Lettre ouverte à Antonio Maria Costa

Forums: 

http://www.encod.org/info/LETTRE-OUVERTE-A-ANTONIO-MARIA.html

Cher M. Costa,

Le 6 décembre 2007, à la conférence de l’Alliance pour une Politique des Drogues à Nouvelle-Orléans, je vous ai posé la question suivante :

« Pourquoi, après plus de 30 ans d’accès réglementé aux adultes de plus de 18 ans, l’utilisation de cannabis en Hollande est inférieure à celle de la plupart des pays européens et des Etats-Unis - et pas plus importante, comme elle devrait l’être si la prohibition des drogues illicites était vraiment efficace ? »

J’attends toujours votre réponse à cette question. Bien que vous ayez formulé quelques commentaires à ce sujet, vous n’avez pas répondu à ma simple question. Le principe de base de la prohibition des drogues est celui qu’en imposant rigoureusement la prohibition, l’utilisation de drogue disparaîtra, ou diminuera au moins de manière significative.

Aux Pays Bas, l’accès permissif du cannabis pendant plus de 30 années n’a pas mené à des niveaux d’utilisation supérieurs à la moyenne de l’UE. Bien que la prohibition du cannabis soit bien plus rigoureusement imposée en France qu’aux Pays Bas, la prédominance de l’utilisation de cannabis (le mois dernier) en 2003 par les 15 et 16 ans étaient de 22% en France et 13% en Hollande, et pour les 15 à 64 ans en 2005 ils étaient de 5% et 3%. (Drugsmonitor national 2007). Cette comparaison de la France et des Pays Bas suggère que l’exécution de la prohibition pourrait même augmenter sensiblement l’utilisation de drogues.

J’emploie le terme « prohibition » parce que le terme « contrôle des drogues », que vous préférez, est incorrect. Une des nombreuses conséquences nocives de la prohibition punitive est que le marché lucratif des drogues est un marché sous-terrain et il ne peut pas être régulé.

Il n’y a aucun contrôle du marché des drogues sous la prohibition.

Je vous ai posé la même question une deuxième fois à la Commission de l’ONU sur les stupéfiants à Vienne le 12 mars 2008. Vous avez répondu (de façon incorrecte) ce que vous m’aviez déjà dit la première fois, et cette réponse vous avait créé des problèmes avec le gouvernement hollandais. Vous m’avez alors mis en rapport avec le gouvernement hollandais et avec le maire d’Amsterdam pour la réponse ( ignorant apparemment leurs divergences de point de vue importantes ).

Cet échange a été filmé et peut être vu sur : Drogriporter et You Tube

Le 15 mai 2008, pendant la conférence internationale pour la réduction des risques à Barcelone, ayant entendu que vous aviez visité le coffeeshop ’De Dampkring’(’l’Atmosphère’) à Amsterdam le 22 avril 2008, je vous ai demandé ce que vous aviez appris de votre mission d’étude récente aux Pays Bas. Vous avez répondu que la visite avait conforté vos idées. Vous avez annoncé qu’un document (sur le rapport entre la disponibilité du cannabis et les niveaux de consommation, se concentrant sur la situation aux Pays Bas) apparaîtrait sur le site Web d’UNODC " très bientôt ".

Vous avez également prétendu avoir constaté que les taux d’addiction au cannabis à Amsterdam sont trois fois plus élevés que dans toutes les autres grandes villes européennes. (Votre réponse a été filmée et peut être vue sur : You Tube )

Il n’est pas exagéré de dire que votre réponse a été saluée à Barcelone avec l’incrédulité répandue, et l’anticipation enthousiaste du document que vous avez annoncé. Parmi les experts il est de notoriété publique que les villes cosmopolites comme Amsterdam ont plus de toutes sortes de consommation de drogue, légal et illégal, que de plus petites villes. C’est également vrai pour de telles villes dans les états où règne la prohibition.

Depuis six mois , le document que vous avez promis semble ne pas avoir été édité sur le site Web d’UNODC.

Cependant, le 23 juin 2008 vous avez édité sur votre blog, le "Costa’s Corner" un rapport informel que vous aviez rédigé peu de temps après votre visite d’ Amsterdam. Cette entrée sur votre blog ne contient aucune source ou référence. Elle ne reflète pas exactement des données épidémiologiques scientifiquement rigoureuses éditées par des sources honorables. En outre, vous avez ignoré la comparaison bien connue de l’usage du cannabis à San Francisco et à Amsterdam par Reinarman et Cohen, la seule étude qui compare réellement des villes semblables avec la même méthodologie solide (la pertinence limitée de la politique de drogue : Cannabis à Amsterdam et à San Francisco, santé publique d’AM J. 2004 ; 94 : 836-842).

Cette étude prouve que des niveaux d’utilisation de cannabis ("jamais" ou moins de 25 fois durant toute la vie) dans l’Amsterdam libéral sont de beaucoup inférieurs à l’environnement plus restrictif de San Francisco. L’étude a également prouvé que l’utilisation d’autres drogues illicites (héroïne, cocaïne, amphétamine etc.) était beaucoup plus importante dans l’environnement plus restrictif de San Francisco. Un document prouve également qu’à San Francisco la proportion d’utilisateurs de cannabis à qui on a offert d’autres drogues illicites à la dernière occasion qu’ils ont obtenu du cannabis est trois fois plus élevée .

Voyez également : TNI, Réexamen décennal de UNGASS la débat sur le cannabis : Polak vs Costa 27 mai 2008.

Au lieu de réagir sur votre blog immédiatement, j’ai décidé d’attendre la publication de votre document. Le 9 septembre 2008, j’ai soumis un "formulaire decontact " sur le site Web www.unodc.org » aux informations générales », demandant le document. Je n’ai pas reçu de réponse.

Comment ceci pourrait il être interprété ? Cela fait maintenant d’un an que je vous ai demandé d’expliquer pourquoi l’utilisation de cannabis dans l’environnement plus libéral des Pays Bas est inférieure à la plupart des autres pays européens et il y a six mois vous avez publiquement annoncé un document sur le sujet. En attendant vous continuez à lancer des affirmations au sujet de l’utilisation du cannabis aux Pays Bas que vous ne pouvez pas justifier.

Je suis peu disposé à conclure que vous ne pouvez pas admettre que l’utilisation de cannabis aux Pays Bas est inférieure à la plupart des pays européens et aux Etats-Unis, parce qu’après plus de 30 ans d’accès régulé (aux adultes de plus de 18 ans), ces données sont davantage de preuves que la prohibition des drogues illicites a échouée et ne peut pas être justifiée.

Je vous pose maintenant les questions suivantes :

1. Est-ce qu’un document (sur le rapport entre l’accès au cannabis et les niveaux de l’utilisation problématique ) est en préparation ?

2. Si oui, quand pourrons-nous le voir ?

3. Sur quelles données avez-vous basé cette affirmation dans votre blog le 23 juin 2008 qu’Amsterdam a des niveaux trois fois plus élevés d’utilisation de cannabis comparé à d’autres villes européennes importantes ?

4. Reconnaissez-vous les données éditées par l’EMCDDA (Observatoire européen des drogues et des toxicomanies) qui placent les Pays-Bas dans une moyenne des chiffres de prédominance en Europe et bien au-dessous des chiffres des USA ?

5. Reconnaissez-vous que le système de coffeeshop n’a pas mené à des niveaux plus élevés d’utilisation de cannabis en NL que dans les pays voisins ?

6. Comment conciliez-vous les attentes de la prohibition avec l’évidence empirique tirée de 30 ans d’expérience aux Pays Bas ?

En l’absence de réponse, je serai forcé de tirer les conclusions que vous, en tant que Directeur Général de l’UNODC n’avez aucune réponse appropriée à ma question au sujet des niveaux relativement bas de l’utilisation de cannabis aux Pays Bas, et que vous ne pouvez pas justifier votre affirmation que la consommation de cannabis à Amsterdam est trois fois plus élevée que dans d’autres villes comparables.

Si, comme je le soupçonne, vous avez quelques doutes au sujet de la prohibition des drogues, je vous proposerais une autre issue, plus honorable.

La crainte de la revanche est l’une des raisons pour lesquelles certains n’admettront pas qu’ils ont été trompés dans leur soutien à la prohibition, pas même lorsqu’ils sont confrontés à des preuves convaincantes et concluantes .

La crainte de perdre la face est une autre raison. Quelques juges, chefs de police, et d’autres hauts fonctionnaires sortent du cabinet en tant que « légalisateurs » après leur retraite.

Dans votre rapport à la Commission sur les stupéfiants en mars 2008 (intitulé « Un but : l’ajustement du contrôle des drogues ") vous avez reconnu les conséquences négatives ,nocives de la prohibition des drogues et vous vous êtes remarquablement approché de l’idée que cette politique est la politique de "l’empereur est nu ".

Il serait éternellement à votre crédit de reconnaître la nature fondamentalement défectueuse de la prohibition, et son inefficacité apparente, ses coûts élevés et ses effets contre-productifs graves, alors que vous êtes toujours en exercice et non pas encore à la retraite.

Bien à vous, Fredrick Polak, M.D., psychiatre, Amsterdam, membre néerlandais du comité de direction d’ENCOD (coalition européenne pour des politiques de drogue justes et efficaces)

Email : fpolak@planet.nl

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.