ne se couchent pas le ventre vide. Comme il n’y a pas d’emplois, nous gagnons notre vie en vendant du cannabis dans la rue. »

Le projet de loi doit obtenir l’approbation des trois quarts de l’Assemblée et du Sénat pour devenir loi.

Commentaires

La légalisation plus de bienfaits que de méfaits et pour qui ?

La légalisation plus de bienfaits que de méfaits et pour qui ?

Malheureusement la légalisation causera plus de méfaits que de bienfaits.
Pour ceux qui gagnent leur vie en vendant du cannabis dans la rue !

Les restrictions vont défavoriser les petits producteurs, vendeurs, revendeurs.
Comme le cout des licences, permis, taxes, les nombreuses restrictions,
les obligations sur la traçabilité, les produits de cultures autorisés, la vérification, les déchets, etc.

FINI
Le commerce du cannabis qui a permis à de nombreuses personnes dans une petite économie avec peu de possibilités d'emploi d'avoir un revenu substantiel pendant des décennies, et quelques commerçants locaux ne craignent pas que ce revenu soit compromis par le nouveau projet de loi.

Le marchand de cannabis Maqhawe Tsabedze affirme qu'il vit du commerce illégal depuis 20 ans pour permettre à ses enfants d'aller à l'école.

« La décriminalisation du cannabis nous aidera beaucoup et empêchera peut-être la police de perquisitionner et de confisquer nos produits, que nous gagnons notre vie en vendant. Beau temps, mauvais temps, nous veillons à mettre du pain sur la table pour que nos enfants ne se couchent pas le ventre vide. Comme il n’y a pas d’emplois, nous gagnons notre vie en vendant du cannabis dans la rue. »

Comme il n’y a pas d’emplois, nous gagnons notre vie en vendant du cannabis dans la rue

Dans un reportage sur la vente de cannabis dans la rue de pays pauvre
aide des femmes à se sortir de la prostitution.

« La décriminalisation du cannabis nous aidera beaucoup et empêchera peut-être la police de perquisitionner et de confisquer nos produits, que nous gagnons notre vie en vendant ».

L'avantage des pays pauvres c'est que les policiers mal payés sont achetables, pour éviter la prison !;O)
Achetables comme les associations de médecins/psychiatres du Québec.

Pages

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.