Le Conseil des politiques de l'OCC cherche à apporter des réformes sensées au secteur du cannabis

L'Ontario abrite 75% de tous les cultivateurs et compte le plus grand nombre de détaillants de cannabis du pays.

LE CONSEIL DES POLITIQUES DE L'OCC CHERCHE À APPORTER DES RÉFORMES SENSÉES
AU SECTEUR DU CANNABIS
RESSOURCES COVID-19
DEVENIR MEMBRE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Le Conseil des politiques de l'OCC cherche à apporter des réformes sensées au secteur du cannabis
1 décembre 2022

(Toronto – 1er décembre 2022) – Aujourd'hui, le Conseil ontarien des
politiques en matière de cannabis (OCPC) de la Chambre de commerce de
l'Ontario (OCC) a publié la déclaration suivante annonçant son mandat de
2023 et souhaitant la bienvenue à son nouveau coprésident :

« Je suis ravi d'accueillir Nathan Mison, président de Diplomat Consulting,
en tant que coprésident de notre Conseil ontarien des politiques en matière
de cannabis. Nathan est un membre fondateur de l'OCPC et un champion de
longue date des réformes fondées sur des preuves », a déclaré Daniel
Safayeni, vice-président des politiques, OCC. « Bien qu'une approche
prudente de la part des organismes de réglementation fédéraux et provinciaux
était compréhensible au début de la légalisation, il existe un besoin
évident de politiques de bon sens pour mieux soutenir la viabilité d'un
secteur juridique robuste et concurrentiel.

Les priorités 2023 de l'OCPC sont :

Mettre en œuvre les recommandations énoncées dans le rapport du vérificateur
général de l'Ontario en mettant un accent particulier sur les prix, les
majorations et la transparence des OCS concernant l'inscription/la radiation
des produits.

https://www.auditor.on.ca/en/content/annualreports/arreports/en21/AR_OCR...

Promouvoir des réformes de bon sens pour aider à soutenir la croissance du
secteur. Qu'il s'agisse de la structure de la taxe d'accise fédérale ou des
conditions de paiement pour les producteurs autorisés à l'échelle
provinciale, il est urgent de changer le modèle actuel de distribution au
détail du cannabis.

Plaidoyer pour les réformes structurelles nécessaires pour rendre le secteur
du cannabis de l'Ontario plus compétitif par rapport au marché illicite -
qui représente encore environ la moitié de tout le cannabis consommé en
Ontario - notamment en permettant une relation commerciale directe entre les
LP et les détaillants.

« L'Ontario est une province cruciale pour le développement de l'industrie
canadienne du cannabis. Il abrite 75% de tous les cultivateurs et compte le
plus grand nombre de détaillants de cannabis du pays. Nous croyons que
l'industrie ontarienne du cannabis peut devenir un secteur solide, durable
et dynamique qui contribue à la croissance de cette province », a déclaré
Nathan Mison, président de Diplomat Consulting. « En tant que coprésident de
la CCOP, nous travaillerons chaque jour pour défendre un secteur viable et
rentable afin de stimuler la croissance économique de l'Ontario.

Lancé en 2019, l'OCPC se réjouit de continuer à travailler avec tous les
ordres de gouvernement pour plaider en faveur des changements politiques et
réglementaires nécessaires qui répondront à l'intention initiale de
légaliser le cannabis au Canada : éliminer le marché illégal et empêcher les
jeunes d'accéder au cannabis.

Pour plus de détails sur l'OCPC, cliquez ici . Pour plus d'informations sur
la façon de se joindre au Conseil, veuillez communiquer avec Daniel
Safayeni, vice-président des politiques, Chambre de commerce de l'Ontario .

-30-

À propos de la Chambre de commerce de l'Ontario
Depuis plus d'un siècle, la Chambre de commerce de l'Ontario (OCC) est le
partenaire indépendant, non partisan et indispensable des entreprises
ontariennes. La mission de l'OCC est de soutenir la croissance économique de
l'Ontario en défendant les priorités d'affaires à Queen's Park au nom des 60
000 membres diversifiés de son réseau.

Pour plus d'informations, veuillez contacter :
Michelle Eaton
Vice-présidente, Affaires publiques
michelleeaton@occ.ca | Mobile : (647) 261-4594

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.