Bulletin ENCOD n°39 mars 2008

Forums: 

http://www.encod.org/info/ENCOD-BULLETIN-39,1136.html

LE BULLETIN D’ENCOD SUR LA POLITIQUE DE DROGUE EN EUROPE

NR. 39 MARS 2008

LA TÊTE FROIDE

Le message suivant sera présenté au nom d’ENCOD , aux délégués de la réunion annuelle de la Commission des Stupéfiants de l’ONU qui aura lieu du lundi 10 au vendredi 14 mars 2008, à Vienne.

GARDONS LA TÊTE FROIDE, S’IL VOUS PLAÎT !

Chers délégués,

Le but de cette réunion est d’évaluer les résultats d’une stratégie de dix années qui a été décidée à New York en 1998, et dont l’objectif a été "d’éliminer ou de réduire significativement la production, la commercialisation et le trafic illicite de substances psychotropes". Dans cette réunion, le directeur exécutif de l’ONUDD, Antonio Maria Costa, présentera les résultats suivants :

"la production illicite mondiale d’opium est montée à 8.800 tonnes en 2007, soit le double qu’en 1998."

"La production mondiale de cocaine était de 984 tonnes en 2006, ce qui représente un accroissement de plus de 19% depuis 1998."

"Approximativement 42.000 tonnes de cannabis ont été produites en 2005, soit une augmentation de 40% par rapport à 1998."

"La demande mondiale de drogues illégales a diminué dans le cas des dérivés de coca et d’opium, tandis qu’elle a augmenté dans le cas du cannabis et des amphétamines.

" Par ailleurs durant les 10 dernières années, l’interdiction des drogues n’a fait qu’augmenter la marginalisation des consommateurs et des paysans qui cultivent des plantes interdites, tout comme d’autres secteurs pauvres de la société insérés dans la production et le trafic de drogues illicites.

Nous vous souhaitons à vous et à tous les délégués gouvernementaux de cette réunion de la Commission de garder la tête froide.

Il aura là une occasion historique de contribuer à l’amélioration des conditions de vie de millions de gens, et en même temps d’attaquer la source la plus importante du crime organisé.

Les dix dernières années ont montré - récemment - que l’interdiction des drogues est une opération coûteuse, inefficace et contre-productive.

Elle maximise les problèmes pour ceux qui participent peu ou pas du tout au marché des drogues, tandis que le manque d’impact est mesurable dans la dimension globale de ce marché.

En réalité, l’interdiction des drogues augmente la dimension et les répercussions négatives sur ce marché.

En accord avec les estimations de l’ONU, le marché mondial des drogues illicites met 400 à 500 milliards d’euros dans les bourses des organisations criminelles chaque année. Puisque les coûts de production sont inférieurs à 1% du prix courant, le profit net de l’industrie des drogues peut être estimé approximativement à 10.000 euros par seconde.

La recette des organisations criminelles qui se consacrent au trafic des drogues dépasse le PIB de beaucoup de nations. Il est temps d’appliquer des stratégies non- répressives dans la politique des drogues sans menacer la subsistance des paysans des pays en voie de développement, qui ne causent pas de dommages à la santé des consommateurs et qui respectent les droits des citoyens, comme le droit de cultiver et d’utiliser des plantes naturelles pour la consommation personnelle. On devrait mettre en oeuvre des stratégies pour créer des moyens légaux pour la production et l’utilisation du chanvre, de l’opium et de la coca, plantes qui ont servi à l’humanité pendant des milliers d’années.

Il est évident que seul un règlement de la production et du commerce des drogues dans un cadre légal sortira des mains des organisations criminelles le contrôle du marché. Nous vous demandons ainsi qu’ à tous les délégués gouvernementaux de la Commission de Stupéfiants de changer le cours de l’histoire en mettant fin à l’interdiction comme base fondamentale de la législation internationale des drogues.

Cordiales Salutations,

Coalition Européenne pour des Politiques de Drogues Justes et Efficaces

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.