Un juge de Caroline du Nord interdit aux personnes ayant une «odeur de marijuana» d'entrer dans les tribunaux

qui dégage une odeur de marijuana, de THC, de CBD, de haschisch, de chanvre et de substances similaires,

Un juge de Caroline du Nord interdit aux personnes ayant une «odeur de marijuana» d'entrer dans les tribunaux

Publié il y a 2 heures le 15 février 2024
Par Kyle Jaeger

Toute personne « ayant l’odeur de la marijuana » se verra désormais interdire d’entrer dans les tribunaux supérieurs de Caroline du Nord du comté de Robeson, en vertu d’une ordonnance signée par un juge mercredi.

L’ordonnance indique que l’odeur du cannabis constituera un motif d’expulsion du palais de justice, et le shérif aura pour instruction de « vous demander de partir et de revenir sans que l’odeur ne vous appartienne [sic] ».

Une section sur les « conclusions de fait » indique que « le palais de justice du comté de Robeson est un établissement gouvernemental ouvert au peuple dans le but de mener des affaires officielles pour l'État de Caroline du Nord ».

Les ventes de cannabis atteignent un niveau record dans le Michigan

« Le public est libre d'entrer dans le palais de justice pendant les heures normales d'ouverture pour y mener des affaires et le palais de justice devrait être facilement et raisonnablement accessible au public de telle manière que la sécurité et la santé des personnes qui entrent dans le palais de justice pour faire des affaires, ainsi que ceux qui travaillent régulièrement au palais de justice ne sont ni menacés ni affaiblis », indique l'ordonnance du juge résident principal de la Cour supérieure, James Gregory Bell.

« IL EST EN CONSÉQUENCE ORDONNÉ :

1. Que toute personne ayant des affaires devant les tribunaux supérieurs du comté de Robeson, qui dégage une odeur de marijuana, de THC, de CBD, de haschisch, de chanvre et de substances similaires, ne puisse pas entrer dans les salles d'audience pour les affaires judiciaires. Le shérif du comte de Robeson vous demandera de partir et de revenir sans l'odeur propre [sic] de vos personnes.

La commande soulève quelques questions. D'une part, sur la base des conclusions de fait, il est difficile de savoir comment la « sécurité et la santé » des personnes présentes dans le palais de justice seraient « menacées ou altérées » si quelqu'un y pénétrait en sentant le cannabis.

Deuxièmement, l’odeur peut être subjective. Le shérif est chargé de faire respecter la règle, mais qui détermine en fin de compte si une personne répond à la définition de « l’odeur de la marijuana ?

Quoi qu'il en soit, cette ordonnance intervient alors qu'une question juridique plus importante concernant l'odeur de marijuana a récemment été laissée en suspens devant la Cour d'appel de Caroline du Nord. Dans une affaire récente, le tribunal a notamment refusé de se prononcer sur la question de savoir si l’odeur ou la vue du cannabis constitue un soupçon raisonnable pour la police de fouiller un véhicule. Cette question découle du fait que le chanvre est légal en Caroline du Nord et qu’il est largement impossible de le distinguer de la marijuana illégale.

Pendant ce temps, un sondage publié plus tôt ce mois-ci a révélé que près de huit habitants de la Caroline du Nord sur dix soutiennent la légalisation de la marijuana à des fins médicales .

Lisez ci-dessous l’ ordonnance de la Cour supérieure de Caroline du Nord concernant l’odeur de marijuana dans le palais de justice :

Éléments photo gracieuseté de rawpixel et Philip Steffan .

Marijuana Moment est rendu possible grâce au soutien des lecteurs. Si vous comptez sur notre journalisme de défense du cannabis pour rester informé, veuillez envisager un engagement mensuel sur Patreon.

Commentaires

La fumée tertiaire peut endommager l'ADN

Un juge de Caroline du Nord interdit aux personnes ayant une «odeur de marijuana» d'entrer dans les tribunaux

Ils n'ont qu'à vapoter des cartouches d'huiles aux arômes de terpènes !
Il n'y a aucun arôme de Skunk #1 ?;O)

Peur de la fumée tertiaire !?

"La peur à fait faire des affaire qui n'ont pas de crisse de bon ni gros bon sens " !;O)

La fumée tertiaire du tabac peut endommager l'ADN.
UNE étude a révélé que l'exposition à la fumée tertiaire du tabac
peut causer des dommages et des ruptures dans l'ADN humain.
Chez les souris !

Les résultats de recherche obtenus pour une souris… valent pour une souris!
Les résultats de tests faits sur des animaux ne peuvent pas systématiquement s’appliquer à l’humain en raison des différences physiologiques (réactions aux produits chimiques, susceptibilité aux virus, etc.).

De plus, les doses administrées aux animaux peuvent être différentes de celles que l’on donnerait à des humains.
La méthode d'administration va aussi être différente !
Des souris sont injectées au THC pur ce qu'aucun humain ne fait.

Autrement dit, les résultats de recherche obtenus pour une souris… valent pour une souris!
L’âge des participants aux études doit aussi être pris en compte, car les effets d’un médicament ou d’un aliment sur l’organisme peuvent différer selon qu’on est jeune ou plus âgé, souligne Dany Plouffe.

Quant aux études faites sur des cellules, elles constituent le point de départ du processus de recherche et les résultats obtenus pourraient ne jamais s’appliquer à l’humain.

Des travaux scientifiques menés chez des souris exposées au tabagisme tertiaire
ont mis en exergue des atteintes hépatiques précancéreuses...

Chez l'adulte, la fumée tertiaire favoriserait une augmentation des risques de maladies du foie,
de cancers, d'atteintes cardio-vasculaires, de fibroses, de maladies pulmonaires inflammatoires
ou de retard de cicatrisation...

Pages

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.