Les trafiquants de haschisch marocains boycottent les trafiquants israéliens en solidarité avec Gaza, selon un rapport

Le boycott entraîne des pertes financières importantes pour les gangs criminels israéliens.

Les trafiquants de haschisch marocains boycottent les trafiquants israéliens en solidarité avec Gaza, selon un rapport
Rebecca Rommen 2024-02-17T11 :21 :15Z

Partager

Sauvegarder
Un homme marche dans un champ de cannabis dans le village d’Azila, dans la région de Ketama au Maroc, au pied de la région montagneuse du Rif, le 16 septembre 2022.
FADEL SENNA

Les trafiquants de haschisch marocain très prisé rompent leurs liens avec les trafiquants de drogue israéliens.
Ils boycottent les trafiquants israéliens pour protester contre le meurtre de Palestiniens à Gaza, selon un rapport.
Le boycott entraîne des pertes financières importantes pour les gangs criminels israéliens.

Insider aujourd’hui
NOUVEAU LOOK
Inscrivez-vous pour recevoir des scoops sur les plus grandes histoires d’aujourd’hui sur les marchés, la technologie et les affaires, le tout au quotidien. Lire l’aperçu
Adresse courriel
Entrez votre adresse e-mail
S’enregistrer
En cliquant sur « S’inscrire », vous acceptez nos conditions d’utilisation et notre politique de confidentialité. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Les trafiquants de haschisch marocains rompent leurs liens avec les trafiquants de drogue israéliens dans le contexte de la guerre en cours à Gaza, selon un rapport des médias israéliens.

« Les trafiquants de haschisch au Maroc ne sont pas disposés à nous vendre plus de haschisch, que ce soit directement ou par l’intermédiaire d’intermédiaires », a déclaré un délinquant de Sharon à Mako, un portail d’information israélien.

« Ils ont décidé qu’à cause de la guerre, ils nous boycottaient. Depuis la guerre, nous avons perdu beaucoup d’argent », a-t-il déclaré.

Le boycott a d’importantes répercussions financières, les organisations criminelles perdant déjà « des dizaines de millions de shekels », Mako. Un nouveau shekel israélien équivaut à 0,28 dollar.

Le haschisch marocain est très prisé. La résine de marijuana est « chérie par les amateurs de cannabis du monde entier », a déclaré le Musée du cannabis d’Amsterdam.

Le commerce lucratif du haschisch marocain se concentre sur la région des montagnes du Rif, dans le nord du Maroc.

Il s’agit d’un secteur agricole important dans ce pays d’Afrique du Nord, couvrant des centaines de kilomètres carrés de culture. Plus de 80 000 familles vivent de la culture et de la transformation de la résine sombre et collante qui est un sous-produit de la plante de cannabis.

Le Maroc est le plus grand producteur mondial de haschisch, contribuant à hauteur de 19% au total mondial.

Alors que la plupart du haschisch marocain est destiné aux marchés européens, il existe également une demande en Israël en raison de la qualité et de la puissance exceptionnelles du produit, atteignant des prix aussi élevés que 300 000 shekels (84 000 dollars) le kilogramme, a déclaré Mako.

« Nous ne vendons plus de haschisch aux Israéliens »
Char israélien de la ville de Gaza
Un char israélien près de la ville de Gaza lors d’une trêve temporaire entre Israël et le Hamas, le 27 novembre 2023. REUTERS/Ibraheem Abu Mustafa
Avant le boycott, le haschisch marocain affluait en Israël par divers canaux, facilités par des contrebandiers israéliens locaux, y compris des acteurs inattendus comme des étudiants juifs orthodoxes.

Cependant, le boycott actuel a perturbé ces routes établies, obligeant les passeurs israéliens à envisager d’autres sources.

Selon des témoignages recueillis par la chaîne de télévision israélienne N12, les trafiquants de haschisch marocains ont explicitement exprimé leur solidarité avec Gaza comme motivation derrière le boycott.

Les négociants marocains ont condamné la disparité entre le marché israélien florissant et la guerre imposée aux Palestiniens de Gaza, choisissant de mettre fin aux transactions avec leurs homologues israéliens et de rediriger leur produit ailleurs.

Au moins 28 064 personnes à Gaza ont été tuées et 67 611 blessées dans des attaques israéliennes depuis le 7 octobre.

L’armée israélienne est en guerre contre Gaza depuis que des hommes armés du Hamas se sont infiltrés à la frontière avec Israël et ont tué 1 139 personnes. Le Hamas a également pris en otage 247 civils.

Un trafiquant marocain a demandé à Mako : « Pourquoi est-il possible pour les Israéliens de gagner leur vie en vendant du haschisch marocain alors que nos frères palestiniens souffrent de la faim et vivent dans des conditions inhumaines ? »

« Allez l’acheter ailleurs. Nous ne vendons plus de haschisch aux Israéliens », a-t-il expliqué. « Avant la guerre, nous faisions des affaires ici avec des Israéliens. Les marchands sont venus ici et ont gagné beaucoup d’argent. Maintenant, c’est la fin de l’histoire.

Le boycott marocain du haschisch fait écho au mouvement Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS) dirigé par les Palestiniens. La campagne mondiale lancée en 2005 vise à isoler Israël et à faire pression sur Israël économiquement et culturellement. Le mouvement anti-apartheid sud-africain inspire les stratégies BDS.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.